Édition du 18 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Arsenic dans l’air de l’est de Montréal - Québec solidaire organise une assemblée publique

Montréal, le 19 janvier 2020 - La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal était l’hôte d’une assemblée sur la qualité de l’air ce samedi dans l’est de Montréal. Des experts du milieu et des citoyens préoccupés se sont succédés au micro, plusieurs demandant au gouvernement d’être transparent et de rendre publiques les données que les entreprises colligent sur les polluants qu’elles émettent dans l’air. Depuis plusieurs années, les normes réglementaires d’Arsenic, une substance cancérigène, sont dépassées dans le secteur résidentiel de l’Est de Montréal.

« Ce n’est pas normal que dans Mercier-Est ou dans Pointe-aux-Trembles, on sente des odeurs de souffre parfois à longueur de journée, mais qu’on ne soit pas capable de connaître les contaminants dans l’air en temps réel », souligne Mme Ghazal, porteuse du dossier de l’environnement dans le caucus solidaire.

Pour plusieurs citoyens de l’est de Montréal, c’est la confiance qu’ils portent au gouvernement qui est ébranlée. « Pour les gens d’ici, c’est frustrant de comprendre que le gouvernement sait très bien si les compagnies respectent ou non les règlements de pollution, mais qu’il refuse d’être transparent et de rendre l’information accessible » a ajouté Mme Ghazal.

En 2018, le niveau d’arsenic dans l’air de l’est de Montréal était 200% fois plus élevé que ce que la norme réglementaire permet. À l’époque, le principal émetteur, l’usine de cuivre CCR, avait consenti à mettre en place des mesures de filtrage et de mesure des émissions, mais refuse de rendre publiques les données amassées depuis. Parmi les voix qui ont décrié l’opacité de la compagnie, André Bélisle, président de l’Association de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et Vincent Marchione, président du Comité de vigilance environnementale de l’est de Montréal (CVEEM). Plus d’une centaine de citoyens et de citoyennes se sont déplacés pour l’occasion.

« Notre air n’appartient pas aux entreprises, les données prélevées ne devraient pas plus l’être. Nous avons le droit de savoir ce que nous, nos enfants et nos aînés respirons au quotidien », a conclu Mme Ghazal qui déposera une pétition sur le sujet à l’Assemblée nationale en février prochain.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...