Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique du Nord

Alors que Biden étend la guerre au Moyen-Orient, l’opposition grandit

Alors que des dizaines de milliers de personnes ont défilé à travers les États-Unis pour exiger un cessez-le-feu à Gaza et la fin du soutien militaire américain à Israël, le président Biden doit maintenant faire face à une nouvelle opposition, y compris au sein de son propre parti au Congrès, à propos de sa guerre non déclarée contre les Houthis au Yémen.

Hebdo L’Anticapitaliste - 691 (18/01/2024)

Par Dan La Botz

Crédit Photo
Biden et Netanyaou en 2016. Wikimedia Commons

La semaine dernière, Biden, rejoint par les Britanniques et d’autres, a ordonné le tir de centaines de missiles sur des dizaines de cibles au Yémen, en représailles aux attaques des Houthis contre des navires marchands en mer Rouge. Les Démocrates du Congrès sont furieux contre leur dirigeant qui n’a respecté ni la Constitution des États-Unis qui donne au Congrès le pouvoir de déclarer la guerre, ni la loi sur les pouvoirs de guerre adoptée pour limiter le pouvoir présidentiel en 1973 après que le président Richard Nixon eut unilatéralement étendu la guerre du Vietnam au Cambodge.

Une décision présidentielle anticonstitutionelle

Pramila Jayapal, démocrate, chef du groupe progressiste à la Chambre des représentants, a qualifié les armes lancées contre les Houthis au Yémen de «  violation inacceptable de la Constitution  ». La députée démocrate Cori Bush, qui est également membre des Socialistes démocratiques d’Amérique (DSA), a déclaré : « Le peuple ne veut plus que l’argent de nos contribuables serve à financer des guerres sans fin et à tuer des civils. Arrêtez les bombardements et faites mieux pour nous ». Les représentantEs démocrates Rashida Tlaib, Mark Pocan et Ro Khanna ont également condamné cette guerre anticonstitutionnelle. La plupart des Républicains ont soutenu l’action de Biden, mais quelques-uns se sont également plaints du fait qu’il n’ait pas demandé l’approbation du Congrès.

Le président affirme que ces actions ne s’inscrivent pas dans le cadre de la guerre qui s’étend au Moyen-Orient à la suite des bombardements génocidaires d’Israël sur Gaza, mais en fait il a également autorisé des frappes sur le Hezbollah Kataib, une milice chiite pro-iranienne en Irak et sur un entrepôt d’armes d’un groupe allié de l’Iran en Syrie. Les Houthis, le Hezbollah et les milices irakiennes espèrent peut-être, en soutenant leur allié le Hamas, décourager la campagne de bombardements d’Israël et accroître la pression sur les États-Unis, mais ils risquent de déclencher une guerre impliquant l’Iran, Israël et les États-Unis. Il en va de même pour les répliques israéliennes et américaines.

Les États-Unis détenteur d’une poudrière

Le Moyen-Orient est un camp militaire américain bourré d’armes. Les États-Unis maintiennent actuellement 2 500 soldats en Irak et 900 en Syrie — où la Russie a également des troupes — et ont environ 3 000 soldats dans chacun des pays suivants : Jordanie, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, et également 8 000 au Qatar, 9 000 à Bahreïn et 13 500 au Koweït. Ces derniers jours, les États-Unis ont déployé une équipe d’officiers de renseignement pour aider Israël à cibler ses frappes, en principe pour réduire le nombre effroyable de pertes humaines à Gaza. Dans les eaux du Moyen-Orient se trouvent également une douzaine de navires de guerre américains avec leurs équipages et quelque 2 000 marines.

Soutien au PalestinienNES et à la plainte de l’Afrique du Sud

Pendant ce temps, à Gaza, Israël poursuit ses bombardements et ses attaques qui ont déjà tué 27 000 PalestinienNEs, dont 10 000 enfants, et plus de 7 000 seraient enterrés sous les décombres. Quelque 60 300 personnes ont été blessées, dont beaucoup sont mutilées. Selon Oxfam, le taux de mortalité est plus élevé que dans n’importe quel autre conflit du 20e siècle. Tout cela a poussé l’Afrique du Sud à accuser Israël de génocide à Gaza, ce qui a conduit à une audience devant la Cour internationale de justice de La Haye. Aux États-Unis, des militantEs ont signé des pétitions et participé à des manifestations pour soutenir la cause de l’Afrique du Sud.

Ainsi, alors que Biden tente peut-être d’empêcher l’extension de la guerre, il s’oppose à un cessez-le-feu et continue de soutenir la guerre d’Israël contre les PalestinienNEs, ainsi que les actions militaires au Yémen, en Irak et en Syrie. Non seulement Israël, mais aussi son sponsor et bienfaiteur, les États-Unis, devraient être jugés pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. C’est ce que disent des millions de personnes à travers le monde qui sont consternées par les atrocités actuelles, qui craignent une guerre de plus en plus étendue et exigent un cessez-le-feu et la justice pour la Palestine.

Traduction DeepL, revue HW

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Dan La Botz

L’auteur est un professeur d’université américain et un militant de l’organisation socialiste Solidarity.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique du Nord

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...