Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Immigration

Des groupes communautaires commémorent le premier anniversaire depuis que la première personne incarcérée a contracté le COVID-19 dans le cadre de la que journée pancanadienne pour dénoncer les prisons

Quoi : Conférence de presse

Quand : Samedi 20 mars à midi

Où : Centre de surveillance de l’immigration de Laval, 200 Montée St
François, Laval (Québec)

Intervenant-e-s :

Dr. Arnold Aberman, médecin généraliste et membre du collectif Soignons la
justice sociale

Johanne Wendy Bariteau, parajuriste et membre du Groupe anti-carcéral

Moka Dawkins, militante noire trans et combattante pour la liberté

Maria Perez, détenue du Centre de surveillance de l’immigration de Laval

Milena, détenue du Centre de surveillance de l’immigration de Laval

Samer Muscati, Directeur associé, Division des droits des personnes
handicapées, Human Rights Watch

Montréal, 18 mars 2021 - Des groupes communautaires montréalais de défense
de la justice des migrant-e-s, de lutte contre le racisme et d’abolition
des prisons se joindront à une journée d’action pancanadienne pour
commémorer le premier anniversaire du premier prisonnier au Canada à avoir
contracté la COVID-19 au centre de détention de Toronto Sud. La
commémoration se déroule alors que les détenu-e-s migrant-e-s de la prison
pour migrant-e-s de Laval ont mené des grèves de la faim au cours du
dernier mois pour dénoncer les conditions sanitaires de la prison au milieu
d’une épidémie de COVID-19.

Le mois dernier, le premier migrant détenu à la prison de Laval à avoir été
testé positif au virus COVID-19 a entamé une grève de la faim pour attirer
l’attention sur les conditions de la prison, qui rendent impossible le
respect des directives de santé publique les plus élémentaires. Au total,
au moins trois détenus ont été testés positifs au COVID-19, et d’autres se
sont joints à la grève de la faim, dénonçant le manque de ventilation dans
la prison et l’absence d’hygiène de base. En outre, les détenus ont signalé
qu’ils étaient maintenus en isolement, ce que l’Agence des services
frontaliers du Canada utilisait comme stratégie malavisée pour contenir le
virus dans la prison, malgré le fait que l’isolement cellulaire a été
largement dénoncé comme inhumain et comme une forme de torture. Malgré
leurs efforts, les conditions de détention n’ont pas changé et un leader de
la grève de la faim a été expulsé vers son pays d’origine mardi dernier.

Le samedi 20 mars, des médecins de Soignons la justice sociale seront
rejoints par des membres de Solidarité sans frontières, du Groupe
anti-carcéral et de Human Rights Watch pour dénoncer les conditions
sanitaires des différentes prisons de Laval. Ils souligneront la nécessité
d’une libération immédiate des personnes incarcérées, devenue encore plus
urgente avec la pandémie mondiale de COVID-19 en cours.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Immigration

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...