Édition du 9 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique du Nord

USA : vers un match retour Biden-Trump ?

Alors qu’il reste encore un an et sept mois avant la prochaine élection présidentielle américaine, la compétition commence à se dessiner comme un match retour entre le président Joe Biden et l’ancien président Donald Trump.

Hebdo L’Anticapitaliste - 660 (03/05/2023)

Par Dan La Botz

Crédit Photo
Wikimedia Commons

Joe Biden, qui dit se battre pour la « liberté » et « notre démocratie », a officiellement annoncé qu’il serait candidat à l’investiture du Parti démocrate pour l’élection présidentielle de 2024 — et il est certain de remporter les primaires, sauf un éventuel grave problème de santé.

Trump très soutenu malgré les affaires

Biden, aujourd’hui âgé de 80 ans et certifié en bonne santé par son médecin, aurait 86 ans à la fin d’un second mandat. Bien que la plupart des AméricainEs le trouvent trop vieux et que seulement la moitié des démocrates pensent qu’il devrait se présenter, il a jeté son chapeau dans l’arène et il semble peu probable qu’unE candidatE sérieux le défie.

Donald Trump est actuellement jugé dans deux affaires : une affaire pénale pour falsification de documents commerciaux concernant le versement d’une somme de 130 000 dollars à la star du porno Stormy Daniels, avec laquelle il aurait eu des relations sexuelles, et une affaire civile dans laquelle il est accusé d’avoir violé la journaliste E. Jean Carroll au milieu des années 1990. Il fait également l’objet d’enquêtes en Géorgie pour avoir interféré dans l’élection de 2020 et à Washington D.C., pour avoir joué un rôle de premier plan dans l’insurrection du 6 janvier 2021 dans la capitale, ainsi que pour avoir mal géré des documents gouvernementaux. Pourtant, 70 % de tous les républicains soutiennent Trump et il a 15 points de pourcentage d’avance sur le gouverneur de Floride Ron DeSantis en tant que premier choix pour l’investiture républicaine. En fait, Trump, qui affirme être persécuté par les «  démocrates radicaux d’extrême gauche », a utilisé les accusations portées contre lui pour récolter 18,8 millions de dollars pour sa campagne.

Pas d’enthousiasme pour Biden

Biden devrait être en mesure de remporter une revanche s’il parvient à inciter les jeunes électeurEs, les femmes, les NoirEs et les Latinos à se rendre aux urnes, mais l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous pour l’instant. De plus, les républicains s’emploient à restreindre le droit de vote de manière à réduire les suffrages des étudiantEs, des NoirEs et des Latinos. La campagne des démocrates semble pour l’instant se concentrer sur la lutte pour le droit à l’avortement, tandis que les républicains ont décidé de faire du refus de reconnaître les droits des personnes transgenres une question centrale. Alors que le genre sera, pour le moment, au centre des deux campagnes, la question la plus importante dans l’esprit des électeurEs est généralement l’économie ; si l’économie ralentit, Biden devra faire face à une bataille difficile.

L’objectif de Biden et de Trump sera de conquérir les électeurEs indépendants. Selon un sondage réalisé en 2022 auprès d’adultes américainEs, 28 % d’entre eux s’identifient aux républicains et 28 % aux démocrates, mais 41 % se considèrent comme indépendants.

Quid d’unE candidatE tiers ?

On peut se demander s’il n’y aurait pas d’autres candidatEs démocrates possibles à l’élection présidentielle. Bernie Sanders, qui s’est présenté deux fois, en 2016 et en 2020, a non seulement annoncé qu’il ne se présenterait pas, mais il a également et immédiatement déclaré qu’il soutenait Biden. Quant à la vice-présidente Kamala Harris, elle sera la colistière de Biden et ne sera donc pas candidate à la présidence, mais elle est de toute façon impopulaire auprès de l’électorat en général et les démocrates progressistes ne l’aiment pas en raison de son passé de défenseure de la loi et de l’ordre. Alexandria Ocasio Cortez, chef de file de « l’escouade » des démocrates progressistes, aura 35 ans juste avant le jour de l’élection, ce qui la rend légalement éligible, mais elle est perçue par la plupart comme trop jeune et inexpérimentée et par d’autres comme trop à gauche, sans parler des préjugés raciaux et sexistes auxquels elle serait confrontée en tant que Latina.

À gauche des démocrates se trouve le parti vert mais son candidat à la présidence en 2020, Howie Hawkins, qui était également le candidat à la présidence du Parti socialiste, n’a obtenu que 404 084 voix, soit 0,3 % du vote national. Des électeurEs craignent qu’en votant pour les Verts ou les socialistes, ils ne favorisent la victoire des républicains.

Les Democratic Socialists of America (DSA), qui comptent 92 000 membres dans cinquante États, ont une stratégie électorale consistant à soutenir les démocrates progressistes plutôt que de présenter leurs propres candidatEs. DSA tiendra sa convention cet été, et il semble peu probable que la stratégie fondamentale change. Dans une course Biden contre Trump, les membres de DSA soutiendront Biden. Dans ce contexte, la gauche, qui avait marqué des points avec Sanders, pèsera peu dans les élections nationales mais espère jouer un rôle au niveau local.

Traduction Henri Wilno

Dan La Botz

L’auteur est un professeur d’université américain et un militant de l’organisation socialiste Solidarity.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique du Nord

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...