Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Duceppe doit-il enterrer ou ressusciter le Bloc ?

Fera-t-on l’Indépendance à Ottawa ? NON.

Le régime canadien peut-il être influencé par le Québec ? NON.

Que fait-on au parlement d’Ottawa ? RIEN.
Rien d’autre que de fournir de bons scénarios pour l’émission humoristique de Laflaque.

L’énergie dépensée à Ottawa en vaut-elle la peine ? NON.
On devrait conserver cette énergie chez nous.
Notre présence à Ottawa ne fait qu’entériner ce que l’on combat.

Duceppe devrait-il enterrer le Bloc ?
OUI

 
Le Bloc a eu son utilité pour montrer à Ottawa, suite à l’échec notable du Lac Meech et suite au vol du référendum de 95, notre affirmation persistante à déclarer notre Pays Indépendant, mais cette démonstration à l’intérieur du parlement canadien est devenue usée, caduque, inefficace et même contre-productive.
 
Aujourd’hui, le succès « mitigé » du Bloc à Ottawa sert nettement plus à nos adversaires qu’à nous, les Souverainistes-Indépendantistes-Séparatistes-Nationalistes. 
 
Nos adversaires utilisent "intelligemment" le succès « tiède » (ou l’insuccès) du Bloc pour nous démobiliser, nous démoraliser, nous déprimer et même nous décourager de faire reconnaître notre Pays.
 
La présence du Bloc à Ottawa, si on y regarde de plus près, joue contre nous. Son succès sans éclat (ou insuccès) nous atteint tous psychologiquement ce qui profite directement et amplement aux fédéralistes.
 
L’élection du Canada concerne le Canada.
On nous permet toutefois de voter pour ce Pays !

 
L’élection fédérale de 2011 nous a démontré de façon irréfutable et spectaculaire le poids politique du Québec au parlement canadien.
Jamais dans l’Histoire du Québec les Québécois n’ont élu autant de députés pour un parti. Le Québec a élu 59 députés du NPD (sur 75) dépassant même le record de 56 députés libéraux (sur 74) lors de la "Trudeaumanie" de 1968 et dépassant les meilleurs résultats que le Bloc a connu, soit 54 députés sur 75 en 1993 et en 2004.
 
Malgré ce vote massif des électeurs québécois pour le NPD afin de défaire le régime Harper, le régime canadien s’est donné facilement un parlement « MAJORITAIRE » réformiste-conservateur prônant des politiques TOTALEMENT contre les valeurs profondes québécoises. Cette démonstration édifiante nous montre clairement le poids politique du Québec à Ottawa : UN POIDS NUL.
 
Une démonstration éloquente.
Nous n’avons aucun poids notable à Ottawa.

 
Tout ce qu’on peut attendre de notre présence à Ottawa, c’est de nous faire ridiculiser et rabaisser comme étant une quantité négligeable dans ce Pays pour qui la culture et la langue québécoise est comme une verrue au milieu du visage. Une verrue que l’on s’efforce à faire disparaître afin d’obtenir une image uniforme « coast to coast ».
 
Il est donc grand temps que le Bloc se dissolve et apporte ses forces ici. 
 
De plus, la division du vote québécois entre le NPD et le Bloc servirait de façon sûre à participer à la réélection du régime réformiste-conservateur qui nous entraîne vers la guerre, le communautarisme et l’étouffement de la culture et de la langue du Québec.
 
Comme on nous offre la possibilité de voter pour ce Pays voisin qu’est le Canada, je crois que nous devons apporter notre soutien à un parti canadien qui peut faire en sorte que notre voisin canadien ait des politiques plus conforment à nos valeurs québécoises pacifiques et environnementales.
 
À mon sens, Gilles Duceppe et le mouvement indépendantiste québécois sortiraient gagnants du sabordage du Bloc. En disant que nous n’avons plus rien à foutre à Ottawa et que c’est au Québec où nous allons proclamer le Pays, M. Duceppe et les membres du Bloc québécois, garderaient la tête haute. Ils pourraient dire haut et fort qu’il n’y a plus rien à quémander à Ottawa, ce régime qui nous tient sous sa botte.
 
Saborder le Bloc nous assure de rester digne. Et un succès tiède ou désastreux du Bloc aux prochaines élections fédérales nous assure de donner du carburant à nos adversaires pour piétiner nos espoirs.
 
Le Bloc disparu nous donnerait aussi la possibilité d’annuler massivement notre vote au Québec. L’annulation massive du vote québécois aurait un impact médiatique et politique plus important que l’élection de 50 bloquistes. Cet impact pourrait être plus efficacement utilisé pendant nos démarches visant à déclarer le Pays que nos bloquistes à Ottawa qui, de toute façon, ne peuvent rien faire d’autre au parlement canadien que de fournir des lignes humoristiques à Laflaque.
 
Annuler son vote ou voter pour un parti politique canadien en mesure de battre le régime militariste et guerrier de Stephen Harper voila le seul poids que nous ayons à Ottawa.
 
 
L’Indépendance du Pays, c’est au Québec que cela va se faire et jamais à Ottawa.
 
J’encourage Gilles Duceppe et les membres du Bloc québécois à mettre fin à leur participation au régime canadien. Ce serait un geste spectaculaire, digne, courageux et frondeur.
 
Serge Charbonneau
Québec

Serge Charbonneau

De Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...