Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Eau Secours ! appuie les employés des services d’inspection du ministère de l’Environnement

Montréal, le 9 novembre 2007 – La Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau – Eau Secours ! appuie le groupe d’employés des services d’inspection du ministère dans leur démarche pour que le gouvernement Charest tienne sa promesse faite en 2004, d’ajouter 70 inspecteurs au Centre de contrôle environnemental du Québec (CCEQ) d’ici la fin de 2007.

Ces employés ont constaté que, non seulement le personnel de plusieurs bureaux du CCEQ est demeuré stable, mais qu’il a même diminué pour plusieurs bureaux. Selon eux, ce manque d’effectif a pour résultat de forcer le ministère de l’Environnement à laisser tomber des poursuites contre des pollueurs parce que les délais de prescription de la loi sont dépassés faute de personnel pour mener les dossiers à terme. De plus, il est impossible pour les inspecteurs en place de faire de la prévention auprès des entreprises par manque de temps.

Eau Secours ! a déjà invité le gouvernement, notamment dans le dossiers des algues bleu-vert, à accroître la quantité d’inspecteur environnementaux, car leur nombre insuffisant a des répercussions importantes sur la qualité de l’eau. Le rôle des inspecteurs est important pour veiller à faire adopter un comportement approprié de la part des pollueurs. L’autocontrôle n’est vraiment pas la solution. À titre de comparaison, on peut imaginer ce que seraient nos routes s’il n’y avait pas de surveillance policière pour limiter les excès de vitesse.

Pour la Coalition , la situation est déplorable et il reste à espérer que le gouvernement décide de respecter ses engagements d’augmenter le nombre d’inspecteurs afin que ceux-ci puissent tenir adéquatement leur rôle de protecteur de l’environnement et assurer ainsi le respect des règlements pour une meilleure qualité de vie des citoyennes et citoyens québécois.


Extrait du Journal Le Devoir le 8 novembre 2007

Il y a quelques jours, dans une enveloppe anonyme, Le Devoir a reçu copie de la correspondance que ces trois employés, soit André Ménard, du bureau de Laval, André Hamel et Mathieu Trudelle, tous deux du bureau de Sherbrooke, ont entretenue depuis deux ans avec la haute direction du ministère pour lui souligner ce qu’ils qualifient « d’essoufflement généralisé » des services d’inspection environnementaux des différentes régions du Québec. Cette correspondance a été distribuée à quelque 400 personnes au sein du ministère.

Récemment, les trois employés en question ont été suspendus pour une durée de 48 heures pour une raison que Philippe Cannon, l’attaché de presse de la ministre titulaire du MDDEP, Line Beauchamp, était incapable de dévoiler en raison du caractère « personnel » des dossiers de relations de travail. Les trois employés en question, a-t-il précisé, auraient « menacé » la direction du ministère d’envoyer le dossier complet au Devoir si d’autres mesures disciplinaires les ciblaient.

Mots-clés : Communiqués

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...