Édition du 15 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé

États généraux de l'OIIQ : La FECQ pour le maintien du DEC qualifiant en soins infirmiers

MONTRÉAL, le 20 mai 2021 - À l’ouverture des États généraux de l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ), la Fédération étudiante collégiale du Québec réitère la nécessité de conserver le DEC en soins infirmiers comme première porte d’entrée de la profession infirmière. Le baccalauréat obligatoire aurait pour effet de réduire considérablement l’accès à la profession, et du même coup, d’aggraver la pénurie de main-d’œuvre qui martèle présentement la profession.

Depuis plusieurs années, l’OIIQ demande qu’il soit obligatoire de posséder un baccalauréat en sciences infirmières, pour pratiquer la profession infirmière. Toutefois, aucune analyse de situation de travail, ni de preuves documentées de ce besoin sont évoquées par l’OIIQ pour vouloir exiger ce prérequis.

« Par le baccalauréat obligatoire, l’OIIQ pense rehausser la qualité de la formation des personnes infirmières, et ainsi, assurer un meilleur service aux patient.es. Nous craignons qu’en rendant le bac obligatoire, le nombre de professionnel.les disponibles dans le réseau ne soit pas suffisant pour assurer une qualité et une disponibilité suffisante des soins », affirme Noémie Veilleux, présidente de la FECQ. Selon un sondage de 2021 de la Fédération des cégeps, c’est 44 % des étudiant.es en Soins infirmiers qui n’auraient pas entrepris le DEC si celui-ci n’était pas qualifiant.

Nuire à l’accessibilité : incohérent avec les besoins

La FECQ rappelle que le baccalauréat obligatoire aurait, par le fait même, un impact non-négligeable sur l’accessibilité géographique et financière aux études supérieures. Le DEC en Soins infirmiers est un pilier du réseau collégial, présentement offert dans 46 des 48 cégeps. « Le DEC en Soins infirmiers est actuellement offert sur l’ensemble du territoire québécois, de sorte qu’il doit garder son statut qualifiant pour maintenir l’accessibilité à la profession dans le réseau » réitère Madame Veilleux.

Réviser le devis national de formation

Préserver le caractère qualifiant du DEC en soins infirmiers n’empêche pas de réviser les contenus de cette formation. En ce sens, la FECQ propose au ministère de l’Enseignement supérieur (MES) de revoir le devis national de programme de soins infirmiers, qui n’a pas été revu depuis 2007. « Si nous nous entendons avec l’OIIQ sur un aspect, c’est bien que la formation peut être mise à jour. En ce sens, assoyons-nous et discutons d’une manière concertée d’améliorer la formation initiale de niveau collégial », propose Mme Veilleux.

La FECQ rappelle finalement qu’il existe de DEC-BAC en Soins infirmiers pour bonifier le parcours scolaire d’une personne en Soins infirmiers. Celui-ci doit rester un ajout complémentaire à la formation initiale, et non pas le parcours obligatoire pour exercer la profession infirmière.

Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 26 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis plus de 25 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...