Édition du 16 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Alternatives condamne la loi 78 qui est une attaque aux droits fondamentaux

Le gouvernement Charest propose une loi d’exception draconienne visant à étouffer la grève étudiante et le mouvement de contestation sociale qui persiste depuis plus de 14 semaines. Ce projet de loi a provoqué une levée de boucliers, non seulement de la part des associations étudiantes qui la qualifient d’une “dérive autoritaire qui remet en question les libertés fondamentales” (1), mais de tout ce que le Québec compte d’organisations sociales syndicales et démocratiques.

Alternatives est préoccupé par, notamment :

* les limitations apportées au droit d’association et au droit de manifestation ;
* la judiciarisation des débats et le recours à la justice pénale prévus dans le projet de loi ;
* les sanctions financières sévères imposées aux associations ;
* le renversement du fardeau de la preuve qui rend les associations d’étudiants et les syndicats responsables d’actes commis par autrui ;
* les pouvoirs accrus octroyés au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

La loi vise à étouffer la contestation sociale

À l’évidence, cette loi spéciale vise bien plus que la grève étudiante contre la hausse des frais de scolarité à l’université. Les porte-paroles des associations étudiantes l’ont tout de suite souligné en disant qu’elle était bien plus grave que la hausse de $1,625 sur cinq ans qui est à l’origine de la contestation étudiante. En effet, cette loi cherche à paralyser les associations étudiantes ainsi que les mouvements d’appuis à la grève qui se sont multiplié pendant les dernières semaines.

Derrière cette furie anti-étudiante se cache la véritable cible du gouvernement : étouffer toute mobilisation contre les politiques d’austérité, la corruption. Car la grève étudiante par sa détermination, sa vigueur et son discours a canalisé toute la colère populaire contre les budgets d’austérité et la corruption rampante du parti libéral au pouvoir. Comme le disait la bannière de la CLASSE le 22 avril : “la grève est étudiante, la lutte est populaire”.

Mobilisation le 22 mai 2012

Afin de bloquer cette loi, Alternatives invite ces membres et sympathisants à se réunir sous sa bannière le 22 mai prochain à 13h45, au coin des rues Jeanne-Mance et Ste-Catherine. Ensemble nous marcherons pour réaffirmer nos droits !

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...