Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Dépolitiser le meurtre social dans la pandémie de Covid-19

Le cauchemar pandémique actuel est la manifestation la plus récente et la plus aiguë de la tendance de la société capitaliste à tuer beaucoup et régulièrement, une tendance que Friedrich Engels appelait « meurtre social ». Le capitalisme tue parce que les comportements destructeurs sont, dans une large mesure, obligatoires dans ce type de société. Les entreprises doivent faire suffisamment d’argent ou de graves conséquences sociales s’ensuivent – pour elles, leurs employés et le gouvernement. Pour que cela se produise, le reste d’entre nous doit poursuivre ses activités économiques qui sont obligatoires pour maintenir ce type de société.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Publié le 2 avril 2022

Le fait que ces activités soient obligatoires signifie que les sociétés capitalistes sont dépendantes du marché : la participation au marché n’est pas facultative, mais obligatoire. Comme l’a dit Beatrice Adler-Bolton, dans le capitalisme « vous avez droit à la survie que vous pouvez acheter », et donc les gens font généralement ce qu’ils doivent faire pour obtenir de l’argent. Les résultats prévisibles sont les suivants : certaines personnes n’obtiennent pas assez d’argent pour survivre ; certaines personnes sont en danger en raison de conditions de travail, de vie et d’environnement dangereuses ; certaines personnes souffrent d’un manque de biens et de services de qualité suffisante pour favoriser le plein épanouissement de l’être humain ; et certaines personnes infligent aux autres les conditions susmentionnées. La réalité simple et brutale est que le capitalisme tue beaucoup, régulièrement. (L’apocalypse en constante progression de la crise climatique est une autre manifestation de la tendance au meurtre social, tout comme le meurtre très ancien et toujours en cours des travailleurs dans les opérations ordinaires de tant de lieux de travail).

La tendance au meurtre social crée des problèmes potentiels que les gouvernements doivent gérer, puisque les États sont eux aussi soumis aux pressions et aux tendances découlant du capitalisme. Ils se retrouvent face aux résultats du meurtre social, résultats auxquels ils sont censés apporter des réponses, avec des options relativement restreintes par les limites que leur impose le capitalisme. Dans ce contexte, les gouvernements ont souvent recours à une tactique spécifique de gouvernance : la dépolitisation.

La dépolitisation est une tentative du gouvernement de « mettre à distance le caractère politiquement contestable de la gouvernance », pour reprendre les termes du politologue Peter Burnham. On pourrait appeler cela la règle du déni : prendre des décisions sans avoir l’air d’en prendre, considérer les conséquences comme inévitables et essayer de placer l’autorité ailleurs afin d’éviter d’avoir à répondre de ce qui se passe.

L’analyse de Burnham est utile pour comprendre la réponse de l’administration Biden à la pandémie, à plusieurs égards. Premièrement, il place la dépolitisation dans un contexte théorique et social plus large en soulignant que les gouvernements doivent gérer les conséquences politiques potentielles des problèmes qui sont générés de manière assez prévisible par le capitalisme.

La dépolitisation permet de résister aux demandes d’action gouvernementale en présentant certains événements comme inévitables (comme lorsque le président Biden a déclaré, deux jours après son entrée en fonction, qu’« il n’y a rien que nous puissions faire pour changer la trajectoire de la pandémie au cours des prochains mois ») et d’autres comme impossibles (comme lorsque l’attachée de presse Jen Psaki a raillé, lors d’un point de presse en décembre, « devrions-nous simplement envoyer un [test covid] à chaque Américain ? »).

D’autres stratégies de dépolitisation déployées par l’administration Biden reposent sur l’abdication du pouvoir de décision, comme la délégation des décisions aux autorités locales et étatiques, et la désignation de boucs émissaires (la liste comprend la Cour suprême, les personnes non vaccinées, les républicains, les variants du coronavirus et la récalcitrance supposée de la population face à des mesures d’atténuation largement inexistantes).

Selon l’analyse de Burnham, ces choix tactiques doivent être compris dans un contexte de conflit social. Les conflits sociaux sont des lieux d’éruption potentielle de la politique par le bas. Les gouvernements dépolitisent en partie pour garder le contrôle sur ceux qui définissent les termes de ce qui est et n’est pas politique et, surtout, pour empêcher la politisation des aspects apparemment routiniers de la vie dans la société capitaliste. Ce type de politisation constitue toujours un problème pour l’État, et la dépolitisation, en tant que tactique, est une tentative de désamorcer ce risque.

Prenons, par exemple, le travail faiblement rémunéré, qui est un lieu de conflit social particulièrement important. Les politiques de redistribution mises en œuvre au début de la pandémie semblent avoir encouragé ce que l’on appelle la Grande Démission. Comme l’a expliqué Abdullah Shihipar, au début de la pandémie, « pour tenter d’endiguer la vague de décès, des réformes sans précédent ont été adoptées » par les gouvernements locaux, étatiques et fédéraux, notamment des moratoires sur les expulsions, de meilleures allocations de chômage et une augmentation des programmes de repas gratuits dans les écoles. Ces politiques étaient des formes de politisation relative – et, je le souligne, modérée – des conditions existantes par le biais de la politique. Un résultat important a été une réduction spectaculaire de la pauvreté. En tant que candidat à la présidence, Biden a appelé à développer ce type de politique, tout en critiquant l’administration Trump de ne pas en avoir fait plus dans ce sens. Ces approches antérieures sur la pandémie avaient offert de petits aperçus de ce qui est possible et une chance de relâcher un peu le caractère subordonné de la vie des gens au service du régime d’accumulation. L’administration Biden a depuis abandonné cette approche et opté pour la dépolitisation.

Bien sûr, l’une des forces motrices de la « Grande Démission » est probablement aussi le fait que les gens ne veulent pas tomber malades au travail. (Je peux le dire personnellement, ma mère a quitté son emploi dans un entrepôt par crainte d’être exposée au COVID-19 et a accepté un emploi moins bien rémunéré dans un établissement de vente au détail disposant de meilleures mesures d’atténuation des infections). Limiter les options économiques des gens afin de freiner la Grande Démission semble avoir été une des raisons pour lesquelles Biden n’a pas poursuivi les politiques de redistribution vaguement généreuses des premiers jours de la pandémie.

Cela nous amène à un dernier aspect pertinent de l’analyse de Burnham : lorsque les gouvernements s’engagent dans des tactiques de dépolitisation, leur objectif n’est pas de résoudre les problèmes sociaux, mais de résoudre leurs propres problèmes politiques, souvent en essayant de faire en sorte que les problèmes sociaux ne soient plus des enjeux politiques.

Les employés des administrations ne sont pas naïfs. Ils connaissent les conséquences de leurs actions, mais les entreprennent quand même. On peut supposer qu’ils ne sont pas des monstres, dans la mesure où ils se sentent mal que certaines personnes soient mortes et que d’autres vont mourir à cause de leurs décisions, mais ils prennent néanmoins ces décisions. Ceux d’entre nous qui ont des penchants populistes sont tentés d’attribuer les maux du capitalisme à la cupidité et à l’indifférence inhumaine des riches et des puissants. Bien que nos dirigeants sociaux puissent être comme cela, ces défauts de caractère sont bien moins la cause des maux sociaux qu’ils ne sont les effets de structures sociales sous-jacentes (placez les personnes les plus généreuses dans de telles positions, et voyez combien de temps elles le resteront !) Les entreprises sont soumises à des pressions concurrentielles qui les obligent à maltraiter leurs employés, leurs clients et l’environnement. Contraints d’agir de la sorte, les managers cherchent des justifications et remodèlent lentement leur comportement moral pour s’y adapter. Le capitalisme produit à la fois une mort massive et des personnes en position d’autorité institutionnelle qui sont capables de vivre avec cette mort massive. En tant que tels, les appels moraux à la conscience des administrations ne nous mèneront pas loin.

La réponse de l’administration Biden à la pandémie ne sera humaine et respectueuse des principes que si des personnes humaines et respectueuses des principes provoquent des conséquences politiques par une action collective. Ainsi, tout effort sérieux pour atténuer cet épisode catastrophique de meurtre social à court terme ne peut que prendre comme point de départ la façon dont un grand nombre de personnes ordinaires peuvent créer des répercussions sérieuses pour ceux qui sont au sommet du pouvoir. À long terme, nous devons trouver la voie d’une société qui ne soit pas fondamentalement meurtrière.

Nate Holdren

Nate Holdren est un historien juridique du capitalisme aux États-Unis. Il est l’auteur du livre Injury Impoverished : Workplace Accidents, Capitalism, and Law in the Progressive Era et enseigne dans le cadre du programme de droit, politique et société de l’université Drake.

Publication originale :

https://blog.petrieflom.law.harvard.edu/2022/03/21/depoliticizing-social-murder-covid-pandemic/

https://cabrioles.noblogs.org/depolitiser-le-meurtre-social-dans-la-pandemie-de-covid-19

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...