Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Irene HongPing Shen : « La propriété publique de l’énergie fait partie d’une plateforme féministe »

Découvrez les propositions du mouvement syndical pour une transition énergétique juste.

Le mouvement syndical a construit des articulations et des luttes pour une transition énergétique juste comme axe central pour mettre les droits au centre de la politique climatique. Capire a interviewé Irene HongPing Shen de l’organisation des Syndicats pour la Démocratie énergétique [Trade Unions for Energy Democracy – TUED]. TUED est un réseau international de syndicats comptant 93 membres dans 27 pays, créé il y a dix ans autour de la nécessité d’un discours alternatif au modèle de croissance verte dans la lutte contre le changement climatique.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Revendiquant une véritable transition énergétique et remettant en cause le néolibéralisme, la proposition stratégique de la TUED est celle d’une propriété publique et du contrôle démocratique du secteur énergétique. Durant l’interview, Irene a présenté l’analyse et les propositions de la TUED ainsi que les défis rencontrés pour faire participer davantage de femmes à ce débat.

La lutte pour une transition juste sur les questions énergétiques doit inclure des travailleurs et des travailleuses, des personnes impliquées dans sa réalisation. Pouvez-vous nous parler de l’approche des travailleurs et travailleuses pour une transition juste et nous dire à quoi ressemblent les luttes contre le pouvoir des entreprises dans ce domaine ?

La politique climatique en général est, au fond, une politique énergétique. Les politiques énergétiques actuelles sont toutes basées sur des mécanismes néolibéraux qui, par essence, donnent la priorité à l’accumulation de profits et tentent d’utiliser la crise du changement climatique pour continuer à gagner de l’argent. L’idée de la propriété publique de l’énergie est donc que nous essayons de sortir le secteur de l’énergie du modèle d’exploitation par la privatisation. Ce n’est pas une question idéologique. Elle est fondée sur des faits, des données, des recherches et sur l’observation de la façon dont les politiques énergétiques néolibérales ont été totalement inefficaces au cours des dernières décennies en termes de réalisation des objectifs climatiques. Il n’y a pas de transition énergétique. Le thème est populaire, mais nous ne sommes pas du tout en train de faire de transition – nous faisons marche arrière avec une expansion énergétique. Il est absolument nécessaire d’avoir une autre façon de penser à ce sujet, une façon qui donne une place centrale aux besoins écologiques et humains.

L’un des problèmes des politiques énergétiques néolibérales et de la priorité donnée au profit est que tout est planifié et organisé autour de la nécessité de gagner toujours plus d’argent. Il y a une immense pénurie d’investissements dans des modèles différents, car il n’est pas possible de gagner de l’argent sur les énergies renouvelables dans un système de marché concurrentiel. S’il existe un système public, il est possible de créer un ensemble de plans pour mettre en œuvre de la meilleure façon possible une transition qui soit également axée sur les besoins des travailleurs, travailleuses et autres électorats. En termes de droits du travail, sans plan de transition, il n’est pas possible de donner une place centrale aux questions que nous voulons faire progresser en matière de justice.

En en parlant ainsi, cela semble simple, mais faire une transition est très compliqué. Les conditions sont différentes dans chaque région, qu’il s’agisse du climat, du relief géologique, des anciennes infrastructures ou des spécificités sociopolitiques. Tous ces éléments doivent être pris en compte et justifiés. Une grande partie de la contestation portera sur les entreprises privées, mais il s’agit également de donner une place centrale aux droits des travailleurs et travailleuses, à une plateforme des femmes et des peuples autochtones. La lutte pour la justice se poursuivra, mais je crois que le cadre de la propriété publique définit effectivement un ensemble particulier de conditions dans lesquelles la lutte peut réellement être gagnée, dans lesquelles nous pouvons potentiellement voir de réelles avancées. Il est clair que tous les syndicats ne sont pas d’accord avec la voie publique. Cependant, les syndicats de notre réseau reconnaissent au moins la nécessité d’avoir ce débat.

L’une des devises de cette lutte est que l’énergie n’est pas propre si le travail n’est pas adéquat et empli de droits. Quel est le rôle des travailleuses et des luttes des femmes dans ce conflit ?

Il existe des tensions fondamentales entre une perspective féministe sur le monde vers lequel nous voulons évoluer et la manière dont le secteur de l’énergie a été utilisé pour exploiter et promouvoir l’expansion de l’extraction. Le secteur de l’énergie est entièrement dominé par les hommes. Les décisions et les discussions sur l’énergie sont donc ancrées dans cet espace, et la voix des femmes en est largement absente. Nous nous trouvons aujourd’hui à un carrefour très complexe qui met en évidence les différences entre une perspective politiquement féministe et la réalité de ce à quoi nous sommes confrontés en termes de crise climatique. De là découle la nécessité d’aller vers une source d’énergie différente, mais aussi potentiellement vers une consommation d’énergie différente, en intégrant une approche féministe aux discussions.

Lorsque nous parlons d’énergie, il existe de nombreux niveaux de questions techniques et d’éléments politiques qui doivent être analysés et compris. En général, dans les mouvements, les aspects techniques ne sont pas suffisamment compris, et il faut que les femmes soient plus nombreuses à s’engager dans ce domaine. Je fréquente souvent des espaces où il y a un élan et un désir évident de pensée et de perspective plus féministes, mais aussi un manque de capacité à s’engager plus profondément dans ce qui est nécessaire. Je dirais que ce n’est pas seulement un manque de femmes dans ce domaine. Indépendamment du genre, il existe un manque de compréhension technique entre les personnes.

Dans le mouvement féministe, nous discutons de la nécessité de transformer le système productif et, en même temps, de repenser la consommation. Le problème du pouvoir des entreprises réside en partie dans la façon dont l’énergie est produite et la façon dont ces entreprises consomment l’énergie. Comment se déroule le débat au sein des syndicats sur la consommation d’énergie et la précarité énergétique ?

Les personnes qui n’ont aucun accès à l’électricité sont principalement concentrées en Afrique subsaharienne, et la prochaine grande population se trouve probablement en Asie-Pacifique. De plus, des milliers de personnes avaient accès à l’électricité, mais ont perdu cet accès à cause du coût de l’énergie. La question de la précarité énergétique et le désir de donner aux gens l’accès à l’énergie soulèvent un problème très important et compliqué : si vous donnez accès à des centaines et à des millions de personnes, vous augmenterez considérablement la demande d’énergie. Alors, comment faciliter le processus de mise à disposition de l’électricité tout en tenant compte de la réalité de la nécessité de disposer d’une source d’énergie qui ne crée pas davantage d’émissions ? Nous n’avons pas de réponse à cela.
En tant que syndicats, nous voulons discuter de la manière de s’attaquer à ce problème.

« Pour nous, nous avons avant tout besoin
d’un cadre de propriété publique. »

Sans cela, il n’est même pas possible de commencer à analyser ou à démêler ces problèmes. Dans l’ensemble néolibéral des politiques énergétiques, il n’y a pas de réelle tentative d’atteindre l’objectif d’augmenter l’accès à l’électricité – on a un agenda beaucoup plus large d’enrichissement du secteur privé et des investisseurs. C’est une contradiction qui ne peut être vraiment résolue, et le cadre public doit donc être la première étape.

De plus, l’exploitation de nos corps, de notre travail et de notre capacité de reproduction en tant que travailleuses existe depuis le début des sociétés de classes. Pour faire face à cette oppression fondamentale des femmes et à l’exploitation de nos ressources, de notre travail et de nos capacités humaines, nous devons nous opposer au système économique qui continue à nous mettre dans cette situation. L’analyse de la TUED est ancrée dans une analyse de classe. L’on comprend la nécessité d’une transformation économique pour une transition énergétique juste car le secteur de l’énergie est l’épine dorsale du système économique mondial. Et si nous voulons vraiment donner une place centrale à une plateforme féministe et penser à l’économie des soins, où le travail des femmes est valorisé et l’extraction n’est pas exploitée, les modèles de la politique énergétique néolibérale seront confrontés. Et je crois que la propriété publique de l’énergie fait partie des fondements de cette plateforme féministe.

Tout au long de l’histoire, les syndicats ont joué un rôle majeur dans la protection des droits des travailleurs et travailleuses du secteur de l’énergie. Quel est le rôle des syndicats dans la transition énergétique et dans ces droits dans un domaine actualisé ?

Notre rôle à la TUED est de proposer des recherches, des données et une analyse potentielle à débattre entre les syndicats. Dans de nombreux endroits, le rôle du mouvement syndical s’est affaibli au cours des dernières décennies avec l’augmentation des privatisations et des politiques néolibérales dans de nombreux secteurs. Dans le domaine du climat, le positionnement standard est que, en tant que travailleurs et travailleuses, nous voulons une place à la table, mais pas seulement. Il faut une véritable réponse syndicale. Pas une où nous participons aux négociations – parce qu’une fois que vous avez une place à la table, vous négociez déjà dans un cadre qui ne fonctionnera sur aucun front.

Par exemple, en France, fin 2020 et début 2021, le gouvernement [d’Emmanuel] Macron tentait de privatiser la compagnie publique d’électricité. Les travailleurs et travailleuses ont reconnu que si cela se produisait, ils ne seraient pas en bonne position. Les salaires baisseraient, les avantages sociaux disparaîtraient, les heures de travail augmenteraient. Les syndicats ont alors lancé une énorme grève qui a duré des mois, et ils ont gagné. Ils ont vu une menace dans la privatisation de cette compagnie d’électricité. En Afrique du Sud, les syndicats tentent depuis un certain temps de s’unir pour construire un front unique, au-delà des divergences politiques, pour lutter contre la privatisation du secteur de l’électricité. L’histoire de la privatisation dans le pays les a conduits à ce point, où ils subissent constamment des délestages [interruption de l’alimentation électrique à certains endroits pour préserver le fonctionnement du système électrique]. Cela rend tout type d’activité impossible. Les syndicats doivent se rendre compte qu’ils doivent en parler davantage et que se réunir peut être un geste stratégique pour affronter la voie de la privatisation.

La crise climatique est là, et nous devons faire quelque chose. Il faut beaucoup d’organisation interne et de discussions au sein des syndicats et des mouvements sociaux pour réfléchir à ce que cela signifie pour leurs travailleurs et travailleuses. Comment se battre pour que les droits et les avantages dont on dispose aujourd’hui et les salaires ne disparaissent pas dans une transition, qui est incontestable. Nous considérons qu’un cadre public est une première étape fondamentale pour pouvoir mener ces discussions et défendre le secteur de l’énergie, afin qu’il soit pleinement tourné vers le secteur public.

Entretien réalisé par Bianca Pessoa et Natalia Lobo
Edition de Tica Moreno
Traduit du portugais par Claire Laribe

https://capiremov.org/fr/entrevue/irene-hongping-shen-la-propriete-publique-de-lenergie-fait-partie-dune-plateforme-feministe/

Saisissez votre adresse e-mail…

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...