Édition du 1er décembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Ne vous trompez pas – les gouvernements européens sont responsables de la crise migratoire meurtrière

Les médias sociaux sont remplis de cadavres d’enfants rejetés sur les rivages des plages méditerranéennes. Les gouvernements européens blâment les passeurs, ce qui leur permet d’imposer des mesures encore plus répressives. En réalité, les passeurs sont seulement là pour se faire un fric facile dans le contexte d’un système que les gouvernements européens ont créé.

Forteresse Europe

Pour les personnes qui fuient la guerre et la famine, il extrêmement difficile d’accéder à la « forteresse Europe ». Selon le Conseil européen pour les réfugiés et les exilés, en plus de tous les obstacles légaux, les réfugiés font face à une politique de « refoulement illégal » imposé par la police et l’armée partout. Par exemple, lorsqu’ils passent par la Bulgarie, les réfugiés, enfermés dans des camps d’internement, vivent dans ce qu’Amnistie Internationale qualifie de conditions cruelles et inhumaines[1]. S’ils tentent de traverser vers l’Espagne ou l’Italie, ils risquent de mourir au milieu de la Méditerranée. Selon Al Jazeera, plus de 3 000 sont morts noyés en 2014[2]. Depuis 2000, on a recensé au moins 40 000 décès, mais en réalité, le portrait est beaucoup plus sombre, car des milliers de victimes disparaissent à tout jamais. Comme le souligne l’Organisation internationale pour la Migration[3], on observe une intensification drastique du contrôle des frontières en Europe, sous la forme de l’Opération Triton en particulier, qu’on présente malhonnêtement comme une opération de recherche et de sauvetage.

Faire semblant

Depuis peu, des gouvernements européens acceptent honteusement certains réfugiés. Toutefois, il faut dire que ces réfugiés constituent une faible minorité des immigrants au sein de l’Union Européenne. La réalité est que de nombreux immigrants arrivent en Europe par voie aérienne, avec des visas de travail. Les statistiques sur les « immigrants illégaux » démontrent qu’on « oublie » de dire que ce sont surtout des migrants dont le permis de séjour a expiré. Comment expliquer ce paradoxe ? En réalité, les économies européennes dépendent des immigrants. La détermination de maintenir une « forteresse » n’a rien à voir avec le fardeau matériel que les réfugiés mettraient sur ces États ; elle est surtout liée à la gestion de la main d’œuvre. Plus d’immigrants « illégaux », plus de gens prêts à accepter des conditions de travail et de vie à rabais, plus de profits.

Quel humanitarisme ?

Ultimement, si les migrants qui arrivent en Europe constituent un problème, alors ceux qui y sont déjà doivent également constituer un problème. Peu importe qu’ils aient la citoyenneté. Voilà l’imaginaire qui fonde le soutien à la démagogie de droite et d’extrême-droite, de Marine Le Pen aux fascistes de l’Aube dorée en Grèce en passant par les racistes en Angleterre ou en Hongrie. C’est en partie là qu’apparaît la limitation de l’humanitarisme. Malgré ce que les médias en disent, les jalons pour une véritable compassion humaine fondamentale ne sont pas posés. En revanche, ce que nous vivons est la fin de ce que, dans la bonne vieille terminologie marxiste, on désigne comme les contradictions de l’idéologie dominante. Pour le moment, le slogan « Les réfugiés sont les bienvenus » continue de résonner[4]. Toutefois, ce discours ne contredit pas les fondements idéologiques sous-jacents selon lesquels les immigrants sont un « fardeau », une « menace » et une « population problématique » à maintenir sous contrôle.

(Traduit et abrégé par Germain Nyada)

Notes

[1] ESSF (article 36266), Bulgaria : Migrants ’living in fear’ and ‘Inhuman conditions’ .

[2] http://www.aljazeera.com/news/europe/2014/09/deadliest-year-migrants-crossing-med-201492916854120649.html

[3] http://publications.iom.int/system/files/pdf/fataljourneys_countingtheuncounted.pdf

[4] http://www.independent.co.uk/news/people/refugees-welcome-campaign-leading-politicians-and-tens-of-thousands-back-the-independents-campaign-10484022.html

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...