Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Corruption

Détournement par le PQ des fonds parlementaires - Québec solidaire réclame une enquête

MONTRÉAL, le 13 janv. 2017 - Dans la foulée des révélations du Journal de Québec sur des embauches partisanes du Parti québécois payées à même les fonds dédiés aux travaux parlementaires, la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, demande au président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, et au secrétaire général de l’Assemblée nationale de déclencher une enquête sur l’utilisation inappropriée des fonds publics à des fins partisanes.

« Ces allégations soulèvent des questions d’intégrité de la plus haute importance alors que la collusion continue d’entacher la classe politique québécoise. Il est inacceptable de refiler la facture des manœuvres électorales du PQ aux contribuables au-delà des fonds déjà alloués au financement public des partis politiques. Comment la population peut-elle faire confiance à une formation politique qui semble incapable de faire la différence entre son propre livre comptable et celui de la population ? » demande Mme Massé.

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques est perplexe d’entendre la députée d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, confondre travail partisan et travail parlementaire en tentant de banaliser la situation. « Mme Poirier semble croire que les pratiques du Parti québécois sont monnaie courante. Elle ne devrait donc pas avoir d’objection à ce que l’ensemble des formations politiques représentées à l’Assemblée nationale ouvrent leurs livres. Elle serait surprise d’apprendre que Québec solidaire a les mains propres », soutient Manon Massé.

Québec solidaire demande également au Directeur général des élections (DGEQ) de se pencher sur ces allégations au plus vite. Les scandales s’empilent : le PQ doit encore près de 175 000$ aux contribuables en contributions électorales illégales alors même qu’il lance une campagne publicitaire partisane à grands frais. « On sait que le PQ a une dette importante. Détourner l’argent de l’Assemblée nationale n’est malheureusement pas la façon de régler ses comptes », déplore la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, doit clarifier le rôle joué par Paul Saint-Pierre Plamondon et sa conseillère spéciale sur la diversité, Évelyne Abitbol, deux embauches hautement médiatisées dans les dernières semaines. En outre, les dépenses encourues par les fonctions des employés impliqués, dont les frais de déplacement et de liaison, sont-elles remboursées par le contribuable ? « M. Lisée, osez repenser le PQ. Les Québécoises et les Québécois savoir si votre formation politique a réellement changé à l’approche d’élections générales qui se joueront sur l’intégrité », conclut Mme Massé.

Pour Québec solidaire, il est essentiel que les budgets des cabinets et des services de recherche de toutes les formations politiques soient rendus disponibles aux journalistes et à la population via l’accès à l’information.

Sur le même thème : Corruption

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...