Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Mettons fin à la répression liée au couvre-feu et au harcèlement policier ! Le CTI exige quatre changements aux politiques publiques afin de protéger des travailleurs essentiels précaires

Des travailleuses et travailleurs précaires exigent une fin immédiate au harcèlement, à la détention, à la mise à l’amende sans motif valable et à l’intimidation arbitraire des travailleuses et travailleurs essentiels de la part de la police sous le prétexte de la mise en application du couvre-feu.

Mettons fin à la répression liée au couvre-feu et au harcèlement policier ! Le CTI exige quatre changements aux politiques publiques afin de protéger des travailleurs essentiels précaires

Le Centre des travailleurs et travailleuses Immigrants (CTI) revendique la mise en application immédiate des politiques suivantes :

1. La politique de discrétion absolue (“de pas demander, de pas dire”) quant aux travailleuses et travailleurs sans statut d’immigration de la part des corps policiers

2. L’acceptation des attestations de l’employeur au pied de la lettre par la police pendant le couvre-feu et l’interdiction de l’interrogation pendant plus de dix minutes à la suite de la présentation d’une attestation

3. La distribution des cartes d’identité municipales pour tous les résidentes et résidents de Montréal qui permettront aux travailleuses et travailleurs sans statut d’immigration de s’identifier sans l’obligation de divulguer leur statut d’immigration

4. L’offre immédiate de compensation financière pour tous les travailleuses et travailleurs ayant perdu leurs revenus à cause du couvre-feu, peu importe leur statut d’immigration, de la part du gouvernement du Québec

Des travailleuses et travailleurs essentiels sans statut d’immigration subissent plus de situations dangereuses, de difficultés financières et de précarité que jamais dans le contexte de la pandémie. Les pouvoirs draconiens accordés aux corps policiers sous le prétexte de l’imposition du couvre-feu a servi à empirer la situation de manière exponentielle, surtout pour celles et ceux à statut d’immigration précaire, qui ne sont pas en mesure de travailler à la maison.

Même avant le couvre-feu, des travailleurs au statut d’immigration précaire avaient peur d’être interrogés par la police dans l’espace public. Nous avons demandé à plusieurs reprises au gouvernement et au SPVM la protection concrète pour des migrantes et migrants sans statut avec l’application de la politique de "discrétion absolue.” Cette politique empêchera les agents de police de demander des renseignements sur le statut d’immigration des travailleuses et travailleurs et la transmission de cette information Agences des services frontaliers du Canada (ASFC),” explique l’organisatrice communautaire du CTI Viviana Carole Medina.

Le couvre-feu donne au SPVM le droit d’exiger des documents d’identité des travailleuses et travailleurs essentiels sans statut d’immigration, ce qui pourrait entraîner la détention et l’expulsion de ces sans-papiers, qui travaillent comme livreur, dans l’entretien ménager, dans le service de transport ou d’autres secteurs.

Depuis le début du couvre-feu, de nombreux travailleuses et travailleurs précaires ont vécu du harcèlement policier. Plusieurs qui travaillent pendant la nuit ont rendu compte de leurs expériences d’être pris par une interrogation policière, dans certains cas pour plus de 40 minutes, même après avoir montré leur attestation d’employeur. Ces travailleuses et travailleurs offrent des services essentiels à nos communautés et risquent leur vie pour la survivance de notre société. Elles et ils méritent un traitement respectueux, non pas l’intimidation.

Nous avons aussi demandé l’émission de la carte d’identité municipale qui peut être officiellement reconnue comme pièce d’identité par l’autorité publique,” explique Medina. “Nos demandes n’ont pas été écoutées. La peur de celles et ceux sans statut a été mille fois amplifiée par le couvre-feu, parce que la police a maintenant le plein droit d’interroger des gens dans la rue."

La ville de Montréal s’est déclarée comme une ville sanctuaire en 2017 afin de protéger les personnes sans statut d’immigration de l’expulsion. Le fait que le SPVM se serve du couvre-feu comme motif pour harceler des travailleuses et travailleurs au statut précaire nous apparaît hypocrite, et il est moralement inadmissible.

La plupart des travailleuses et travailleurs essentiels ne bénéficient pas de revenus stables et ne sont pas en mesure de continuer leur travail à distance. Alors nombre d’entre elles et eux sont payés à base horaire, elles et ils ont vécu la réduction des heures de travail ou la suppression de l’ensemble des quarts de nuit, à la suite de la mise en place du couvre-feu qui impose la fermeture à 19h 30 ou avant à bien des milieux de travail, tels que les dépanneurs, les restaurations rapides et les épiceries.

C’est inacceptable que des gens qui subissent des plus grands risques afin de faire fonctionner l’économie québécoise perdent leurs revenus sans compensation financière ou même sans reconnaissance de la part du gouvernement. Le CTI demande au gouvernement du Québec d’offrir une prestation financière d’urgence aux travailleuses et travailleurs dont les heures de travail ont été réduites par le couvre-feu pour compenser la somme totale perdue.

"Des policiers détiennent des travailleurs migrants afin de les interroger souvent. C’est une perte de notre temps. Nous travaillons très fort pendant ce temps. Ces interrogations policières superflues sont un type de harcèlement", explique Guarav Sharma, un livreur Uber Eats et organisateur communautaire du CTI. "Pour des travailleurs sans statut, c’est encore plus dangereux et apeurant. Personne ne devrait être sans statut, surtout en ce moment, personne n’est illégal."

Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI)

http://iwc-cti.ca/

Le Centre de Travailleurs et Travailleuse Immigrant-e-s (CTI) défend les droits des immigrant-e-s dans leurs lieux de travail et se bat pour la dignité, le respect et la justice. Quelques-uns de nos objectifs principaux sont :

• Promouvoir l’éducation populaire, particulièrement en ce qui a trait aux droits des travailleurs et travailleuses
• L’amélioration des conditions de travail pour les travailleurs et travailleuses immigrants
• Organiser une mobilisation autour des problèmes reliés aux conditions de travail, incluant par exemple : les accidents au travail, le harcèlement, les salaires impayés, les heures supplémentaires, le congé de maternité, etc.
• Offrir un espace qui permet aux travailleurs et travailleuses immigrant-e-s de recevoir de l’information, des ressources, et des références.
Nous offrons ces ressources et références en plusieurs langues (Anglais, Français, Espagnol, Hindi, Arabe, Iranien, Bengali, etc.) Joignez-vous à nous pour connaitre vos droits, acquérir les outils qui vous permettrons d’améliorer vos conditions au travail, et pour promouvoir un mouvement pour la justice économique et sociale.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...