Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Médias

Fusion Bell-Astral : de géants à titan médiatiques

Après avoir refusé une première fois en octobre 2012 que Bell achète Astral Média, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a rendu la semaine dernière une décision favorable à la transaction, moyennant quelques compromis. Afin d’éviter que la nouvelle entité prenne une place trop grande dans le marché télévisuel, elle devra se départir de certaines chaînes de télévision et de stations de radio. Elle pourra toutefois conserver The Movie Network et Super Écran et aller de l’avant avec son plan pour concurrencer Netflix sur Internet. Au final, elle aura 35,8% des parts de marché anglophone et 22,6% dans celui francophone, créant du même coup un géant médiatique comparable à Québecor (qui possède 35% des parts de marché au Québec), mais à l’échelle du Canada. Elle devra également investir plus de 240 M$ pour la création de nouveau contenu canadien et s’engager à ne pas appliquer de tarifs différentiels pour donner accès à une éventuelle plateforme de diffusion web aux autres diffuseurs.

Tiré du site de L’IRIS.

Grâce à cette fusion, Bell-Astral devient une compagnie intégrée verticalement. En effet, Bell, entreprise de service téléphonique d’abord, puis câblodistributeur, et ensuite fournisseur internet acquière Astral, une entreprise canadienne qui possède plusieurs stations de radio (entre autre les réseaux NRJ et EZ Rock), chaînes spécialisées (Ztélé, Série+, Super Écran, pour n’en nommer que quelques unes) ainsi que de nombreux panneaux publicitaires au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Bell espère à la fois concurrencer les services américains qui permettent d’écouter des films et des séries sur demande tel que Netflix, mais aussi de devenir un joueur important dans le domaine multidisciplinaire médiatique où de gros joueurs prennent déjà la part du lion.

Mais plus encore, il est important de rappeler que le Canada est le pays du G8 où la concentration médiatique est la plus grande. C’est dans ce contexte que s’inscrit la fusion de Bell et Astral. Même Québecor, qui pourtant jouit d’une position plus que dominante dans le portrait médiatique québécois et qui profite de l’intégration verticale pour promouvoir ses produits depuis longtemps, s’inquiétait récemment des dérives possibles que pourrait amener la création de la nouvelle entité. Il faut dire qu’avec Bell-Astral, le nombre de joueurs se cristallise plutôt qu’il se multiplie, ce qui met en place des conditions pour faire consolider un oligopole médiatique qui n’est pas à l’avantage des consommateurs.trices. Le potentiel de pratiques monopolistiques est réel et inquiétant. Pour essayer de contrer cette tendance, le CRTC a imposé une série de mesures. Leur efficacité demeure cependant à prouver.

Sur le même thème : Médias

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...