Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Discours de Feminist Anti-War Resistance pour la remise du Prix de la Paix d’Aix-la-Chapelle

Le 1er septembre 2023, Feminist Anti-War Resistance et la Human Rights Defenders Foundation recevront le Prix de la Paix d’Aix-la-Chapelle.

Tiré de Entre les lignes et les mots
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/10/13/discours-de-feminist-anti-war-resistance-pour-la-remise-du-prix-de-la-paix-daix-la-chapelle/

Le prix de la paix d’Aix-la-Chapelle est une initiative citoyenne créée en 1988. Chaque année, le prix est décerné à deux personnes ou organisations. Parmi les lauréats précédents figurent les Mères de soldats de Saint-Pétersbourg (Russie), les Femmes en noir (Israël), Code Pink (États-Unis), la militante kurde des droits de l’homme Leila Zana et bien d’autres encore.

La Fondation des défenseurs des droits des droits humains est une organisation israélienne qui opère depuis 2011 et défend les droits des activistes civils persécuté·es par le gouvernement israélien pour leur travail.

La déclaration du prix stipule que :

«  Nous voulons donc honorer et rendre visibles des femmes, des hommes ou des groupes qui ont contribué, à la base, à comprendre les gens, à briser les stéréotypes sur les ennemi·es et à instaurer la confiance. Nous voulons honorer des personnes sans tenir compte de critères idéologiques, religieux ou politiques, ni de leur appartenance sociale ou nationale. Nous voulons les honorer parce qu’ils apportent la paix par leur sens de la justice, leur humanité, leur réactivité (y compris envers leurs ennemis), leur non-violence, leur courage civique, leur énergie, leur objectivité et leur cœur ».

Les membres du comité d’organisation du prix, malgré leur position pacifiste, ne partagent pas le slogan populaire allemand « Frieden shaffen ohne Waffen ! » (« Parvenir à la paix sans armes ! »). Dans l’une de ses interviews, Dieter Spoo, membre du comité d’organisation du prix, a déclaré à propos des livraisons d’armes et des attitudes en Allemagne : « En livrant des armes à l’Ukraine, nous ne faisons rien d’autre que d’aider l’Ukraine à s’en sortir » : « En fournissant des armes à l’Ukraine, nous prolongeons bien sûr la guerre. Mais cette guerre a été imposée au pays. Si nous ne l’avions pas prolongée, l’Ukraine aurait cessé d’exister. Cela ne peut pas arriver ». Benedict Kahless, un autre membre du comité organisateur, est d’accord avec lui : « Même en tant que pacifiste, je reconnais le droit à l’autodéfense et je comprends le désir de l’Ukraine de recevoir des armes. »

Les membres et les activistes de la FAS se produiront à visage couvert lors de la cérémonie de remise des prix, en signe de solidarité avec les activistes anonymes du mouvement actuellement en Russie. Une vingtaine de personnes monteront sur scène et derrière elles, il y aura un écran avec des femmes activistes russes qui ne peuvent pas venir à la remise des prix, elles seront donc présentes sur l’écran et porteront des masques. FAS souligne ainsi que notre mouvement existe grâce à celles qui sont restées à l’intérieur de la dictature russe et qui poursuivent la lutte. Nous dédions ce prix aux femmes russes persécutées pour leurs positions anti-guerre. L’équivalent monétaire du prix sera donné par FAS à une organisation féministe ukrainienne et à une initiative russe aidant les prisonniers politiques. Notre discours a été rédigé collectivement et par le biais d’un appel ouvert, car la FAS est un mouvement horizontal.

Texte du discours du FAS pour le prix de la paix d’Aix-la-Chapelle
le 1er septembre 2023

Nous remercions le comité du Prix de la Paix d’Aix-la-Chapelle pour ce prix et pour avoir exprimé un soutien et une solidarité inestimables avec nos activistes. Nous sommes honorés de recevoir ce prix en même temps que le Human Rights Defenders Fund (Israël), qui se bat pour les droits des femmes activistes sous la menace constante de leur gouvernement.

Nous ne montrons pas nos visages aujourd’hui parce qu’être ici n’est pas seulement un honneur, mais aussi un grand privilège et une grande responsabilité. La plupart de nos étudiantes se trouvent en Russie et ne peuvent révéler leur visage et leur nom sans risquer d’être emprisonnées ou torturées par les forces de sécurité russes.

Nous recevons ce prix alors qu’une guerre est en cours et que notre État bombarde l’Ukraine tous les jours, tandis que l’armée et les civil·es ukrainien·es résistent héroïquement à cette agression non provoquée.

Nous recevons ce prix alors que nos consœurs poursuivent leur lutte en Russie – notre mouvement existe grâce à leur courage et à leur résistance au régime russe.

Le mouvement Feminist Anti-War Resistance est né le 25 février 2022 en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine. Aujourd’hui, nous sommes des dizaines de cellules et de groupes autonomes en Russie et à l’étranger. Nous comptons parmi nous des militants indigènes, des personnes LGBTQ+, des personnes handicapées, des personnes ayant une expérience de la migration et des réfugié·es, des personnes ayant subi diverses formes de violence et de discrimination. Nous construisons des réseaux de soutien mutuel avec d’autres mouvements anti-guerre et groupes d’activistes afin d’unir et de politiser davantage de personnes prêtes à travailler ensemble pour jeter les bases d’une Russie future libérée de la dictature, de la répression, du militarisme, de l’impérialisme et de la violence.

La guerre est la continuation de la violence patriarcale, l’une de ses manifestations extrêmes, qui parasite toujours les personnes vulnérables et non protégées.

La guerre, ce sont des millions de personnes forcées de quitter leur foyer, des milliers d’Ukrainiens blessés, tués et torturés par l’armée russe. Les Ukrainien·es déplacés de force en Russie vivent dans des conditions inhumaines, sans autre soutien que celui de leurs proches et de volontaires, et sont soumis à une pression constante de la part de l’État russe. Des milliers de civil·es ukrainien·es sont retenus prisonnier es par l’armée russe et on ne sait rien de leur sort. Des milliers d’enfants ukrainiens ont été enlevés par la Russie.

Nous répétons souvent : «  La guerre commence à la maison ». La violence domestique, la violence à l’encontre des femmes, des enfants et des personnes âgées est une violence encouragée et entretenue par l’État russe depuis des années. Il y a longtemps qu’elle s’est répandue hors de nos foyers et a dépassé les frontières des États. Toutes les violences sont liées – et toutes les violences doivent cesser. La guerre commence à la maison et doit s’arrêter à la maison. Car elle se nourrit de la violence au sein de notre société. Le féminisme est donc un élément indissociable de la résistance à la guerre.

En Russie, les femmes sont déjà confrontées à la violence des soldats qui reviennent de la guerre. De nombreux prisonniers ayant purgé une peine de prison pour des crimes violents ont été mobilisés, sont déjà rentrés de la guerre et se promènent en liberté, ayant reçu des grâces et des médailles pour tous leurs crimes de guerre. La Russie adopte de plus en plus de lois discriminatoires qui violent les droits des êtres humains. En particulier, des lois qui rendent la vie insupportable aux personnes LGBTQ+ en Russie. Une nouvelle loi interdit les procédures d’affirmation de genre et le changement du marqueur de genre sur les documents. Des milliers d’autochtones vivent toujours sous l’occupation russe et ceux qui tentent de défendre leurs droits font l’objet d’une répression systématique.

La paix ne se limite pas à un cessez-le-feu. Nous voulons une paix non seulement sans violence militaire ouverte, mais aussi sans violence structurelle. Une telle paix exige également l’inclusion totale des représentant·es des groupes vulnérables dans tout processus de pré-négociation et de rétablissement de la paix. Une telle paix nécessite une lutte active et ne peut être trompée par un simple cessez-le-feu.

Nous nous appelons « Résistance féministe contre la guerre », mais nous sommes bien conscientes que l’« anti-guerre » ne consiste pas à privilégier le pacifisme, mais à reconnaître le droit de la partie affectée à l’autodéfense. Les femmes ukrainiennes ne peuvent pas dire « non à la guerre » à une guerre qui est déjà arrivée chez elles. Elles ne peuvent pas dire « ce n’est pas notre guerre ». Elles sont obligées de défendre et de protéger leur maison et leurs proches, souvent au prix de leur vie.

Nous voulons être bien compris : dans notre cas, l’« anti-guerre » n’est pas l’attente oisive d’une paix abstraite quand l’une des parties est à court de ressources. L’« anti-guerre » est une résistance quotidienne à l’agresseur et à ses ambitions militaires et impériales. Une résistance à laquelle participent des milliers de femmes, de personnes homosexuelles, d’activistes et de féministes. Et cet honneur leur revient.

Tant que Poutine et son régime existeront en Russie, il n’y aura pas de paix. Tant que des peuples et des territoires seront occupés, il n’y aura pas de paix. La paix ne peut être considérée comme telle lorsque des prisonniers politiques sont en prison et que les militant·es qui ont fui le pays ne peuvent pas rentrer chez eux en toute sécurité. Une telle « paix » ne tient pas compte des droits d’un grand nombre de personnes vulnérables.

Nous voulons la paix, mais nous voulons une paix juste, sans territoires occupés, sans esclavage et sans torture, sans prisons et sans exploitation, sans dictatures, sans violence silencieuse sous quelque forme que ce soit.

Nous voulons dédier ce prix aux femmes russes et aux personnes LGBTQ+ qui ont fait l’objet de poursuites pénales pour leurs actions, leur identité et leurs opinions contre la guerre, et qui se trouvent dans des centres de détention provisoire et des prisons. Des militant·es qui ont subi des perquisitions et des tortures, qui ont été confronté·es à la violence pour avoir agi contre la guerre et pour avoir aidé les Ukrainien·es. Il ne s’agit pas seulement de militant·es de notre mouvement, mais de milliers d’histoires de résistance au fascisme russe, des histoires d’écolier es et de retraité·es. Nous dédions ce prix à Maria Ponomarenko, Sasha Skochilenko, Natalia Filonova, Tatiana Savinkina, Marina Novikova, Victoria Petrova, Masha Moskalyova et à toutes celles et tous ceux que nous ne pouvons pas nommer aujourd’hui pour des raisons de sécurité.

Nous ferons don de l’équivalent en espèces de ce prix à une organisation féministe ukrainienne et à une initiative russe d’aide aux prisonnier·es politiques. Nous exprimons notre soutien et notre solidarité aux Ukrainien·es dans leur lutte pour la liberté. Nous vous remercions.

https://teletype.in/@femantiwarresistance/aachen_speech
Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...