Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique québécoise

AÉCG : Des documents secrets font craindre le pire pour l’eau

Les gouvernements du Canada et du Québec envisagent de livrer d’importants domaines de compétences provinciale et municipale à la dynamique du « libre marché » et aux intérêts des grands investisseurs privés européens. Cela pave la voie à la privatisation.

Dans des documents rendus publics le 25 janvier dernier sur les offres du Canada et du Québec dans le cadre des discussions sur l’accord économique avec l’Europe, le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC), en collaboration avec ses partenaires, ont appris que l’eau compte parmi les biens publics que les gouvernements n’entendent pas protéger dans ces pourparlers historiques. Et c’est inadmissible ! « La porte sera grande ouverte à l’entrée des grandes multinationales comme Veolia sur ce qui deviendra un marché de l’eau, soumettant ce bien commun à la logique du profit aux dépens de la satisfaction de nos besoins fondamentaux », déclare Marie-France Primeau, porte-parole de la Coalition Eau Secours !

Selon les analyses du chercheur Alexandre Maltais, le Québec sortira perdant de ces négociations sur plusieurs points. Il est de plus en plus évident que le gouvernement cèdera à la pression des Européens en ce qui a trait à l’ouverture des marchés publics, ce qui pourrait faciliter l’accès des compagnies étrangères aux contrats publics dans divers secteurs de services. De plus, les municipalités québécoises vont être directement touchées par l’AÉCG et elles pourraient perdre leur marge de manoeuvre pour mettre de l’avant des politiques environnementales novatrices et des mesures actives d’emplois et de développement local.

Montréal dit non !

À ce sujet, le 23 janvier dernier, le conseil municipal de la Ville de Montréal adoptait une résolution à l’unanimité concernant l’AÉCG et demandant l’exemption claire et permanente des municipalités de cet accord. Que Montréal se prononce est donc important et à saluer. Toutefois, tout indique qu’elle doit faire plus, car les services de l’eau (potable et traitement des eaux usées) sont toujours sur la table de négociations.

La Ville de Montréal doit donc renforcer sa position. La seule façon de vraiment protéger les services de l’eau et les services publics en général est d’exiger leur exemption complète et permanente de l’AÉCG. Nous n’avons pas à nous soumettre à des règles commerciales concoctées en secret pour assurer le profit privé de quelques-uns au détriment de l’intérêt public et démocratique. Nous exigeons la suspension des négociations et la tenue immédiate d’un débat public large.

Les documents des offres gouvernementales sont disponibles sur le site du RQIC à www.rqic.alternatives.ca.

Article tiré du Bulletin d’été 2012 de suivi des activités d’Eau secours !

Sur le même thème : Politique québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...