Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Militarisation

L'OTAN n'apprend rien et n'oublie rien

Le secrétaire général de l’OTAN semble incapable de se libérer de ses dangereux délires

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, s’est récemment adressé au camp d’été de la Ligue des jeunes travailleurs et travailleuses (AUF) à Utøya, en Norvège. L’AUF est la plus grande organisation politique de jeunesse de Norvège. Elle est affiliée au Parti travailliste norvégien. Ce camp d’été est bien sûr célèbre pour avoir été le théâtre de l’horrible attentat terroriste perpétré par le néo-nazi Anders Breivik en 2011.

9 août 2022 | George’s Newsletter

Stoltenberg a dit peu de chose intéressante. Néanmoins, son discours est une démonstration remarquable du peu de leçons que l’OTAN a tirées des événements dramatiques de cette année. Un grave conflit militaire se déroule sur le continent européen, un conflit que l’OTAN a largement contribué à déclencher par son insistance inébranlable à embarquer le maximum de pays d’Europe, d’Asie centrale et d’ailleurs dans son système militaire, cela sans aucune considération pour les préoccupations de sécurité des autres.

La guerre en Ukraine est d’ailleurs le deuxième conflit majeur à éclater sur le continent européen au cours des 25 dernières années. Ces deux conflits sont inextricablement liés à deux engagements de l’OTAN : premièrement, à une expansion illimitée ; et deuxièmement, à l’élimination de la présence et de l’influence de la Russie en Europe une fois pour toutes.

Le bombardement de la Yougoslavie dans le trou de la mémoire

Stoltenberg est bien sûr joyeusement inconscient de tout cela. A un moment de son discours, il a même eu l’insolence de dire des combats en Ukraine : « Nous assistons à des actes de guerre, des attaques contre des civil.e.s et des destructions sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Nous ne pouvons pas être indifférents à cela. »

« Jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale » ? Stoltenberg, comme la plupart des portes-parole officiel.le.s de NATO-land, a évidemment oublié la campagne de bombardement de 11 semaines que l’OTAN a menée contre la Yougoslavie, les premiers attentats à la bombe contre de grandes villes européennes depuis la Seconde guerre mondiale.

Certaines des atrocités de l’OTAN lors de cette guerre comprennent : une attaque de jour contre un train de voyageurs et de voyageuses traversant le pont ferroviaire sur la rivière Južna Morava dans la gorge de Grdelica, qui a tué 14 personnes ; l’attaque contre la colonne de civil.e.s déplacé.e.s sur un tronçon de route de 20 km entre Djakoviča et Decani dans l’ouest du Kosovo, tuant 73 personnes ; l’attaque contre le siège de Belgrade de la Radio-Télévision de Serbie, tuant 16 personnes ; l’attaque contre une zone résidentielle de la ville méridionale de Surdulica, dans le sud-est de la Serbie, tuant 16 personnes ; la destruction d’un autobus de passagers sur le pont de Lužane au Kosovo, tuant au moins 23 personnes ; le bombardement en grappes de jour du marché de Niš, tuant 15 personnes ; le bombardement du village albanais du Kosovo de Koriša, tuant 87 personnes ; l’attaque contre l’hôpital Dragiša Mišović à Belgrade, tuant trois personnes ; l’attaque du pont de Varvarin, dans le centre-sud de la Serbie, faisant trois morts ; le bombardement d’un sanatorium et d’une maison de retraite voisine à Surdilica, tuant 17 personnes ; l’attaque contre un immeuble à Novi Pazar, dans le sud-ouest de la Serbie, tuant 10 personnes.

La liste peut facilement être allongée. Le fait est que l’OTAN continue de vivre dans son propre monde délirant dans lequel une alliance militaire forte de 30 pays, armée d’armes nucléaires, est purement « défensive » et ne rêverait pas dans un million d’années de blesser une mouche.

Les pays « peuvent choisir leur propre voie »

Le président Poutine, a déclaré Stoltenberg, « a attaqué tout un pays et un peuple innocents, avec la force militaire, pour atteindre ses objectifs politiques. Ce qu’il fait en réalité, c’est défier l’ordre mondial auquel nous croyons, où tous les pays, grands et petits, peuvent choisir leur propre voie. Il n’accepte pas la souveraineté des autres pays. »

Il est facile - et pas un peu fastidieux - d’énumérer tout ce qui est répréhensible dans cette déclaration. L’Ukraine n’est pas entièrement « innocente » : le gouvernement actuel de Kiev est arrivé au pouvoir en 2014 à la suite d’un coup d’État violent contre un gouvernement, certes corrompu (comme tous les gouvernements de l’Ukraine depuis l’indépendance) mais légalement élu ; il a mené une guerre de huit ans dans l’est du pays contre son propre peuple, au cours de laquelle quelque 13,000 personnes (peut-être plus) ont été tuées ; il a imposé un blocus contre la population civile de son propre pays dans cette région ; il a refusé de mettre en œuvre un accord de paix (Accords de Minsk - 2015 ) qu’il avait signé et qui a ensuite été adopté par le Conseil de sécurité de l’ONU dans la résolution numéro 2202.

Quant à l’utilisation de la force militaire pour « atteindre des objectifs politiques », eh bien, l’OTAN en a fait énormément. L’OTAN a bombardé les Serbes de Bosnie en 1995 afin d’assurer la création d’un État artificiel dans les Balkans qui serait effectivement sous le contrôle de l’OTAN.

Parce que l’OTAN n’a pas réussi à atteindre son objectif souhaité, à savoir la création d’un État unitaire, elle cherche depuis à saper l’accord qui a mis fin à la guerre. Les Accords de Dayton de 1995 ont façonné un État de Bosnie-Herzégovine peu maniable composé de deux entités vaguement liées : la fédération croato-musulmane et la Republika Srpska.

Cependant, l’accord de Dayton ne faisait aucune mention de la création d’institutions étatiques conjointes bosniaques telles qu’une armée nationale, encore moins d’une éventuelle adhésion à l’OTAN. Pourtant, les puissances de l’OTAN ont continué pendant plus de 25 ans à prétendre que toute réticence de la part des citoyens de l’État (principalement les Serbes) à donner suite à la création d’une armée nationale - et, bien sûr, à demander l’adhésion à l’OTAN, ou à réaliser leur « ambitions Euro-Atlantiques », pour utiliser le jargon préféré - est une violation des accords de Dayton.

L’OTAN a également utilisé la force militaire pour atteindre des objectifs politiques lorsqu’elle a bombardé la Yougoslavie en 1999. L’OTAN a cherché à renverser le gouvernement du président Slobodan Milošević et à séparer la province du Kosovo de la Serbie. Cette province, comme la Bosnie-Herzégovine, est restée sous occupation effective de l’OTAN et abrite une toute nouvelle base militaire américaine géante en Europe, le Camp Bondsteel.

L’OTAN a également utilisé la force militaire en 2011 lorsqu’elle a lancé une attaque à la bombe « sans provocation » contre la Libye, afin de se débarrasser du dirigeant libyen d’esprit Mouammar Kadhafi, une longue épine dans le pied de l’Occident. Il y avait à l’époque des propos ridicules émanant de l’OTAN et des gouvernements de l’OTAN, selon lesquels seule une campagne de bombardement prolongée pourrait sauver les habitant.e.s de Benghazi du « génocide ». Un rapport ultérieur de la commission des affaires étrangères de la Chambre des communes du Royaume-Uni, « Libye : examen de l’intervention et de l’effondrement et les options politiques futures du Royaume-Uni », a ridiculisé les affirmations faites par l’OTAN pour justifier son attaque.

Stoltenberg, protégé par un corps de presse obséquieux de l’OTAN, peut être assuré qu’il ne sera jamais confronté à des faits aussi désagréables. Le reste des affirmations de Stoltenberg étaient des clichés occidentaux standard.

« L’ordre mondial auquel nous croyons » ? Qui est le « nous » ? Les « nous » n’inclut évidemment pas la plupart des pays du monde, ceux qui ont ostensiblement refusé de se joindre à la campagne de sanctions occidentales contre la Russie.

Quant au droit des pays de choisir « leur propre voie », cela, dans le langage de l’OTAN, ne s’applique qu’aux pays qui choisissent la voie tracée par l’OTAN. La Serbie ne jouissait certainement pas de ce droit dans les années 1990. L’explication la plus véridique de l’extraordinaire hostilité de l’OTAN envers la Yougoslavie au cours de cette décennie, une hostilité qui a abouti à une campagne de bombardement brutale, est venue directement de la bouche du cheval. John Norris, ancien directeur des communications de Strobe Talbott, secrétaire d’État adjoint sous l’administration Clinton, a écrit dans son livre, Collision Course : NATO, Russia, and Kosovo (2005)

« C’est la résistance de la Yougoslavie aux tendances plus larges de la réforme politique et économique - et non le sort des Albanais.e.s du Kosovo - qui explique le mieux la guerre de l’OTAN. Milošević avait été une bavure du côté de la communauté transatlantique pendant si longtemps que les États-Unis avaient le sentiment qu’il ne répondrait qu’à la pression militaire. Les transgressions répétées de Slobodan Milošević allaient directement à l’encontre de la vision d’une Europe « entière et libre » et remettaient en question la valeur même de l’existence continue de l’OTAN… C’est précisément parce que Milošević avait été si habile à déjouer l’Occident que l’OTAN en est venue à voir l’utilisation croissante de la force comme seule option… L’OTAN est entrée en guerre au Kosovo parce que ses dirigeant.e.s politiques et diplomatiques en avaient assez de Milošević et ont vu ses actions perturber les plans visant à amener une plus grande écurie de nations dans la communauté transatlantique. »

Le voilà : rien à voir avec le Kosovo, et tout à voir avec la ésistance à la prise de contrôle par l’OTAN/UE de chaque morceau de terre en Europe.

En tout état de cause, le droit inconditionnel d’adhérer à l’OTAN - le droit de choisir sa propre voie - n’a jamais été considéré comme le déterminant fondamental de la souveraineté nationale. Il n’y a aucun article dans la Charte des Nations Unies qui stipule que chaque État membre de l’ONU a le droit de rejoindre l’alliance militaire de son choix, sans égard aux préoccupations de sécurité des autres États membres de l’ONU.

Ce n’est certainement pas un droit que les États-Unis reconnaissent, comme en témoigne leur récente réaction furieuse à la nouvelle selon laquelle les Îles Salomon (qui sont loin physiquement des États-Unis) avaient signé un accord de sécurité avec la Chine, qui pourrait conduire à la construction par la Chine d’une base militaire sur les îles.

Les délires dangereux de l’OTAN

Ce qui est particulièrement ennuyeux chez Stoltenberg, ce ne sont pas ses clichés, mais ses délires dangereux, sans parler de sa tromperie. Considérez à nouveau sa déclaration sur « les attaques contre les civil.e.s et les destructions sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale ». Selon Stoltenberg

« Lors du sommet de l’OTAN à Madrid il y a un peu plus d’un mois, tous les pays de l’OTAN ont convenu que nous les soutiendrons [l’Ukraine] aussi longtemps que nécessaire. Nous avons la responsabilité morale de les soutenir. C’est un pays indépendant, avec plus de 40 millions d’habitant.e.s, soumis de manière injustifiée à une guerre d’agression brutale. Nous assistons à des actes de guerre, des attaques contre des civil.e.s et des destructions sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Nous ne pouvons pas être indifférent.e.s à cela. »

Cette déclaration donne l’impression que l’OTAN s’est impliquée en Ukraine – s’est précipitée pour aider l’Ukraine – en réponse aux actions de la Russie. L’OTAN, Stoltenberg vous le fera croire, s’occupait de ses propres affaires, lorsque la Russie a lancé son attaque, et l’OTAN, conformément à ses « valeurs » et à son intention humanitaire, n’avait d’autre choix que de s’impliquer et d’aider l’Ukraine à se défendre contre une attaque « non provoquée ». — le mot favori des propagandistes de l’OTAN.

Non seulement c’est faux, mais Stoltenberg lui-même a admis d’innombrables fois que c’est faux. L’OTAN, Stoltenberg a insisté à maintes reprises, arme et entraîne les forces armées ukrainiennes depuis au moins 2014.

Le 27 juin, lors d’une Le 27 juin, lors d’une conférence de presse pré-sommet de l’OTAN à Madrid, Stoltenberg a révélé que « L’OTAN et les Alliés ont fourni un soutien substantiel à l’Ukraine depuis l’annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014. Y compris avec une aide militaire et financière. Et l’entraînement de dizaines de milliers de soldats ukrainiens. »

Le lendemain, le 28 juin, lors d’un dialogue sur le climat et la sécurité dans le cadre d’un forum public de l’OTAN, Stoltenberg s’est vanté :

« Les Alliés de l’OTAN soutiennent l’Ukraine depuis 2014. Nous ne nous sommes pas réveillés en février 2022… Les forces armées ukrainiennes sont bien mieux équipées, bien mieux entraînées, bien plus nombreuses, bien mieux commandées en 2022 qu’en 2014. Notamment à cause du soutien, de la formation, de l’équipement qu’elles reçoivent depuis de nombreuses années des pays alliés de l’OTAN. C’est d’abord et avant tout la bravoure, le courage des Ukrainien.ne.s qui ont permis de se dresser contre la brutale invasion russe. Mais le soutien qu’ils ont obtenu à partir de 2014 a bien sûr également été essentiel. »

Le plan OTAN-Ukraine

En d’autres termes, Stoltenberg a confirmé sans hésiter ce que les Russes affirment depuis des années. L’OTAN transformait l’Ukraine en une base militaire armée et hostile à la frontière russe, cela à un moment où non seulement l’Ukraine était censée mettre en œuvre l’accord de Minsk de 2015, mais où les principales puissances de l’OTAN, l’Allemagne et la France, étaient censées s’assurer que l’Ukraine mettait en œuvre cet accord.

Les accords de Minsk, signés par le gouvernement de Kiev et les représentants du peuple du Donbass, prévoyaient la réintégration progressive du Donbass en Ukraine. Dans le cadre du processus de réintégration étape par étape, la constitution ukrainienne serait modifiée afin d’accorder à certaines zones de Donetsk et de Louhansk un “statut spécial”.

Rien de tout cela n’a jamais eu lieu, comme les Russes l’ont souligné à plusieurs reprises. En effet, l’ancien président ukrainien Petro Porochenko, qui a signé les accords de Minsk au nom de l’Ukraine, a admis qu’il n’avait jamais eu la moindre intention de respecter les termes des accords de Minsk. Son objectif en signant l’accord était de gagner du temps pour permettre à l’Ukraine de « se doter d’une armée puissante ». « Quel est le résultat de l’accord de Minsk ? » a-t-il demandé. « Nous gagnons huit ans pour créer une armée. Nous gagnons huit ans pour restaurer l’économie. »

L’OTAN, comme l’admet Stoltenberg, a joyeusement joué le jeu avec le plan du gouvernement ukrainien de faire semblant d’être intéressé par la mise en œuvre de Minsk tout en se préparant en réalité à la guerre. Jouaient également sur ce théâtre les puissances de l’OTAN - Allemagne, France et États-Unis notamment - qui feignaient pieusement d’être soucieuses de la mise en œuvre de l’Accord de Minsk tout en condamnant sévèrement la Russie (qui n’était pas partie à Minsk, comme l’étaient la France et l’Allemagne - elle était un garant) pour son prétendu échec à mettre en œuvre Minsk.

Pendant ces huit années, les mêmes puissances de l’OTAN ont continué à armer l’Ukraine, tout en l’encourageant tacitement - et pas si tacitement - à se préparer à résoudre le problème du Donbass par la force, cela en violation flagrante de Minsk. Et, comme l’OTAN le savait bien, il était hors de question que la Russie reste passive en cas d’attaque armée du gouvernement de Kiev contre les Russes ethniques du Donbass. En d’autres termes, pendant huit ans, l’OTAN a préparé l’Ukraine à une guerre contre la Russie, dont elle savait qu’elle allait arriver.

Non seulement l’OTAN encourageait l’Ukraine à résoudre son problème du Donbass par la force, mais l’OTAN cherchait à faire entrer l’Ukraine dans l’alliance. L’OTAN a poursuivi cet objectif avec détermination.

La question de savoir si l’Ukraine deviendrait membre de jure ou de facto de l’OTAN était secondaire. Ce qui importait, c’était le coup que l’intronisation de l’Ukraine dans l’OTAN infligerait aux prétentions de grande puissance de la Russie. L’OTAN a clairement adopté la pensée de l’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Zbigniew Brzezinski, qui, dans son classique The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives (1997), avait expliqué l’importance de l’Ukraine pour tout espoir que la Russie pourrait avoir de rester une grande puissance :

« Sans l’Ukraine, la Russie cesse d’être un empire eurasien. La Russie sans l’Ukraine peut toujours lutter pour le statut impérial, mais elle deviendrait alors un État impérial à prédominance asiatique, plus susceptible d’être entraînée dans des conflits débilitants avec des Asiatiques centraux excités, qui seraient alors mécontents de la perte de leur récente indépendance et seraient soutenus par leurs homologues islamiques du sud. La Chine serait également susceptible de s’opposer à toute restauration de la domination russe sur l’Asie centrale, compte tenu de son intérêt croissant pour les États nouvellement indépendants. Cependant, si Moscou reprend le contrôle de l’Ukraine, avec ses 52 millions d’habitants et ses ressources importantes ainsi que son accès à la mer Noire, la Russie retrouve automatiquement les moyens de devenir un État impérial puissant, couvrant l’Europe et l’Asie. »

C’est précisément pourquoi l’Ukraine était si importante pour l’OTAN, et pourquoi l’OTAN a promis que l’Ukraine (et la Géorgie) deviendrait membres lors du sommet de Bucarest en 2008, et pourquoi l’OTAN n’a pas réitéré cet engagement depuis, y compris même au sommet de Madrid en juin. Le problème était que ni l’Ukraine ni la Géorgie n’étaient même de loin qualifiées pour l’adhésion à l’OTAN – et l’OTAN le savait bien. Le problème n’était pas leur corruption ou leur manque de démocratie - l’OTAN a eu beaucoup d’expérience au fil des ans pour ignorer de telles peccadilles. Le problème était que pour se qualifier pour l’adhésion à l’OTAN, un pays candidat devait avoir réglé tous les conflits en cours sur son territoire – et exclusivement par des moyens pacifiques.

Mais Stoltenberg est convaincu, comme le sont probablement la plupart des dirigeant.e.s des pays de l’OTAN, que les règles du jeu de l’OTAN sont des règles que tout le monde, sauf ses membres, sont obligé.e.s d’accepter et de suivre. L’OTAN, selon les dirigeants, peut livrer n’importe quelle quantité de matériel militaire létal à l’Ukraine, fournir une formation militaire à l’Ukraine, fournir des renseignements à l’Ukraine dans le but de cibler les Russes et leurs alliés, être activement impliquée dans tous les aspects des décisions de ciblage militaire de l’Ukraine, et pourtant, d’une manière ou d’une autre, ne pas être partie au conflit. La casuistique de l’OTAN est aussi risible qu’insensée.

Dans son discours au camp d’été, Stoltenberg a déclaré : « Dans ce conflit, l’OTAN a deux tâches : soutenir l’Ukraine et empêcher le conflit de se transformer en une guerre à grande échelle entre l’OTAN et la Russie. »

Un observateur ou une observatrice simple d’esprit pourrait penser que les deux tâches sont mutuellement incompatibles : plus vous aidez l’Ukraine, plus « une guerre à grande échelle entre l’OTAN et la Russie » devient probable ; plus l’OTAN identifie la cause de l’Ukraine comme étant la sienne, plus il est probable que la Russie ciblera l’OTAN en tant que combattant.

Mais pas dans le monde bizarre qu’habite Stoltenberg : « La deuxième tâche de l’OTAN est d’empêcher la guerre de s’étendre. Et nous le faisons en ne faisant pas partie de la guerre - nous n’entrons pas en Ukraine avec des troupes. Nous le faisons également en montrant clairement qu’une attaque contre un pays de l’OTAN déclenchera une réponse de l’ensemble de l’OTAN. »

Voilà la vanité de l’OTAN : l’OTAN n’est pas une partie à la guerre parce que l’OTAN n’a pas de troupes en Ukraine. Oui, il est vrai que les pays de l’OTAN ont fourni à l’Ukraine des quantités extraordinaires d’armes valant des milliards de dollars. Oui, il est également vrai que les pays de l’OTAN, en particulier les États-Unis, ont fourni des renseignements tactiques à l’Ukraine, lui permettant de cibler et de tuer des Russes. Mais ne vous inquiétez pas, nous rassure Stoltenberg. Car il n’y a pas de « troupes » de l’OTAN sur le terrain en Ukraine. Ainsi, l’OTAN est essentiellement une spectatrice, pas une combattante du tout.

Le sophisme de Stoltenberg

Stoltenberg se livre depuis des mois à ce sophisme, trompant ainsi gravement le public quant au risque sérieux que court l’OTAN de provoquer une confrontation armée avec une superpuissance nucléaire.

Le raisonnement de Stoltenberg est délirant à plusieurs niveaux. Tout d’abord, nous devons croire sur parole qu’il n’y a pas de « troupes » de l’OTAN en Ukraine. Mais nous savons qu’il y a des conseillers militaires et des formateurs de l’OTAN en Ukraine. Nous ne savons pas combien, mais le nombre est susceptible d’être assez important. L’implication des États-Unis au Vietnam a également commencé avec des conseillers et des formateurs - personnel militaire, en d’autres termes. L’idée que les États-Unis n’étaient pas partie au conflit au Vietnam jusqu’à ce que LBJ ordonne un déploiement militaire à grande échelle aurait été considérée comme trop absurde pour être prononcée avec sérieux au début des années 1960.

Stoltenberg s’attend évidemment à ce que tout le monde - et en particulier les Russes - accepte les règles du jeu telles qu’il les a définis : parce qu’il n’y a aucune « troupe » de l’OTAN sur le terrain en Ukraine, l’OTAN n’est donc pas un combattant en Ukraine.

Cette règle, dans la pensée de Stoltenberg, conduit à un deuxième : puisque l’OTAN n’est pas un combattant en Ukraine, alors toute attaque de la Russie contre une puissance de l’OTAN qui est - pacifiquement et défensivement bien sûr - engagée dans la livraison de matériel militaire à l’Ukraine, serait considéré par l’OTAN comme un acte d’agression non provoqué contre un État membre. Et, bien sûr, selon les règles autoproclamées de l’OTAN, un acte d’agression non provoquée contre l’un est un acte d’agression non provoquée contre tous. Un pour tous et tous pour un !

C’est la logique délirante qui pousse l’OTAN au bord du précipice. En aidant l’Ukraine à combattre la Russie, l’OTAN soutient qu’elle ne fait qu’aider l’Ukraine à se défendre.

Ceci est bien sûr totalement faux. Comme nous l’avons vu, Stoltenberg a admis à de nombreuses reprises que l’OTAN a participé activement au financement, à l’armement et à l’entraînement des forces ukrainiennes. Lors du sommet de l’OTAN à Madrid, il a vanté la livraison par l’OTAN de quantités extraordinaires d’armes à l’Ukraine comme une démonstration de l’engagement de longue date de l’alliance envers le pays : « Tout cela fait chaque jour une différence sur le champ de bataille. Et depuis l’invasion de février, les Alliés se sont intensifiés encore plus. Avec des milliards d’euros d’aide militaire, financière et humanitaire. »

En d’autres termes, ce que l’OTAN fait depuis février s’inscrit dans la continuité de ce qu’elle faisait depuis 2014. L’OTAN ne s’est pas jointe à la mêlée en février ; L’OTAN est là depuis au moins huit ans, déversant des armes, ignorant les avertissements russes répétés concernant les « lignes rouges », et provoquant les inévitables représailles russes contre le camp armé hostile en constante expansion à sa frontière.

L’OTAN était tout sauf un observatrice désintéressée qui a répondu sous le choc en février avec un désir désespéré de faire quelque chose pour aider un petit pays courageux.

Pourtant, l’OTAN doit maintenir cette fiction absurde afin de pouvoir maintenir en public la ligne selon laquelle l’attaque de la Russie n’a pas été provoquée.

Selon l’OTAN, le lancement par la Russie de ce qu’elle a appelé des « opérations militaires spéciales » en Ukraine était un acte d’agression non provoquée, ignorant bien sûr la non-mise en œuvre de Minsk par l’Ukraine et les puissances de l’OTAN, la France et l’Allemagne ; les promesses répétées d’adhésion de l’OTAN à l’Ukraine ; la guerre brutale de huit ans de l’Ukraine contre ses propres citoyens dans le Donbass ; et la transformation de l’Ukraine par l’OTAN en un porte-avions armé dirigé contre la Russie. De la même manière, l’OTAN insistera sur le fait qu’une attaque russe contre un État membre de l’OTAN activement engagé dans l’armement de l’Ukraine est également un acte d’agression non provoqué.

Une mauvaise lecture de la charte de l’OTAN

Les dirigeant.e.s de l’OTAN et des pays de l’OTAN peuvent se satisfaire de l’idée qu’ils et elles peuvent armer et financer l’Ukraine à leur guise et que la Russie aurait trop peur d’attaquer n’importe quel bien immobilier de l’OTAN. Cependant, il n’y a aucune raison de penser que la Russie ou la Chine, ou qui que ce soit dans le monde, accepte et serait disposé à suivre les règles que l’OTAN s’est inventées. Pour quiconque a le moindre bon sens, il est évident que l’OTAN est une partie au conflit, qu’elle l’est depuis longtemps, et qu’elle est donc une cible légitime d’attaque si les circonstances militaires le justifient.

Plus important encore, l’adhésion à l’article 5, fil conducteur de Stoltenberg, présuppose que l’OTAN et tous les États membres de l’OTAN ont adhéré à l’article 1 du Traité de l’Atlantique Nord : « Les Parties s’engagent, comme le stipule la Charte des Nations Unies, à régler tout différend international dans lequel elles pourraient être impliquées par des moyens pacifiques de telle manière que la paix, la sécurité et la justice internationales ne soient pas mises en danger, et à s’abstenir dans leur relations de la menace ou de l’emploi de la force d’une manière incompatible avec les buts des Nations Unies. »

Mais ceci, selon les innombrables aveux de Stoltenberg, les pays de l’OTAN n’ont pas fait. Dans les faits, ils ont fait tout leur possible pour éviter de régler leur « différend international » avec la Russie par des « moyens pacifiques ». Ils ont fait tout leur possible pour aggraver un « différend international » qui n’aurait jamais dû se produire. Ce « contentieux international » s’est d’ailleurs déroulé sur un territoire qui ne faisait pas partie du patrimoine immobilier de l’OTAN.

Mais laissons de côté l’article 5 et le filet de sécurité imaginaire qu’il est censé fournir. Il est particulièrement pathétique - bien que tout à fait conforme à la pratique passée de l’OTAN - que ni Stoltenberg, ni le chef d’une puissance clé de l’OTAN, ne semblent vraiment se soucier de l’objet de leur sollicitude, à savoir l’Ukraine elle-même.

Il est évident depuis un certain temps que plus l’OTAN « aide » l’Ukraine, moins il y aura d’Ukraine qui reste à la fin des combats. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a récemment expliqué qu’à la lumière de la livraison par les États-Unis à Kiev d’armes à longue portée telles que le HIMARS, la Russie devra élargir ses objectifs et aller plus loin en Ukraine afin d’assurer la sécurité des résidents du Donbass, sans oublier ceux de Russie :

« Ce processus se poursuit, de manière cohérente et persistante. Cela continuera tant que l’Occident… désespéré d’aggraver la situation autant que possible, continuera d’inonder l’Ukraine avec de plus en plus d’armes à longue portée. Prenez le HIMARS. [L’Ukraine] se vante d’avoir déjà reçu des munitions à 300 kilomètres. Cela signifie que nos objectifs géographiques s’éloigneront encore plus de la ligne actuelle. Nous ne pouvons pas permettre à la partie de l’Ukraine que Vladimir Zelensky, ou celui qui le remplacera, contrôlera d’avoir des armes qui menacent directement notre territoire ou les républiques qui ont déclaré leur indépendance et veulent déterminer leur propre avenir. »

Depuis la disparition de l’Union soviétique et la dissolution du Pacte de Varsovie, l’OTAN a lancé au moins trois, peut-être quatre, guerres. Sans son expansion constante et la création de nouveaux ennemis tout au long de cette expansion, l’OTAN n’aurait aucune justification pour son existence continue.

L’OTAN semble incapable de s’écarter de cette voie, aussi dangereuse soit-elle - comme l’ont démontré les guerres en Yougoslavie et en Ukraine. Comme l’illustrent les remarques délirantes de Stoltenberg, les choses pourraient devenir beaucoup plus alarmantes, et cela bientôt.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Militarisation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...