Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Déclaration d’Alternative socialiste (États-Unis)

États-Unis : Kshama Sawant est réélue, la révolution politique se poursuit à Seattle

Non seulement des candidats se revendiquant du socialisme peuvent être élus aux États-Unis, mais ils peuvent de plus être réélus ! Au moment d’écrire ce texte, un tiers des votes environ étaient comptés et 52,6% des électeurs du District 3 de Seattle avaient décidé de permettre à notre camarade Kshama Sawant de servir encore quatre ans au Conseil de la ville. Puisque les derniers votes qui entrent tendent à être en notre faveur, nous pouvons prétendre à la victoire en toute sécurité.

Au Capitol Hill, des centaines de partisans de la campagne de Kshama ont célébré sa victoire. Tous ces gens sont arrivés confiants en raison du travail exceptionnel effectué par cette élue au Conseil de Seattle et en raison de notre travail féroce sur le terrain. La veille au soir, le lundi, Jeremy Prickett, membre de Socialist Alternative et machiniste à Boeing, s’est adressé aux bénévoles réunis pour le dernier effort de porte-à-porte de la campagne. « Frères et sœurs », a-t-il commencé, « c’est un privilège pour nous d’être ici aujourd’hui puisque des années durant, la politique a été retirée des mains des travailleurs. Socialist Alternative et Kshama Sawant ont changé cela. »

Plus de 600 bénévoles, plus de 30 syndicats et des dizaines d’organisations progressistes ont soutenu Kshama contre son adversaire. Celle-ci disposait de son côté de l’appui des chefs d’entreprise, de la Chambre de commerce, du lobby de l’immobilier, du lobby des propriétaires terriens, d’Amazon.com, des marchands de sommeil, de six membres conservateurs du conseil de la ville et même d’une poignée de millionnaires républicains qui ont créé leur propre PAC (aux États-Unis, les Comités d’action politique désignent une organisation privée dont le but est d’aider ou de gêner des élus, ainsi que d’encourager ou de dissuader l’adoption de certaines lois, NDT) pour nous attaquer et soutenir notre adversaire du Parti démocrate au cours de ces dernières semaines.

Contre cette puissante opposition de la part de l’establishment, contre leurs attaques au vitriol et contre leurs comptes en banque exorbitants, nous avons frappé à 90.000 portes et fait 170.000 appels téléphoniques. Nous avons parlé à des milliers de personnes de la crise du logement, des inégalités, des taxes sur les riches et de politiques favorables à la classe des travailleurs. Ce fut un effort sans précédent pour la politique locale à Seattle.

Un nouveau genre de politique

Comme les propos de Jeremy ci-dessus le suggèrent, pour beaucoup de gens, cette campagne a représenté bien plus que la réélection de Kshama. Cette campagne portait sur la construction d’un tout nouveau genre de politique, qui lutte pour les travailleurs et leurs familles et non pour les grosses entreprises. Il s’agissait de démontrer ce qu’il est possible de réaliser si les travailleurs s’organisent.

À Seattle, les grosses entreprises ont dépensé cinq fois plus que précédemment pour ces élections. Cela ne nous a pas empêchés de fracasser les records de collecte de fonds pour une élection au Conseil et de battre la trésorerie du Big Business. Nous avons récolté près de 500.000 $ auprès de 3.500 donateurs individuels. Notre don médian était simplement de 50 $ et plus de gens ont donné à notre campagne que pour tout autre candidat en lice pour le Conseil à travers la ville. À l’instar de la campagne de Bernie Sanders – qui refuse également l’argent issu des entreprises et a soulevé 28 millions $ en trois mois – la campagne de Kshama est une démonstration de l’énorme potentiel pour une politique indépendante de Wall Street et en faveur de la classe ouvrière aux États-Unis.

Construire le mouvement

Personne à Seattle n’a causé plus de migraines à l’establishment politique au cours de ces deux dernières années que Kshama Sawant. « Je porte l’insigne du socialisme avec fierté », a-t-elle déclaré dans son discours d’inauguration en janvier 2014, après avoir renversé un politicien établi au Conseil depuis 13 ans. À l’époque, elle avait promis : « Il n’y aura pas de tractations avec des compagnies ou leurs serviteurs politiques. Il n’y aura pas de compromis pourri pour ceux que je représente. »

Et Kshama a respecté cela. Son bureau est devenu un centre logistique de la résistance des travailleurs, qui a aidé les locataires, les travailleurs, les personnes de couleur, les personnes LGBTQI, les migrants et les populations autochtones. Kshama a poussé le débat politique à Seattle vers la gauche. Elle a néanmoins été bloquée à plusieurs reprises par la majorité conservatrice au Conseil, liée par mille fils à l’establishment capitaliste. Mais Kshama n’a jamais cédé dans son combat sans vergogne pour la défense des intérêts des travailleurs, en expliquant encore et encore que ce qui pouvait être gagné à l’Hôtel de Ville dépendait en grande partie de la force des mouvements sociaux en dehors. Elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour aider à construire ces mouvements.

Ce même esprit a imprégné la campagne électorale. Alors que nous savions que nous étions en position de force avec une mer d’affiches et de pancartes rouges dans le quartier, nous n’avons néanmoins rien tenu pour acquis compte tenu de la façon dont la démocratie est déformée par le capitalisme : l’argent achète les voix et les médias de l’establishment déforment le débat politique.

Nous nous sommes appuyés sur la construction de notre propre force indépendante pour atteindre des milliers d’électeurs, en impliquant des travailleurs et des jeunes pour discuter avec des milliers de personnes à leur porte. Lorsque les 60.000 $ ont été déversés pour nous freiner par trois PAC pro-entreprises différents, dans les dernières semaines de la campagne, notre mouvement était prêt. En quelques jours, nous avons été en mesure de distribuer un tract à des milliers de portes à travers le district pour alerter les électeurs contre cette inondation d’argent dans la campagne. Et quand notre adversaire a envoyé deux courriels d’attaque négatifs dans la dernière semaine de la campagne, nous avons encore distribué un nouveau tract exposant la malhonnêteté des attaques.

Un exemple sur lequel construire

En tant que première élue socialiste à Seattle en un siècle, la campagne pour la réélection de Kshama a pris beaucoup plus d’importance que ce que signifierait normalement une élection de cette taille. La chaîne Al Jazeera a qualifié ce scrutin de l’une des sept élections à suivre aux États-Unis cette année. Cette campagne a eu lieu dans le contexte national de la flambée de soutien à la campagne présidentielle de Bernie Sanders et de son appel à « une révolution politique contre la classe des milliardaires. »

L’expérience de ces deux dernières années à Seattle a sans aucun doute fourni une mine d’enseignements pour les socialistes et les travailleurs. Kshama a expliqué que ce qui a fait la différence à Seattle était l’existence d’un mouvement socialiste organisé et de Socialist Alternative en particulier.

Socialist Alternative a fourni un soutien politique clé à Kshama pour l’aider à naviguer sous les pressions de sa position élue et pour construire le mouvement. Ensemble, nous avons été en mesure d’orienter vers le succès la colère grandissante face aux inégalités, à la flambée des loyers et aux politiciens de l’establishment hors des réalités quotidiennes en construisant un mouvement qui repose sur ses propres forces, ses propres organisations et de ses propres ressources.

Les opportunités pour construire le mouvement socialiste à travers les États-Unis deviennent plus grandes. Le capitalisme a complètement échoué pour les travailleurs et leurs familles. Les gens sont fatigués de l’establishment capitaliste et l’intérêt est croissant pour les idées socialistes, ce qui se reflète dans l’intérêt intense suscité par Bernie Sanders quand il a expliqué pourquoi il se considère comme un socialiste démocratique au cours de son débat avec Hillary Clinton. Le mouvement pour un salaire minimum de 15 $ de l’heure a remporté un certain nombre de victoires clés à travers le pays, les étudiants commencent à se battre contre leur endettement et une toute nouvelle génération de jeunes militants est entrée en activité avec le mouvement Black Lives Matter. Le monde change et il n’y a jamais eu de meilleur moment pour rejoindre les socialistes.

Notre travail ne se termine pas maintenant. Nous devons profiter de cette occasion pour construire sur notre victoire. Cela signifie tout d’abord de devenir encore plus organisés. C’est la construction du mouvement social qui nous a permis d’aller si loin. Les gens devraient rejoindre Socialist Alternative et nous aider à construire un mouvement encore plus fort pour gagner encore plus de victoires au cours des prochaines années.

Nous sommes fiers de savoir que beaucoup de gens à travers le pays et à travers le monde célèbrent cette victoire avec nous. Cette victoire appartient aux socialistes et à la classe ouvrière. Ensemble, nous avons un monde à gagner.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...