Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Conférence d’unification des rangs palestiniens Alger reconcilie les factions belligerantes palestiniennes

La presse française s’en est largement fait écho. Impulsée par le chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, la Conférence d’unification des rangs palestiniens a sanctionné, ce jeudi, la « Déclaration d’Alger », mettant un terme aux scissions entre factions.

De Paris, Omar HADDADOU

Se crêper le chignon pour mieux se pacifier !

La politique complotiste et les actes subversifs ayant pour dessein de dévier, de facto, l’Algérie de sa trajectoire en qualité de pays-pivot, accompagnant sans conditions la cause palestinienne, luttant contre toute velléité néo impérialiste, de sédition et de séparatisme, auraient pu aboutir à leurs fins, n’était-ce la vigilance des éléments de la grande muette et l’unité du peuple.

Dans les officines filandreuses, tout a été insidieusement mis en œuvre pour, au mieux, la déstabiliser en la reléguant au second plan sur le continent africain. Au pire, brûler « la Maison Algérie ».

Politiquement, on l’attaquait sur tous les fronts. La feuille de route destinée à reconfigurer les liens d’accointance, savamment tramés avec la bénédiction de certaines chancelleries occidentales, et les manœuvres rampantes d’un pays limitrophe jouissant alors du quitus de Donald Trump (en exercice), ont fait long feu. A défaut de mordre dans la poussière, le pays d’un million et demi de martyrs, est sorti grandi des manœuvres conspirationnistes. Ses citoyens plus patriotiques que jamais, portent à bras le corps l’unité et les grands défis. Parmi lesquels, la cause palestinienne qui est et demeure l’une des priorités de la diplomatie algérienne, ad vitam aeternam !

Fidèle à son positionnent pour la défense des causes justes, Alger a consenti d’intenses efforts dans l’unique perspective de remédier au morcellement et l’esprit d’inimitié qui minent la solidarité des différentes composantes palestiniennes. La question qui s’impose cependant, est : Que serait la Palestine sans l’Algérie ? Une entité orpheline, à coup sûr ! Ou juste une traçabilité anodine dans les futurs livres d’Histoire. C’est la raison pour laquelle, l’Algérie l’a prise sous son aile !

Parrainée par le chef de l’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune, la Conférence d’unification des différents rangs palestiniens, qui a eu lieu du 11 au 13 octobre 2022 au Palais des nation, a sanctionné la Déclaration d’Alger, signée par les factions, mettant fin à plusieurs années de profondes d’hostilités : « Les mots peinent à décrire la grandeur de ce moment qui intervient 40 ans après la proclamation de l’Etat de Palestine, par le militant martyr Yasser Arafat (Abou Ammar), dans cette même salle et sous le même toit », souligne le Président algérien, dont la teneur du discours met en avant l’aboutissement à la tenue de cette conférence fédératrice. Le visage enchanté, l’initiateur de la concorde palestinienne, a réussi, à la veille du Sommet (exceptionnel) arabe prévu les 1 et 2 novembre à Alger, à rassembler sur la même estrade tous les ténors des partis, des organisations et des milices. Invitant les acteurs, conformément au protocole, à apposer, chacun leur tour, la signature sous les applaudissements. Des images fortes, chargées d’émotion côté palestinien, dont les protagonistes ne tarissaient pas de congratulations verbales, d’accolades chaleureuses à l’égard de Abdelmadjid Tebboune.

Ce dernier ne manquera pas de rappeler que la Palestine « a été la cible de tant crises et de complots », avant le retour à la normale, qualifiant l’engagement des chefs de file palestiniens, par la signature de la Déclaration d’Alger, de « Journée mémorable, dans l’attente de la concrétisation effective de l’édification de l’Etat palestinien indépendant, avec El Qods comme capitale ».

Rappelons que 14 factions palestiniennes ont signé la Déclaration d’Alger qui contient neuf (09) clauses : Le Mouvement de la résistance palestinienne (Hamas), le Mouvement Fatah, le Front de Libération de la Palestine, le Front populaire de libération de Palestine, le Parti du peuple palestinien, le Front démocratique pour la libération de la Palestine, le Front arabe palestinien et le Mouvement du djihad islamique.

Le chef de l’Etat algérien a salué les factions et les délégués pour « avoir respecté la volonté du peuple palestinien » à Ghaza, en Cisjordanie ainsi que la diaspora à l’étranger. Entouré par les dirigeants du Fat’h et du Hamas, il a exhorté les participants à l’Unité pour faire prévaloir l’intérêt suprême du peuple palestinien.
A ce succès diplomatique, se greffe toutefois un affligeant bien-fondé qui perdure, celui des martyrs de tous les jours et des institutions internationales s’accommodant allègrement de la posture des « Trois singes » !
O.H

Une mission dont le succès est aussi conforté par le passé révolutionnaire algérien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...