Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Brésil : mobilisations autochtones

Andrew Fishman, extraits d’un texte paru dans The Intercept, 28 août 2021

LES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES DU Brésil ont organisé les plus grandes manifestations autochtones jamais organisées pour bloquer ce qu’elles ont décrit comme une « déclaration d’extermination » de la part de législateurs représentant les intérêts de l’agro-industrie, de l’exploitation minière et de l’exploitation forestière alignés avec le président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

29 août 2021 | tiré de la Plate-forme altermondialiste
https://alter.quebec/bresil-mobilisations-autochtones/

Le groupe de coordination Articulation des peuples autochtones du Brésil , ou APIB, a organisé les manifestations dans le cadre de la manifestation d’une semaine « Lutte pour la vie » dans la capitale, Brasilia, en prévision d’une décision de la Cour suprême qui pourrait invalider les revendications territoriales autochtones.

« Notre lutte a pour cible tous les gouvernements complices de la campagne de génocide de Bolsonaro, toutes les entreprises qui cherchent à en tirer profit », a déclaré l’APIB dans une déclaration conjointe avec Progressive International , une coalition de gauche qui a envoyé une délégation pour enquêter sur le situation. « La lutte contre Bolsonaro s’étend bien au-delà des frontières du Brésil. »

« C’est nous qui souffrons. Le gouvernement ne souffre pas. C’est pourquoi nous sommes ici pour nous battre. »

L’APIB s’attendait à ce que la Cour suprême annule une contestation des revendications territoriales autochtones lors de sa manifestation, mais le tribunal a reporté le jugement à la semaine prochaine après qu’un vote ait été exprimé en faveur des droits des autochtones. Un législateur de droite, dont la fortune provient de l’agriculture, a déclaré que lui et ses collègues avaient fait pression sur les juges pour qu’ils retardent davantage la décision afin que le Congrès ait le temps d’adopter des mesures qui priveraient les droits fonciers autochtones par le biais de la législation au lieu des tribunaux.

Depuis 2019, Bolsonaro a utilisé son autorité exécutive pour attaquer de manière agressive les droits des peuples autochtones, réduire les protections environnementales et paralyser les efforts pertinents d’application de la loi – des mesures qui ont suscité une condamnation internationale . Étroitement aligné avec le puissant lobby de l’agro-industrie, le gouvernement a également présenté au Congrès une série de projets de loi corrélatifs qui, s’ils étaient adoptés, constitueraient une condamnation à mort pour de nombreuses communautés indigènes du Brésil et, avertissent les critiques, pour l’ensemble de la forêt amazonienne.

« C’est nous qui souffrons. Le gouvernement ne souffre pas », a déclaré Pasyma Panará, présidente de l’Association Iakiô dans la région du Xingu en Amazonie. « C’est pourquoi nous sommes ici pour nous battre. »

Se battre pour la vie

Plus de 6 000 représentants de 176 groupes autochtones ont dressé des tentes et attaché ensemble des abris en bambou pendant sept jours de protestation et d’échange culturel. Le campement était situé sur un terrain poussiéreux de la capitale, à moins d’un kilomètre et demi de la promenade principale du Congrès, de la Cour suprême et du palais présidentiel.

Pour participer, les délégués des coins les plus reculés des vastes étendues du Brésil ont passé jusqu’à trois jours dans des bus bondés qui ont parcouru des routes de terre délavées, voyageant sous la menace d’embuscades de gangs paramilitaires.

Avant que les discours entraînants des dirigeants du mouvement et de leurs alliés puissent commencer sur la scène principale, des groupes de Xikrin, Munduruku, Xukuru et d’autres se sont vêtus de tous les costumes de cérémonie et ont exécuté des danses et des chants traditionnels pour la foule. Des influenceurs et des journalistes autochtones férus de technologie ont diffusé en direct les débats sur les réseaux sociaux, engloutis dans des panaches de poussière rouge.

« Nous savons ce qu’est le mal. Le mal, c’est l’agrobusiness qui envahit nos territoires.
« Nous savons ce qu’est le mal », a déclaré un orateur sous les applaudissements. »

Le mal, c’est l’agrobusiness qui envahit nos territoires.

Les peuples indigènes du Brésil ne manquent pas de raisons de protester. Leurs terres ancestrales sont de plus en plus menacées par de grands projets d’infrastructures agricoles et de violents voleurs de terres aidés par les agences gouvernementales. Les attaques violentes sont en augmentation et la dégradation de l’environnement rend les modes de vie traditionnels moins tenables.

Pendant ce temps, le Congrès a voté un projet de loi après l’autre qui annulerait les protections durement combattues inscrites dans la constitution de 1988. Sous Bolsonaro, tout est allé de mal en pis.

Pendant des semaines, les organisateurs se sont principalement concentrés sur la décision de la Cour suprême qui pourrait réduire considérablement les territoires autochtones protégés par la Constitution. « C’est l’un des jugements les plus importants de l’histoire », a déclaré la dirigeante de l’APIB, Sônia Guajajara, lors d’un événement diffusé en direct jeudi dernier. « La lutte des peuples autochtones est une lutte pour l’avenir de l’humanité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...