Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Le commerce des océans

Une poignée d’entreprises exploitant toutes les ressources face à la faiblesse de la réglementation internationale.

Une étude récente publiée dans la revue « Science » met en garde contre le fait qu’un très petit nombre d’entreprises concentrent de plus en plus de pouvoir dans les océans et que la faiblesse des réglementations, nationales et internationales, encourage la surexploitation des écosystèmes marins.

photo et article tirés de NPA 29

Les eaux de la planète Terre deviennent de plus en plus opaques.

Au cours des dernières décennies, l’utilisation commerciale des océans s’est développée, transformant les mers en conteneurs industrialisés où l’extractivisme prend le pas sur la biodiversité. Les logiques d’exploitation sont cohérentes avec les économies terrestres, puisque la majeure partie de l’économie marine mondiale est concentrée dans une centaine de sociétés transnationales, dont dix contrôlent 45 % des richesses fournies par les écosystèmes océaniques.

C’est ce qui ressort d’une recherche récemment publiée par la revue Science, qui met en évidence comment l’absence de contrôles internationaux sur les océans a favorisé le développement d’activités polluantes et à fort impact environnemental.

« Considérer l’océan comme un moteur de la croissance économique future peut entrer en conflit avec les dimensions sociales et environnementales des objectifs d’utilisation durable des océans convenus depuis des décennies dans les engagements et traités internationaux  », indique la recherche, qui avertit que les industries océaniques pourraient faire échouer le respect des objectifs de développement durable et aggraver les conséquences de la crise climatique.

En fait, neuf des dix premières entreprises qui tirent le plus de profit de l’exploitation des océans sont impliquées dans l’extraction du pétrole et du gaz des champs offshore.

Saudi Aramco, Petrobras, National Iranian Oil Company, Pemex, Exxon Mobil, Royal Dutch Shell, Equinor, Total et BP sont à la tête d’un classement dans lequel toutes les activités liées aux combustibles fossiles marins représentent 65 % des bénéfices offshore mondiaux. Dans ce top 10, une seule entreprise, AP Moller-Maersk, n’est pas engagée dans l’extraction de ressources fossiles et ses bénéfices sont dus au transport de marchandises.

Les combustibles fossiles sont suivis par le transport maritime, qui génère 12 % de l’économie marine totale ; la construction navale, responsable de 8 % des bénéfices ; la construction de plateformes offshore, avec 5 % ; l’industrie des produits de la mer, qui donne 4 % des bénéfices mondiaux ; le tourisme de croisière, responsable de 3 % ; et les activités portuaires, qui accumulent 2 % des bénéfices de l’économie océanique.

Les nouvelles pratiques économiques liées à la transition écologique, telles que la mise en place de centrales d’énergie renouvelable, ainsi que d’autres activités économiques telles que la recherche de brevets génétiques pour l’industrie pharmaceutique, ne sont pas incluses dans l’analyse effectuée par Science.

Pilar Marcos, biologiste et responsable de la campagne Océans de Greenpeace, explique à Público que les données de cette recherche scientifique certifient que l’industrie pétrolière non seulement résiste à la mort, mais a trouvé le moyen de continuer à être une source de richesse, malgré les impacts de l’extraction et de la combustion de ces combustibles.

« Les traités internationaux eux-mêmes, comme l’accord de Paris, nous disent que nous ne pouvons pas extraire une seule goutte de pétrole ou de gaz si nous voulons freiner le changement climatique  », explique l’expert, qui souligne que l’absence de réglementation internationale régissant l’exploitation des mers permet de continuer à perpétuer ces pratiques.

Cette même vision est également reprise par les chercheurs de Science. Les auteurs indiquent que « les niveaux élevés de concentration de l’économie océanique » dans « une petite poignée d’entreprises transnationales » constituent un risque « évident », étant donné que l’absence de traités internationaux sur la mer leur permet d’agir comme des groupes de pression sur les gouvernements dans lesquels leur siège est basé, de sorte que la réglementation des eaux nationales est laissée à leur guise.

«  Une telle concentration a contribué aux déséquilibres du pouvoir politique et, dans certains cas, à l’accaparement des océans, où les ressources qualifiées de biens publics sont accaparées par quelques-uns  », dit-il.

«  Tout dépend de la volonté des pays et il y en a beaucoup qui ne sont pas intéressés par la signature des traités ».

En effet, alors que l’accord de Paris tente de contraindre les pays signataires à réduire la consommation de combustibles fossiles dans les mers, tant dans les eaux nationales qu’internationales, aucun traité international n’a été conclu pour fixer des minimums en matière d’exploitation. « Tout dépend de la volonté des pays et il y a beaucoup de puissances qui ne sont pas intéressées à signer les traités ou à les respecter », explique Ricardo Aguilar, coordinateur des expéditions de l’organisation Oceana.

L’Arctique, un exemple de manque de protection

.
L’Arctique est peut-être le meilleur exemple de ce laxisme réglementaire dans la réglementation de l’économie marine. En 2018, la Russie, la Chine et la Norvège ont opposé leur veto à la décision de la Commission de l’océan Arctique de renforcer la protection de l’écosystème et d’empêcher la prolifération de l’exploration pétrolière et gazière.

«  C’est une tragédie et un cercle vicieux, car un tiers des réserves fossiles se trouvent sous la glace dans cette région et, comme le changement climatique provoque la fonte, il y a de plus en plus d’entreprises et de nations qui ont les yeux sur la région, à la recherche de nouveaux gisements  », dénonce Marcos.

Le journaliste Neil Shea témoigne des conséquences de cette absence de réglementation sur la région. A tel point qu’en 2019, il a documenté dans un rapport pour le National Geographic comment cet écosystème est en train de devenir un scénario de « guerre froide » où les nations ont déjà déployé des armées pour contrôler un territoire qui, avec le dégel, découvrira de nouveaux gisements.

«  Le problème de l’Arctique a moins à voir avec la réglementation internationale qu’avec les accords conclus par les pays qui y ont un territoire. Au final, c’est une zone qui est bien découpée et qui, à mesure que la glace fond, de nouveaux endroits semblent être exploités. Précisément, ces nouvelles activités vont favoriser l’accélération de ce dégel  », prévient Aguilar.

«  S’il y avait des accords internationaux sur ce problème, tout dépendrait en fin de compte de la volonté des gouvernements. C’est comme quand on dit au Brésil qu’il ne peut pas dévaster l’Amazonie, que c’est sa terre et qu’il peut faire ce qu’il veut. La seule chose qui puisse être faite dans ces cas est que les pays imposent des sanctions.

Mécanismes de protection

Compte tenu de la concentration des pouvoirs et de l’absence d’organismes qui réglementent fermement les activités dans les océans, la science voit dans la « finance bleue » une source capable de freiner la surexploitation des mers.

« Les banques, en particulier, peuvent promouvoir la durabilité grâce à leur capacité à surveiller les entreprises et à adapter les conditions de prêt. En intégrant des critères de durabilité dans les contrats de prêt et en obligeant les entreprises à divulguer des informations non financières, des évaluations des risques environnementaux, des réductions des émissions de CO2, en fixant des objectifs fondés sur la science, etc., les banques pourraient inciter à une utilisation responsable des océans et accélérer la transformation en meilleures pratiques  », note la recherche.

«  La volonté des entreprises ne peut et ne doit pas se substituer à l’ordre public  ».

M. Aguilar désigne également les grandes compagnies d’assurance comme des éléments capables de ralentir le développement d’une économie à forte intensité marine. « Par exemple, nous travaillons sur un accord pour que ces entreprises n’assurent pas les activités liées à la pêche illégale dans les eaux internationales », explique l’expert.

Toutefois, les chercheurs de Science avertissent que les outils financiers ne sont qu’un élément important, mais une solution : « Les efforts volontaires des entreprises pour fonctionner de manière durable ne peuvent et ne doivent pas se substituer à la politique publique.

« Les gouvernements ont un rôle crucial à jouer non seulement en fournissant un contexte réglementaire qui protège les valeurs écologiques et sociales non marchandes, mais aussi en créant des incitations à l’innovation rapide dans la stratégie et la pratique des entreprises en matière de gestion des entreprises et en codifiant les cadres juridiques et réglementaires en conséquence  », conclut la recherche.

madrid 29/01/2021 alejandro tena

https://www.publico.es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...