Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats

L’internationalisme au XXIe siècle

Si vous pensez dans une perspective historique, nous vivons dans une situation défavorable depuis trente ans. La majorité de la classe ouvrière, même dans les pays où l’industrialisation a déjà permis la configuration d’une classe ouvrière significative, n’embrasse même pas l’espoir du socialisme. Et l’internationalisme révolutionnaire est un courant survivant, mais très minoritaire ou même politiquement marginal. Toute cette dynamique de désintégration est l’une des conséquences de la défaite historique qui a signifié la restauration du capitalisme et la fin de l’URSS.

12 septembre 2022 | tiré de Viento Sur, numéro 183

« Il ne sert à rien d’avoir un vent favorable si vous ne savez pas où tourner le gouvernail. »
Sagesse populaire brésilienne

L’importance théorique de la question des défaites historiques imposant d’énormes obstacles en temps de lutte révolutionnaire reste un défi théorique pour le marxisme. Les deux vagues révolutionnaires du XXIe siècle, en Amérique du Sud et dans le monde arabophone, ont été interrompues et vaincues. Ce n’était pas la première fois que les triomphes démocratiques nationaux avaient des résultats défavorables.

La défaite de la révolution allemande au début des années vingt du siècle dernier a été qualitative pour l’isolement de l’URSS. Par conséquent, dans le monde dans lequel nous vivons, il n’est pas possible de défendre la politique révolutionnaire sans défendre l’internationalisme. Mais la défense d’une politique internationaliste n’est pas non plus possible si elle n’est pas révolutionnaire. Ils sont indivisibles.

La situation actuelle au Venezuela est un exemple de ce dilemme. Être internationaliste, c’est se positionner dans le camp militaire du gouvernement Maduro contre l’impérialisme. Mais il n’y a donc qu’internationaliste qui défend la rupture avec le capitalisme. Au Venezuela, après plus de vingt ans de tentatives exaspérées pour empêcher la rupture, tout projet qui n’est pas anticapitaliste est voué à l’échec. La dégradation des conditions de vie des larges masses est irréfutable et insoutenable. Il n’y a pas d’avenir pour une utopie national-développementaliste au XXIe siècle, même avec les plus grandes réserves de pétrole du monde. Quand vous n’avancez pas, vous reculez.

Cependant, nous devons nous demander pourquoi les idées internationalistes restent minoritaires. Le point de départ n’est pas de nous tromper. Par exemple, admettre que nous sommes dans des conditions si défavorables qu’elles sont encore pires que celles vécues par les internationalistes de la IIe Internationale, en minorité, avant la victoire de la Révolution d’Octobre.

Reconnaître cette situation subjective ne nous diminue pas, ni ne nous affaiblit. Au contraire, elle nous renforce. L’angoisse est un privilège de lucidité. Notre pari est que les prochaines crises du capitalisme seront plus grandes que celles laissées pour compte. Nous faisons confiance à la classe ouvrière.

Le prolétariat du XXIe siècle est objectivement plus puissant que celui du XXe siècle. Il ne le sait pas, mais il est plus grand, plus concentré, plus éduqué, plus influent, bien que beaucoup plus diversifié ou moins homogène, et le destin de ses luttes est d’attirer la majorité des opprimés dans le camp anticapitaliste.

Il résistera, et nous verrons des luttes plus fortes que celles du passé. Et dans la lutte des classes, les forces minoritaires peuvent devenir des majorités, même rapidement, lorsqu’elles sont à la hauteur de l’occasion. Les idées comptent. Les idées puissantes sont extraordinairement attrayantes. Si nous sommes à la hauteur de l’occasion, nos idées ouvriront la voie.

Le problème est d’expliquer pourquoi, près de cent ans après la victoire de la Révolution d’Octobre, les réformistes, dans leurs différentes variantes nationales, ont tant d’influence. Nous devons mettre à jour la théorie marxiste pour expliquer la longévité des réformismes.

Historiquement, l’explication marxiste était la division de la classe ouvrière par l’action de la social-démocratie et du stalinisme. Rappelons-nous quels étaient les fondements de l’influence de ces dispositifs. La théorie léniniste de l’aristocratie ouvrière. présenté au déclenchement de la Première Guerre mondiale dans l’essai La faillite de la Seconde Internationale, c’est une référence incontournable. Cette théorie vise à expliquer pourquoi les organisations construites dans la période historique précédente, la social-démocratie européenne, avaient été, pour la plupart, stériles.

Ce que nous devons nous demander, c’est s’il est toujours satisfaisant. Est-il toujours valide ? Que dit la théorie de l’aristocratie ouvrière ? Il dit qu’à l’époque impérialiste, une fraction minoritaire de la classe ouvrière des pays centraux, une couche privilégiée ou une caste, reçoit une partie des profits qui « tombent de la table de banquet » de la distribution du monde par le capital.

L’hypothèse de Lénine est comme si l’aristocratie ouvrière était une croûte, comme les plaques tectoniques de la planète, et en dessous il y avait un énorme magma de lave révolutionnaire. Il suffirait que la crise du capitalisme, d’une part, et l’intervention décisive des révolutionnaires, d’autre part, brisent la croûte et ouvrent la voie à une éruption volcanique. Le magma serait là. L’époque de l’impérialisme n’aurait aucun moyen d’être stable. Ce serait une période de guerres et de révolutions. La social-démocratie aurait ses jours d’influence majoritaire comptés, parce que la possibilité de réformes ou de régulation du capitalisme serait éphémère.

La mobilité sociale serait de moins en moins grande. La possibilité de réformes progressistes deviendrait de plus en plus étroite. La question de la longévité du stalinisme nous oblige à rappeler l’issue de la Seconde Guerre mondiale et son renforcement dans la lutte contre le nazisme-fascisme, et la permanence de son influence pendant la guerre froide ou la coexistence pacifique.

Eh bien, plus de cent ans se sont écoulés depuis 1914, trente ans depuis la chute du mur de Berlin, et les réformistes sont toujours très influents, bien que sous de nouvelles formes. Par conséquent, la première question est de savoir si nos explications socio-historiques sont toujours valables ou non. Deuxièmement, nous devons nous demander s’ils sont aptes à analyser les prolétariats des pays périphériques, constitués pour la plupart après la Seconde Guerre mondiale, certains seulement au cours des trente dernières années.

Il n’est pas hâtif de conclure que ces prévisions étaient au moins partiellement erronées. Nous sous-estimons la capacité du capitalisme à surmonter ses crises. Nous sous-estimons la possibilité de réformes dans les pays centraux. Nous sous-estimons la possibilité de stabiliser les régimes démocratiques dans les pays périphériques, en particulier en Amérique latine.

Nous savons que les partis sont des organisations qui luttent pour le pouvoir et représentent les intérêts de classe. Cela remonte aux fondements de l’existence du mouvement ouvrier et à la montée même de la tendance marxiste. L’explication des difficultés et des divisions dans la représentation de ceux qui vivent du travail est basée sur la triple condition spécifique du prolétariat.

Souvent, nous n’accordons pas la valeur voulue à cette triple condition qui définit l’existence de la classe ouvrière. La classe ouvrière est économiquement exploitée, opprimée socialement et politiquement dominée. Jamais dans l’histoire de l’humanité une classe qui a connu des circonstances similaires d’insertion sociale n’a été considérée comme un projet de direction de la société. Il ne serait pas raisonnable d’avoir des attentes simplistes, naïves et donc légères pour ce projet. Nous devons être réalistes.

Une classe qui vit cette triple condition a nécessairement une hétérogénéité politique en son sein. Il en est ainsi parce qu’il n’est possible d’unir la majorité du prolétariat autour d’un projet anticapitaliste que de manière très exceptionnelle, dans des conditions extraordinaires, c’est-à-dire dans des circonstances où la possibilité de la lutte pour le pouvoir est ouverte.

Dans les conditions normales d’existence de la classe ouvrière, compte tenu des différenciations internes de la classe ouvrière, le projet réformiste de s’efforcer de diminuer les conditions d’exploitation prévaut inévitablement. Tant qu’une situation révolutionnaire ne s’ouvre pas, les idées révolutionnaires sont toujours minoritaires parmi les travailleurs.

Parce que notre projet est pressé, nous sommes souvent victimes d’auto-tromperie et nous nous trompons dans notre perception de ce qu’est la relation des forces sociales. Les grandes masses ne luttent avec un tempérament révolutionnaire que lorsqu’elles sont convaincues de l’imminence de la victoire. Les militants peuvent et doivent avoir des horizons plus larges.

Ce processus a pris et prendra des formes différentes selon les sociétés. Ces différences s’expliquent par la combinaison de nombreux facteurs. Cela dépend de la plus grande maturité objective et subjective des classes ouvrières. Ce qui correspond à son tour au stade de développement économique et social du capitalisme dans toutes les régions du monde.

La représentation politique des travailleurs ne peut être assurée par un seul parti. Sans surprise, les tendances les plus modérées veulent réformer le capitalisme et les plus radicales veulent éliminer les causes de l’oppression, de l’exploitation et de la domination. Le soutien majoritaire aux réformistes ne s’explique pas par le fait qu’ils défendent la régulation du capitalisme ou parce qu’ils sont plus matures, prudents ou prudents. Il est basé sur l’expérience pratique incomplète des grands bataillons de la classe ouvrière avec le capitalisme.

Il s’avère que nous sommes encore à un très haut degré d’abstraction. Utile pour expliquer pourquoi il y a plusieurs partis ouvriers en lutte les uns avec les autres. Mais c’est insuffisant. Pour deux raisons. D’abord, parce que l’instinct de pouvoir ne se développe pas spontanément chez les travailleurs. Vous devez l’introduire de l’extérieur à l’intérieur. Cela s’est avéré, dans d’innombrables expériences historiques, particulièrement difficile.

Deuxièmement, parce qu’il n’explique pas pourquoi il est nécessaire de construire un mouvement ou un parti à l’échelle internationale. Ce qui justifie l’existence de cette forme de parti, une Internationale, c’est une analyse qui part d’autres considérations. La considération fondamentale est qu’il n’est pas possible de gagner dans la lutte pour le pouvoir sans un outil de combat adéquat pour l’analyse de qui est l’ennemi.

L’ennemi est l’État capitaliste. Mais s’il est vrai que les États sont nationaux, il est tout aussi important de savoir que les États ont adopté, au cours des derniers siècles, la forme d’un système international d’États. Il n’y a pas de gouvernement mondial, mais il y a un ordre mondial impérialiste.

Tout projet qui ignore la force de l’État capitaliste, ses bases sociales de soutien qui sont nationales, mais aussi internationales, est une aventure qui condamne les travailleurs à la défaite dès le début. Une bourgeoisie nationale peut gouverner avec le soutien de 20% de la population ou même moins ; il peut même gouverner avec une stabilité politique, tant qu’il bénéficie du soutien international. C’est ce que toute l’expérience historique a montré.

La lutte entre les tendances réformistes et les tendances révolutionnaires est également inexorable dans la défense de l’internationalisme. C’est l’ABC. Mais voici le problème. La lutte de la classe ouvrière se déroule à l’intérieur des frontières nationales. Comme l’instinct de pouvoir, l’internationalisme est un programme qui dépend, essentiellement, d’un ensemble d’expériences accumulées qui doivent être défendues de l’extérieur vers l’intérieur du mouvement de masse en lutte. À ce jour, cela s’est avéré très difficile ; dramatiquement difficile, mais pas impossible.

Valerio Arcary est membre de PSOL (Brésil)

Traduction : Viento sur

Valério Arcary

Valério Arcary est professeur au Centre Fédéral d’Éducation Technologique (São Paulo) et membre du conseil éditorial de la revue Outubro. Il est militant du PSTU (Parti Socialiste Unifié des Travailleurs), Bresil.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...