Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

La FIQ-Syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale demande à la ministre McCann d'investir rapidement dans Charlevoix

SAINT-HILARION, QC, le 11 févr. 2019 - La FIQ-Syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale (FIQ-SPSCN) demande à la ministre de la Santé, Danielle McCann, des investissements financiers pour contrer la pénurie de professionnelles en soins qui touche difficilement la région de Charlevoix depuis plusieurs années et qui engendre une hausse des heures supplémentaires obligatoires.

« Nous avons épuisé les options à coût nul pour contrer le manque d’effectif criant dans Charlevoix », souligne Patricia Lajoie, présidente de la FIQ-SPSCN. « Localement, les dirigeants ont multiplié les efforts durant les dernières années pour recruter des professionnelles en soins et nos membres se sont inscrites de bonne foi dans la recherche de solutions, mais en vain », ajoute Mme Lajoie.

Malgré cela, les heures supplémentaires obligatoires sont de plus en plus fréquentes déplore le syndicat. Sur 203 griefs déposés à ce jour au CIUSSS de la Capitale-Nationale relativement aux heures supplémentaires obligatoires, 165 proviennent de la région de Charlevoix. « On ne peut plus demander à nos professionnelles soins en place d’étirer l’élastique, il est au maximum et il est sur le point de péter », indique Pierre Olivier Bradet, vice-président de la FIQ-SPSCN.

Le syndicat dit assister, bien malgré lui, à un délaissement de la profession comme en témoigne l’annulation de la prochaine cohorte en soins infirmiers au Cégep de la Malbaie.

« À l’heure actuelle, il manque 25 infirmières à temps complet. On parle d’infirmières qui pourraient venir travailler ici dans la région et avoir un poste à temps complet. 25 infirmières, cela représente 3 750 heures-soins par mois. C’est énorme et ces heures retombent actuellement sur les épaules des 360 professionnelles en soins de Charlevoix qui travaillent déjà à temps complet », dénonce M. Bradet.

Mme McCann doit aider la région de Charlevoix pour assurer la pérennité des soins à la population et la santé des professionnelles en soins qui y travaillent. Le syndicat souhaite que les mesures suivantes soient mises en place rapidement.

Prime d’attraction-rétention

Le syndicat dit concurrencer avec la ville de Québec qui est dotée d’hôpitaux universitaires, d’universités et de services familiaux offrant beaucoup de commodités. Il estime qu’une prime d’attraction-rétention aiderait à retenir les professionnelles en soins dans la région et à en recruter.

Passerelle DEP-DEC

Le syndicat croit qu’une aide financière substantielle permettrait à des infirmières auxiliaires de la région de faire la passerelle DEP-DEC afin de devenir infirmières et ainsi pourvoir les postes vacants.

Pratique clinique des inhalothérapeutes

Le syndicat estime qu’il faut financer des travaux afin de permettre aux inhalothérapeutes de contribuer davantage à la prise en charge des patient-e-s lors de l’évaluation de la condition cardiorespiratoire dans les milieux spécialisés telles les urgences et les unités de soins de courte durée. Cela permettrait ainsi d’augmenter la collaboration interprofessionnelle et d’optimiser les champs de pratique des inhalothérapeutes et des infirmières.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...