Édition du 9 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

La Centrafrique va accueillir la première base militaire russe en Afrique

Bien que jusqu’à présent la Russie se soit distinguée en tant que grande puissance militaire sans présence officielle sur le continent africain, cette situation est sur le point d’évoluer radicalement. En effet, Moscou s’apprête à rompre avec cette tradition en rejoignant le cortège des nations extra-africaines qui ont déjà implanté leurs bases sur le sol africain, souvent sans définir clairement leurs objectifs ultimes.

Tiré de Mondafrique
8 février 2024

Par Jocksy Andrew Ondo-Louemba

Un article de notre partenaire The North Africa Journal

Depuis que la Russie a commencé sa guerre contre l’Ukraine, on nous a dit que Moscou se dirigeait vers le désastre. En écho aux points de vue des gouvernements occidentaux, des groupes de réflexion et de leurs analystes, de nombreux médias nous ont dit que la Russie n’aurait pas l’endurance nécessaire pour soutenir une campagne prolongée alors que l’Occident finançait et armait l’Ukraine. Mais si les actions de la Russie en Afrique sont des indicateurs de son niveau actuel d’endurance, Moscou semble plus revigorée que jamais. Ses actions se font sentir partout sur le continent, laissant entendre que sa campagne en Ukraine ne perd pas de son élan, comme certains voudraient nous le faire croire.

La Russie rejoint le club des pays ayant des bases en Afrique

Fait intéressant, la Russie est peut-être la seule grande puissance militaire à ne pas avoir de base militaire en Afrique. Mais cela est sur le point de changer. La Russie va rejoindre une longue liste de pays non africains qui ont déjà établi des bases sur le continent, la plupart sans objectif final clair.

Rien qu’à Djibouti, nous constatons la présence de bases militaires accueillant des troupes des États-Unis, de la France, de la Chine, de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie, de la Grande-Bretagne et de la Turquie. Même le Japon a une présence à Djibouti, la seule empreinte étrangère japonaise en dehors du Japon. Ironiquement, ces troupes étrangères à Djibouti, situées exactement là où les Houthis créent toutes sortes de problèmes et perturbent le commerce maritime mondial, semblent être totalement impuissantes à empêcher les attaques des Houthis contre les navires dans le détroit de Bab el-Mandeb. Toute cette puissance de feu et pour quoi ?

Base Saoudienne à Djibouti

Voici une autre découverte amusante : l’Arabie saoudite, qui est située presque en face de Djibouti, a également une base militaire là-bas. Pourtant, la distance entre la région saoudienne d’Abha et Djibouti n’est que d’environ 450 miles. Et pourtant, les Saoudiens ont jugé important de dépenser des sommes énormes pour avoir une base de l’autre côté du détroit. Pour quoi exactement ? Plus stratégique, cependant, les Émirats arabes unis ont également une base opérationnelle avancée à l’aéroport d’Al-Khadim près de Marj en Libye. De là, nous savons que les Émirats arabes unis fournissent un soutien réel au seigneur de guerre libyen de l’est, Khalifa Haftar, dans sa guerre contre son propre peuple.

Le continent avec le plus grand nombre de troupes étrangères

De toute évidence, l’Afrique est le continent avec le plus grand nombre de troupes étrangères, et pourtant il abrite les nations les plus instables du monde. Pourquoi autant de bases ? De toute évidence, leurs missions ne semblent pas se concentrer sur la protection des routes commerciales, comme on nous l’a dit, étant donné ce que nous voyons dans le détroit de Bab el-Mandeb. Est-ce de la fierté nationale ? Une façon de montrer que les nations riches peuvent « projeter » leur influence ? Les mots clés ici sont « projeter l’influence » car comme on dit en marketing, l’image est souvent ce qui importe le plus pour construire une perception. La France avait de nombreuses bases dans le Sahel et nous avons vu comment les choses se sont terminées.

Devrions-nous donc être surpris qu’une autre puissance aussi importante que la Russie, qui travaille sans relâche pour influencer les nations non occidentales alors qu’elle mène des guerres militaires, économiques et diplomatiques avec l’Occident, veuille se joindre à la fête ? Au cours des derniers mois, il y a eu des rumeurs folles selon lesquelles la Russie s’intéressait à la construction d’une base militaire en Afrique, la première du genre. Mais alors que nous entrons dans l’année 2024, ce qui n’était que spéculation devient rapidement une réalité.

La Centrafrique, un pays instable

Une base militaire russe en République centrafricaine (RCA) est désormais plus susceptible de se concrétiser que jamais. Les autorités de Bangui ont même désigné des terrains à Berengo, à environ 80 kilomètres de la capitale Bangui, pour que les Russes y stationnent jusqu’à 10 000 soldats. La nouvelle est très importante, car comme on insiste souvent dans l’immobilier, tout dépend de « l’emplacement, l’emplacement et l’emplacement », et l’emplacement de l’Afrique centrale ne peut pas être plus central. Les troupes russes auront la capacité de surveiller ce qui se passe en Afrique de l’Ouest, à l’est, au nord et au sud à peu près à égale distance entre le nord et le sud et plus rapidement d’est en ouest.

Mais pour la Russie, la République centrafricaine (RCA) ne sera pas une promenade de santé. Le pays est parmi les nations les plus instables du monde. C’est mortel, avec des groupes politiques, régionaux et ethniques utilisant la force et la violence pour régler des comptes et des différends. Alors que la Russie voudrait utiliser la base de Bangui pour soutenir ses opérations à travers l’Afrique et même au-delà, elle devra d’abord faire face à la situation explosive et à l’instabilité totale en RCA.

Bangui le meilleur choix pour Moscou

Premièrement, pourquoi la RCA ? Le président de la RCA, Faustin-Archange Touadera, est un fervent partisan de la Russie. Sa sécurité personnelle est assurée par des officiers du groupe Wagner. Les Russes ont été critiqués dans la protection de Touadera. Il a même déclaré en juillet 2023 que « la Russie avait aidé à sauver la démocratie de la RCA et à éviter une guerre civile ». Outre le fait que la Russie ait pu facilement convaincre Touadera de stationner ses troupes là-bas, la situation géographique de la RCA en fait un emplacement idéal pour une base avec une ambition continentale. La distance entre Bangui et Johannesburg est de moins de 2 200 miles. La distance géographique (route aérienne) entre Bangui et Tripoli en Libye est d’environ 2 000 miles. La distance entre Bangui et Djibouti à l’est est de 1 757 miles. Partout, c’est encore plus proche. Ainsi, l’armée russe aura un accès rapide aux points chauds de l’Afrique et de la péninsule arabique, étant donné que les avions de chasse supersoniques peuvent voler à plus de 1 000 miles par heure. Faites le calcul !

Une base chez Bokassa

Cela fait des mois que la création d’une base militaire russe en RCA a été annoncée par diverses sources médiatiques. Le média russe Sputnik a récemment révélé que les autorités centrafricaines ont réservé un site dédié à la Russie près de Bangui. Barengo, le futur site de la base russe, est là où se trouve un aéroport international, mais le site dispose déjà d’un ensemble de casernes qui pourraient être transformées en partie de la base. C’est aussi à Berengo que se trouvait la cour de l’éphémère Empire Centrafricain crée par Jean Bedel Bokassa dit Bokassa 1er. En plus du groupe Wagner, la Russie compte environ 1 900 instructeurs en RCA, aidant l’armée et d’autres services de sécurité et protégeant le président.

Plaidant en faveur de l’accord, les autorités centrafricaines affirment que cette base bénéficiera à l’armée centrafricaine, qui devrait recevoir une formation supplémentaire de la part des instructeurs russes. En plus de la formation militaire, les autorités de Bangui comptent sur les soldats russes pour des tâches de sécurité étendues telles que « renforcer la sécurité territoriale », une expression qui signifie probablement que les soldats russes sont impliqués dans les conflits internes. Pour un pays confronté à des rébellions armées partout, les Russes devraient aider le gouvernement centrafricain à survivre et à reprendre une partie du territoire perdu aux divers groupes insurgés.

Accords militaro-sécuritaires avec l’Afrique

Outre la RCA, la forte présence de forces étrangères d’Amérique du Nord et d’Europe et de plus en plus d’Asie et même de nations du Golfe en Afrique, a incité la Russie à conclure des accords militaires et des accords de coopération sécuritaire avec de nombreux pays africains, tout en soulignant la nécessité d’établir des bases militaires sur le continent. Selon un rapport du ministère allemand des Affaires étrangères, Moscou souhaite avoir six bases militaires sur le continent, ciblant l’Égypte, l’Érythrée, Madagascar, la République centrafricaine, le Soudan et la Libye. Jusqu’à présent, la présence russe sur le continent s’est faite par le biais du groupe de mercenaires Wagner opérant en République centrafricaine, au Mali, au Soudan et en Libye.

Difficultés en perspectives

Mais à quoi la Russie est-elle confrontée en RCA ? Le nombre croissant de groupes rebelles armés en RCA a intensifié leurs attaques sur le territoire centrafricain et continue de menacer le rétablissement d’une vie politique normale dans ce pays. Des affrontements avec les forces gouvernementales ou des milices affiliées sont susceptibles d’augmenter dans les mois à venir.

Un aperçu de ces groupes rebelles nous permet de mieux évaluer les forces actives dans l’insurrection.

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...