Édition du 4 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La publicité trompeuse de Pétrolia

Dans une publicité que l’on voit à la télévision depuis quelques jours, Pétrolia et ses dirigeants nous montrent des scènes de forage pétrolier en affirmant que « ... c’est notre pétrole... » (1). Le but de la pub est de jouer sur la fibre de notre fierté québécoise, comme si cela annonçait le début d’une deuxième révolution tranquille. C’est de la publicité trompeuse !

La vérité, c’est que « c’était notre pétrole » ; c’est maintenant la propriété de Pétrolia et de quelques autres compagnies (2) qui ont obtenu les droits sur le sous-sol d ’Anticosti à la suite d’une entente secrète avec Hydro-Québec(div. Gaz et pétrole). Les médias et les citoyens se sont toujours vu refuser le droit de connaître les termes de ce contrat. Pourquoi pareil « black-out » sur une information cruciale qui nous concerne tous ? Pourquoi ce refus de divulguer l’information depuis 2008, si ce contrat est dans l’intérêt de tous ???

Après tout, l’actionnaire d’Hydro-Québec, c’est le gouvernement. Pourquoi cette entente a-t-elle le statut « top secret » face à l’actionnaire principal qu’est le gouvernement et le peuple du Québec ? Dans un article du Devoir du 19 août dernier (3), il est dit que lors de l’AGA de Pétrolia en 2012, M. André Proulx a « ...catégoriquement refusé... » de divulguer les termes de l’entente parce que « ...ce serait négatif pour l’entreprise... ». Est-ce que cette information serait également négative pour le peuple du Québec ??? À bien y penser, est-ce que cette entente est, dans les faits, une dé-nationalisation de nos ressources naturelles qui nous ramène aux années cinquante ?

Dans ce même article, il est écrit que « ...Pétrolia confirme qu’une entente de principe est intervenue entre les parties, afin de rendre publiques les modalités de la contrepartie reçue par Hydro-Québec... ». Or l’entente Hydro-Québec/Pétrolia est un document d’intérêt public. Pour la divulguer, il n’est pas nécessaire de négocier quoi que ce soit ; il suffit de photocopier le contrat et ses annexes et d’en remettre une copie à chacun des médias qui en a fait la demande... À moins que l’on cherche à cacher certaines clauses stratégiques… J’ose espérer que ce n’est pas le cas.

La belle publicité télé qui semble annoncer le début d’une ère nouvelle, montre donc des scènes de forage pétrolier. Elle s’intitule : « Le pétrole d’ici. Par des gens d’ici. Pour ici. » Est-ce que Pétrolia nous annonce qu’elle opère ces équipements avec des travailleurs spécialisés du Québec ? Ou est-ce que ce sont des équipements et des travailleurs d’un sous-contractant Albertain ? Est-ce qu’il y a des retombées économiques positives pour l’ensemble du Québec, comme au temps de la nationalisation de l’électricité en 1962 ? Ou est-ce que seuls les actionnaires de Pétrolia y trouveront leurs comptes ? La pub ne le dit pas.

Par ailleurs, le site de forage présenté dans cette belle pub est tellement propre qu’on dirait un bloc opératoire ! Comment réconcilier la propreté étrange des images de cette publicité avec les images que l’on voit ailleurs sur de multiples forages pétroliers ? Où sont passés les produits huileux qui dégoulinent toujours sur les vêtements des travailleurs, les instruments et le sol ? Images trompeuses ? Depuis quand, l’extraction du pétrole est-elle une technologie propre, propre, propre... comme l’électricité ?

La belle pub propre ne dit pas non plus que sur l’Île d’Anticosti, le pétrole doit être libéré de la roche-mère par fracturation hydraulique. Toutes nos sources d’informations scientifiques révèlent que la fracturation ne peut pas extraire plus de 5% du pétrole présent dans la roche-mère ; normalement, ce taux de recouvrement de la ressource se situe entre 2 % et 5%. C’est vrai également dans le gisement Bracken au Dakota qui « s’épuise » beaucoup plus rapidement que les investisseurs l’avaient prévu. Alors, lorsque l’industrie pétrolière tente de nous faire avaler le projet d’Anticosti en disant qu’il y a entre 30 et possiblement 40 milliards de barils de pétrole, ce sera , au mieux, 5% de 40 milliards de barils que l’industrie pourra extraire du sous-sol. Toute une différence !

Et puis, si l’impensable devait arriver, comme à Lac-Mégantic, est-ce que Pétrolia a les reins assez solides (et suffisamment d’assurances) pour réparer les dommages environnementaux ? Pour indemniser les innocentes victimes de l’industrie des pêches et du tourisme qui perdraient leurs emplois ? Ou est-ce que Pétrolia ferait comme la Montreal, Maine and Atlantic Railroad, c’est-à-dire déposer son bilan et obliger le gouvernement du Québec à ramasser la facture ? Ça non plus, la belle publicité propre et trompeuse de Pétrolia ne le dit pas.

Gérard Montpetit
La Présentation, Qc.
le 21 août, 2013

(1) https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fFrdSO61MLA …

(2) http://www.vigile.net/L-etrange-nouveau-partenaire-de

(3) Anticosti, Pétrolia accepte finalement de rendre publique l’entente sur Anticosti : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/377118/petrolia-accepte-finalement-de-rendre-publique-l-entente-sur-anticosti

 

Gérard Montpetit

Membre du comité Non au schiste La Présentation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...