Édition du 21 décembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Le Pakistan dans une spirale d’endettement parfaite avec les pires impacts de la pandémie

Le Pakistan est l’un des 52 pays confrontés à une grave crise de la dette. Le problème le plus critique auquel est confrontée l’économie du pays est le remboursement et le service de la dette extérieure. La persistance des emprunts crée une spirale, l’augmentation des emprunts générant une crise économique imminente.

Tiré de CADTM infolettre , le 2021-11-30
24 novembre par Abdul Khaliq

Les preuves empiriques soutiennent massivement l’idée qu’une grande partie de la dette publique a un impact négatif sur le potentiel de croissance économique et, dans de nombreux cas, cet impact s’accentue à mesure que la dette augmente.

Le degré élevé d’endettement a rendu le Pakistan plus vulnérable aux chocs économiques et l’a affaibli politiquement face aux puissants prêteurs extérieurs. Il a également réduit considérablement la capacité du Pakistan à investir dans l’éducation et les soins de santé. Le tableau est sombre lorsque l’on jette un coup d’œil à l’indice de développement humain, où le Pakistan se classe au 154e rang, soit pire que l’Inde (131), le Bangladesh (133) et le Sri Lanka (72).

La dette extérieure a gonflé pour atteindre 119,8 milliards de dollars. Le service de la dette dévore toutes les autres ressources. En 1970, notre dette extérieure totale s’élevait à 3,5 milliards de dollars. En 2018, elle était de 93 milliards de dollars. En 2021, notre dette extérieure dépasse 119 milliards de dollars.
Le service de la dette : En 1970, notre paiement total au titre de la dette extérieure s’élevait à 256 millions de dollars. En 2018, nous avons payé 6 milliards de dollars. En 2020, les paiements au titre de la dette extérieure dépassent 12 milliards de dollars.

Ratio dette/recettes : En 2017, il y a à peine quatre ans, le paiement total de la dette du Pakistan s’élevait à 39 % des taxes du Federal Board of Revenue (FBR). Aujourd’hui, le paiement total de notre dette consomme 75 % des taxes du FBR.
Le ratio dette/PIB a augmenté, passant de 76 % en 2018 à 90 % actuellement. Alors que le ratio dette/PIB était de 1,4 % en 2011, en 2018, nous avons versé 1,9 % de notre PIB au service de la dette et actuellement plus de 4 % du PIB au service de la dette.

Ratio dette/exportations  : En 2011, il y a à peine 10 ans, notre service de la dette en pourcentage de nos exportations était de 9 %. En 2018, nous avons payé 19 % de nos exportations en service de la dette. En 2021, nous consacrerons plus de 35 % de nos exportations au service de la dette.

Dans ces circonstances, le Pakistan devrait allouer 27,8 milliards de dollars au service de la dette extérieure entre septembre 2020 et juin 2023. Ce chiffre comprend les paiements de 19,4 milliards de dollars au FMI, à la Banque mondiale (BM), à la Banque asiatique de développement (BAD) et à la Chine.

Impacts de la pandémie

Coupes budgétaires : Le gouvernement impose des coupes budgétaires, retire les subventions, notamment pour les denrées alimentaires, les engrais et le carburant, réduit et plafonne la masse salariale, précisément à un moment où les gens ont davantage besoin de l’aide publique. La contraction moyenne des dépenses en 2021 devrait atteindre 3,3 % du PIB.

Protection sociale : En raison de la rationalisation et du ciblage étroit des programmes de protection sociale, la population la plus pauvre reçoit des prestations de moins en moins importantes, tandis que la plupart des gens sont exclus. Sur 80 millions de personnes, seules 1,5 million ont pu en bénéficier.
Les services publics sont susceptibles d’être réduits et/ou privatisés, y compris la santé, tandis que la réglementation du travail pourrait être démantelée.
Pauvreté : Pas moins de 10 millions de Pakistanais ont sombré dans la pauvreté. 46 % de la population (plus de 80 millions) se trouvaient déjà en dessous du seuil de pauvreté, et ce chiffre devrait augmenter de 5 à 6 % en raison des effets négatifs de la pandémie.

Augmentation du fardeau de la dette  : La crise est marquée par l’alourdissement du fardeau de la dette du Pakistan, qui est contraint d’assurer le service de la dette à un coût humain et social élevé. Pour l’instant, il n’est plus question de se demander comment « payer » tout cela. Au lieu de cela, nous assistons à des dépenses dignes d’une guerre, qui font grimper les déficits et la dette publique à de nouveaux sommets. Les classes laborieuses ont été contraintes de supporter l’effet de cette dette croissante par le biais de la fiscalité indirecte, en conséquence.

L’ISSD et le cadre commun du G20

Malgré les appels du Premier ministre pakistanais à la communauté internationale pour un allègement complet de la dette, le Pakistan a obtenu un allègement temporaire de la dette d’une valeur de 1,8 milliard de dollars de la part des membres des nations du G20. Ce montant comprend 1,47 milliard de dollars de remboursement du principal des prêts et 323 millions de dollars d’intérêts sur les prêts. Ce n’est rien d’autre qu’une goutte d’eau dans l’océan et un allégement temporaire. Malgré le fait que toutes les parties - y compris le G20, la BM et le FMI - s’accordent à dire que l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD) est insuffisante et inappropriée, les prêteurs s’entêtent à la maintenir. Il est important de rappeler que la mesure est conditionnée par un accord avec le FMI, ce qui ne vaut absolument pas la peine. D’autre part, les agences de notation ont intensifié leur menace de dégrader la note souveraine des pays qui auraient recours à l’ISSD.

Le mécanisme d’allégement de la dette souveraine est-il viable ?

Un allègement complet de la dette souveraine doit suivre la phase initiale de suspension de la dette en suivant la structure de l’aide offerte par la communauté internationale à l’Allemagne en 1953. Nous demandons une suspension des remboursements de la dette et une annulation de la dette puisque le Pakistan n’est plus en mesure de rembourser ses prêts. Cette demande a des arguments juridiques légitimes basés sur le droit international, qui appelle à la suspension des paiements de la dette pour des raisons de nécessité et de changement fondamental des circonstances.

Les audits indépendants de la dette doivent être considérés comme une partie intégrante du mécanisme global de résolution de la dette souveraine. Les audits devraient avoir lieu au niveau national et devraient être chargés d’évaluer la légalité de tous les prêts antérieurs. Les résultats des audits de la dette informeraient ensuite le processus d’annulation des dettes illégitimes et odieuses.

Les nations riches devraient respecter leurs engagements d’allouer 0,7 % de leur RNB à l’aide publique au développement et de mobiliser les 1 500 milliards de dollars d’investissements annuels nécessaires dans des infrastructures durables.

Il faut mettre un terme aux sorties financières illicites massives des pays en développement vers les pays riches, vers les paradis fiscaux offshore. Sans un allègement urgent et significatif de la dette de la part de tous les créanciers, associé à des actions locales telles qu’un audit de la dette publique et une réduction massive des dépenses non liées au développement, il sera difficile pour le Pakistan d’éviter un défaut de paiement.

Auteur.e

Abdul Khaliq CADTM Pakistan

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...