Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

« En 2060, il y aura quatre fois plus de microplastiques dans les océans »

L’océanographe Atsuhiko Isobe, de l’Université de Kyushy (Tokyo), est une autorité mondiale en matière de déchets plastiques océaniques. Il a consacré de nombreuses années à explorer les mers pour déterminer comment se déplacent les millions de tonnes de plastique qui naviguent autour de la Terre. Nous avons discuté avec lui à Tokyo en ces jours de sensibilité environnementale particulière avec le Sommet sur le climat.
Les îles de microplastiques trouvées en Asie sont géantes. En 2010, on estimait que les seuls pays du G20 déversaient entre 2 et 5,8 millions de tonnes par an dans les mers. Globalement, cela peut être huit millions. Ou plus ?

photo et article tirés de NPA 29

La situation s’est aggravée depuis que la Chine n’accepte plus d’importer de déchets étrangers du monde développé et que les transports se déplacent désormais vers des pays d’Asie du Sud-Est déjà effondrés et incapables de les gérer. Pour le gouvernement japonais, il est prioritaire de savoir ce qui se passe et Isobe et son groupe ont passé de nombreuses années à le découvrir.

Cette année, il a publié un article dans Nature sur l’évolution des microplastiques océaniques depuis 1957, un travail qui inclut une prévision noire pour 2066.

« Nous avons fait une expédition et trouvé des microplastiques de l’Antarctique à Tokyo. En Antarctique, il y avait jusqu’à 10 000 pièces de moins de 5 millimètres par kilomètre carré, beaucoup plus que prévu, mais dans le Pacifique Nord, la densité atteignait 8,8 millions de pièces par km2 et la moyenne dépassait 100 000.

C’est une situation dramatique, mais cela peut être plus. Nos prévisions indiquent que, si cela continue, en 2066 nous multiplierons par quatre les microplastiques, une barbarie », assure-t-il lors d’une interview à Tokyo.

Le travail d’Isobe est essentiel pour savoir ce qui se passe dans le Pacifique, un océan qui reçoit 52% des déchets plastiques du monde. Et cela grâce à des expéditions, en surveillant plus de 100 stations de contrôle installées sur toute la côte du Japon, avec des drones et même grâce à la science citoyenne, en utilisant des applications mobiles dans lesquelles tout le monde peut entrer des données sur les ordures trouvées sur les plages et les mers, pas très différentes de celle en Espagne qui a lancé le programme SEO / Birdlife et Ecoembes Libera.

C’est ainsi qu’il a réussi à trouver d’authentiques décharges du nord de la planète au Pacifique, de la côte du Vietnam aux Philippines et à la Malaisie. « Avec les courants océaniques, les microplastiques, certains déversés directement et d’autres résultant de la détérioration d’autres, se déplacent d’un endroit à un autre en continu.

Nous savons que dans 80% des cas, ils arrivent de la terre, par les rivières. Nous savons également qu’ils sont pour la plupart à usage unique, mais il est souvent difficile d’en identifier le type. Au Japon, ils se déplacent différemment sur la côte est et ouest, en hiver et en été, mais en réalité, nous avons besoin de beaucoup de recherches pour connaître exactement leurs dérives, comment elles se détériorent et comment elles impactent ».

Isobe souligne que, bien que des informations sur les impacts sur la santé humaine soient publiées de temps à autre, « elles n’ont pas pu se faire en laboratoire pour le moment », bien que pour le moment son équipe étudie comment cela affecte les poissons.

« Ce qui est vraiment dramatique, c’est ce qui se passe dans les écosystèmes dans leur ensemble. Chez les poissons, on sait déjà qu’ils ont un impact biologique et que leur reproduction diminue car ils remplissent l’estomac de plastique, qui n’est pas nutritif, et finalement ils s’affaiblissent et meurent ».

De son côté, la chercheuse de l’Université de Washington Elaine Faustman, lors du congrès UMIGOMI, organisé à Tokyo sur cette question, coïncidant avec le précédent sommet du G20, a déclaré qu’une fois les microplastiques entrés dans la chaîne alimentaire, il est très probable qu’il y ait également des impacts neurologiques dus au stress oxydatif, aux paramètres sanguins et même à la santé humaine.

Réponse internationale insuffisante

Dans ce scénario, quelle est la réponse internationale ? « C’est clairement insuffisant. Des mesures urgentes doivent être prises », explique Isobe. Bien que la question soit inscrite dans 14 des objectifs de développement durable (ODD), peu de progrès ont été réalisés.

En 2016, lors d’un sommet du G7, la nécessité de lancer une initiative a été rappelée. Il a été à nouveau mentionné lors du G20 de 2017 et en 2018. C’était également l’un des sujets abordés lors de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement qui s’est tenue cette année au Kenya et, en mai, à la Convention de Bâle sur les déchets toxiques. Le Japon et la Norvège ont souligné la nécessité de contrôler le plastique sale et non recyclable.

Cependant, il a fallu attendre le G20 de l’été dernier au Japon, lorsque le pays hôte a placé la question en priorité à l’ordre du jour d’une réunion ministérielle de l’environnement au plus haut niveau, tenue à Karuizawa.

Résultat ? Un accord-cadre, dans lequel des pays qui représentent 80% du PIB mondial s’engagent à agir et à rendre compte de ce qu’ils font à ce sujet sur une plateforme internationale, en plus de promouvoir la recherche. S’il n’a pas été facile de convaincre certains pays qu’ils doivent partager leurs données, il est encore plus difficile de prendre des mesures conjointes, dans le style de l’Accord de Paris pour les émissions de polluants ; il a donc été décidé que chaque pays suivrait sa stratégie, ce qui, dans le cas de l’Asie du Sud-Est, nécessitera beaucoup de soutien international.

« Nous ne savons toujours pas ce que peut être cet accord du G20, mais il est clair que la première chose est d’avoir des informations scientifiques qui nous permettent de prendre de bonnes décisions.

C’est un problème mondial et tous les pays doivent être impliqués dans leur solution, en particulier les pays développés, qui produisent plus de déchets », explique le chercheur. « Je sais qu’il est important de savoir comment le gérer, mais il est plus important de réduire la quantité de plastique et en cela la solution biodégradable peut être utile, mais sans oublier d’autres actions. »

Son pays, pour l’instant, souhaite privilégier les recherches qui déterminent la quantité de déchets plastiques dans cette zone de la planète qui proviennent de grands fleuves comme le Mékong (Chine) ou le Gange (Inde). Dans les îles méridionales de l’archipel japonais, les études d’Isobe révèlent que la quasi-totalité d’entre elles viennent de Chine, bien qu’il y ait aussi beaucoup de plastique de Russie et, surtout, d’origine inconnue.

Seulement 6% du plastique est recyclé dans le monde

Bien que des mesures ténues soient prises, la production continue de croître de façon galopante. Un rapport de l’OCDE, présenté à ce même congrès UMIGOMI, prévoit qu’à ce rythme dans 30 ans, il y aura 25 milliards de tonnes de plastiques sur Terre et que seulement 8 milliards d’entre eux seront recyclés.

Le directeur de l’Environnement de l’OCDE, Rodolfo Lacy, a rappelé qu‘« actuellement seulement 6% du plastique est recyclé dans le monde » car, comme il l’a noté, « c’est un matériau très bon marché et avec lequel il est difficile de rivaliser. » Selon leurs données, en décembre 2017, 649 000 tonnes ont été exportées de pays tels que l’Allemagne, le Japon ou les États-Unis. Aujourd’hui, et uniquement en raison de l’impact sur la pêche et le tourisme, on estime qu’il y a des pertes économiques de 13 milliards de dollars.

Lacy a profité de son intervention pour lancer quelques propositions, telles que l’étiquetage des produits fabriqués avec du plastique recyclé comme valeur ajoutée, l’imposition de frais sur le plastique, la réduction de l’utilisation d’additifs qui entravent le recyclage ou l’amélioration de la conception des produits pour faciliter le recyclage . D’autres, d’Europe, ont insisté sur la nécessité d’éliminer les objets à usage unique.

Isobe réfléchit déjà à de futures recherches en Europe, où nous n’échappons pas non plus à la catastrophe : nous produisons 25 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année et recyclons à peine 30%, tandis que 39% sont incinérés et 31% finissent dans des décharges, selon les travaux de l’Allemand Aleke Stofen-O’Brien (Sasakawa Global Ocean Institute). « Au final », conclut Isobe, « c’est clairement un problème qui n’a pas de frontières ».

Rosa M. Tristán

https://elasombrario.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...