Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Audiences du BAPE en Eeyou Istchee : Les Cris sont unis dans leur opposition au développement de la filière uranifère

MISTISSINI, EEYOU ISTCHEE, QC, le 6 juin 2014 - Les audiences publiques sur le secteur uranifère ont eu lieu cette semaine en Eeyou Istchee, coprésidées par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et le Comité consultatif pour l’environnement de la Baie-James (CCEBJ). Lors des audiences à Chisasibi, Mistissini et Chibougamau, les citoyens et les leaders des communautés cries sont venus en grand nombre afin de transmettre au BAPE leurs graves préoccupations concernant l’exploration et l’exploitation de l’uranium sur leur territoire.

« À Chisasibi, Mistissini et Chibougamau, les membres des communautés cries ont présenté leurs points de vue et leurs perspectives de façon éloquente et vigoureuse, ne laissant aucun doute que l’opposition de la Nation Crie au développement de la filière uranifère est bien motivée, justifiée, et partagée par notre peuple à travers Eeyou Istchee, » a déclaré le Grand Chef Matthew Coon Come. « La Nation Crie dans son ensemble est unie contre les activités d’uranium sur nos terres. »

Le projet d’exploration d’uranium le plus avancé au Québec à ce jour, le projet Matoush de Ressources Strateco, est situé à 215 km au nord de Mistissini, sur les lignes de trappes familiales traditionnelles. La Nation Crie de Mistissini, soutenue par le Grand Conseil des Cris et les autres communautés cries, s’est vigoureusement opposée à ce projet, qui a finalement été rejeté par le gouvernement du Québec en novembre 2013.

Le Chef Richard Shecapio de la Nation Crie de Mistissini a expliqué : « Le mode de vie et l’économie cris dépendent de l’abondance et de la santé des animaux et plantes dans un environnement non compromis. Il est notre responsabilité de continuer à protéger activement ces terres. Le droit de notre communauté de vivre de la terre est la pierre angulaire de notre culture, et notre priorité en tant que Nation sera de s’assurer que nous pouvons partager ce droit avec les générations à venir. »

« La Nation Crie reconnaît le potentiel des ressources naturelles d’Eeyou Istchee, et a indiqué à maintes reprises notre volonté de participer et de consentir à des projets de développements responsables, » a noté le Grand Chef Coon Come. « Mais l’uranium est un cas particulier. Les risques associés à l’exploitation de l’uranium représentent une trop grande menace pour l’environnement, notre santé et notre culture, maintenant et pour les générations à venir. Nous sommes convaincus que lorsque les Québécois apprendront la vérité au sujet de l’uranium, ils se joindront à nous pour s’opposer au développement de la filière uranifère au Québec. »

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...