Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Le SPPEBSL (CSQ) obtient un mandat de grève fort

MONTRÉAL, le 28 janv. 2021 - Rassemblés en assemblée générale extraordinaire le 26 janvier 2021, les membres du Syndicat des professionnelles et professionnels de l’éducation du Bas-St-Laurent (CSQ) ont voté à leur tour en faveur d’un mandat de grève. Dans une proportion de 83%, les membres ont décidé de donner un mandat très fort à leur syndicat.

C’est à l’issue d’une présentation faisant état des discussions avec le gouvernement que les membres se sont prononcés en faveur de la grève. Depuis le dépôt des demandes syndicales en octobre 2019, aucune avancée significative n’a eu lieu dans les tentatives de renouveler la convention collective des professionnelles et professionnels du réseau scolaire.

Outre les offres anémiques du gouvernement en matière salariale, ce qui a semé l’émoi des membres du SPPEBSL (CSQ) est l’absence marquée d’intérêt pour améliorer les conditions de travail spécifiques au personnel professionnel. Même les demandes sans incidence monétaire faites par les représentants syndicaux sont boudées par le gouvernement à la table de négociation. Rien pour donner espoir aux membres qu’ils obtiendront à court ou à moyen terme quelque renfort que ce soit pour répondre aux besoins toujours croissants des élèves.

« Nous sommes à des années-lumière des solutions envisagées pour régler les problèmes d’attraction et de rétention du personnel dans le réseau scolaire, qui sont partagés tant par l’employeur que par nous », dénonce Sylvie Codère, 1ère vice-présidente du syndicat.

En effet, certaines demandes phares visent à réduire la précarité du personnel et ainsi trouver des facteurs d’attractivité dans le milieu scolaire, qui peine à pourvoir les postes laissés vacants par des départs à la retraite ou des démissions. Cette difficulté à recruter rend la tâche très lourde pour le personnel toujours en place, chez qui l’épuisement se fait sentir. Déjà avant la crise sanitaire, un sondage de la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation (FPPE-CSQ) révélait que plus du tiers des membres envisageaient sérieusement à quitter la profession ou leur fonction dans les centres de services scolaires. La pandémie a évidemment fait exploser les besoins.

Le vote de grève est une preuve que les membres du SPPEBSL (CSQ) sont mobilisés et prêts à faire pression sur le gouvernement. L’absence de mouvement dans la négociation est un facteur de préoccupation qui pèse lourd dans leur quotidien.

« Il est difficile d’expliquer que rien ne bouge aux tables de négociation », a affirmé Jacques Landry, président de la FPPE-CSQ, devant les professionnels présents en assemblée. « En mars dernier, le gouvernement avait obtenu des instances syndicales une trêve alors que la pandémie était confirmée au Québec. Pourtant, ce même gouvernement relançait les négociations quelques jours plus tard et se disait prêt à régler rapidement. Plus de dix mois et deux faux blitz de négociation plus tard, nous sommes toujours sans percée significative qui nous fasse entrevoir un règlement convenable pour les membres. »

Très sensibles à l’effet que pourrait avoir leur décision sur la clientèle et la population lorsque sera exercé le mandat de grève, les professionnelles et professionnels du Bas-St-Laurent soutiennent que c’est par conviction qu’il faut faire entendre raison au gouvernement. Que ce soit pour avoir la reconnaissance de l’expérience professionnelle ou pour améliorer de façon substantielle leurs conditions de pratique, ils veulent que ça bouge rapidement.

« C’est déchirant de penser qu’on pourrait faire la grève en ces temps de pandémie et priver de quelques heures de services les élèves, mais on ne pourra pas y arriver avec les conditions de travail qu’on a ! » s’est exclamée une professionnelle en assemblée, qui a ensuite ouvertement pris position en faveur de la grève, encourageant ses collègues à faire de même.

Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Bas-St-Laurent (SPPEBSL-CSQ)

Le Syndicat des professionnelles et professionnels de l’éducation du Bas-St-Laurent, affilié à la CSQ, représente près de 170 membres œuvrant pour le Centre de services scolaires des Phares et pour le Centre de services scolaires des Monts-et-Marées.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...