Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Polytechnique

En souvenir de la féministe inconnue

Le film Polytechnique a réussi là où je croyais qu’il échouerait. En présentant l’événement sous l’angle des faits, Karine Vanasse et Denis Villeneuve n’ont pas évacué le caractère politique du drame, soit son fondement misogyne et antiféministe.

Texte tiré du site Sisyphe.org

Les scènes incarnent avec justesse – à l’exception de quelques détails sans signification – les 24 minutes d’horreur au cours desquelles 14 femmes ont perdu la vie. Le film propose trois points de vue à travers les yeux d’autant de personnages : une étudiante, un étudiant et le tueur. Avant d’être atteinte par les balles du tueur, l’étudiante fait face au sexisme du milieu de l’ingénierie. L’étudiant se suicidera après la tuerie, incapable de gérer sa culpabilité.

Que nous disent depuis quelques jours des chroniqueurs au sujet du film ? Irais-je le voir ou pas ? Certes, il s’agit d’un film difficile à voir, troublant, violent. Mais à quoi s’attendaient-ils ? Un remake de La Comédie du bonheur ? D’autres répètent les mêmes arguments lus et entendus régulièrement depuis 1989 : Marc Lépine était un homme souffrant, dérangé psychologiquement, et le film est bon précisément parce qu’il ne présente PAS l’argument des féministes radicales. Naïve, je croyais que nous ferions mieux, 20 ans plus tard, en termes de discours et d’analyses de ce drame.

La suite sur le site de Sisyphe.

Mots-clés : Féminisme
Mélissa Blais

Postdoctorante INRS et Institut d’études de la citoyenneté, Université de Genève, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...