Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Droit d'association et de négociation collective des travailleuses et travailleurs agricoles : Oui à la vraie syndicalisation, non à un régime de représentation bidon ! (Front de défense des non-syndiqué-es)

MONTRÉAL, le 24 oct. 2014 - À la suite de l’adoption du projet de loi 8 par le gouvernement du Québec, le comité Travail migrant du Front de défense des non-syndiqué.e.s (FDNS) s’indigne des nouvelles dispositions introduites dans le Code du travail. En effet, elles viennent créer un régime d’exception, excluant un nombre important de personnes salariées à toute la protection du Code du travail, tout en portant atteinte à leur liberté d’association. Un droit qui est pourtant reconnu par plusieurs conventions internationales et par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. 

Selon Mélanie Gauvin porte-parole du FDNS « En plus d’être discriminatoire, le régime imposé par les amendements au Code du travail ne répond pas aux attentes exprimées par la Cour supérieure du Québec en 2013, ni à l’avis de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse à ce sujet, ainsi qu’à celles de nombreux groupes sociaux dont le FDNS. Ce régime crée un modèle de représentation « bidon » où les travailleuses et travailleurs du secteur agricole ont un rapport de force inégal face à leur employeur. Il faut aussi rappeler qu’une part importante de ces personnes a le statut précaire de travailleuses et travailleurs migrants temporaires. Ils sont déjà fortement soumis à l’arbitraire de leur employeur notamment par leur statut d’immigration qui les lie à ce dernier et qui restreint leur capacité à changer d’employeur. »

Jusqu’au 18 décembre, Journée internationale des migrants, le comité Travail migrant du FDNS mène une campagne pour dénoncer l’exclusion et la discrimination systémique dont sont victimes les travailleuses et les travailleurs migrants. Ces personnes viennent au Québec en raison de conditions difficiles dans leur pays d’origine et occupent des emplois souvent délaissés par la main-d’œuvre locale, , généralement à cause des mauvaises conditions offertes.

Le comité Travail migrant du Front de défense des non-syndiqué.e.s (FDNS) regroupe les organismes suivants : Association des aides familiales du Québec (AAFQ), Centre des travailleuses et des travailleurs immigrants (CTI), Centre international de solidarité ouvrière (CISO), Centre Justice et foi, Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII), Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN), Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...