Édition du 28 janvier 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Le monde se soulève contre l'austérité et fait face à une brutale répression

Partout dans le monde, travailleurs, peuples autochtones et jeunes descendent dans les rues pour protester contre l’austérité, la corruption, la dictature et le bouleversement climatique, malgré le revers des victoires électorales de la droite absolue. Comment pouvons-nous comprendre ces mouvements et à quels obstacles politiques font-ils face ?

Par Phil Hearse
Cet article est tiré de PublicreadingROOMS, the Art of politics and vice versa ; interview avec Phil Hearse, reproduite sur le site International Viewpoint, le 4 décembre 2019. Le site IV offre la traduction en français.

Jeudi dernier (28 novembre), 40 autres personnes ont été tuées par les forces de sécurité dans tout le pays en Irak lors d’émeutes contre la corruption et l’austérité. C’est encore un autre épisode de répression brutale contre les mouvements rebelles dans de nombreuses régions du monde au cours des deux derniers mois. Au cours de cette période, nous avons assisté aux mobilisations les plus larges, et qui s’étendent, contre les injustices économiques, politiques et climatiques depuis la vague de luttes qui a suivi le krach financier de 2008. Des centaines de personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont été blessées ou arrêtées. Le mouvement international contre le bouleversement climatique a été massif, mais n’a pas (encore) rencontré le même niveau de répression brutale. [1]

Au Chili, en Équateur, en Iran, en Irak, au Liban et en Égypte, les jeunes ont été parmi les premiers - des enfants et des adolescents au moment du Printemps arabe et les mouvements Occupy ! en 2010-12. Si la répression a été dure, elle n’a pas vaincu les mouvements de protestation dans la plupart des endroits, même si elle a réussi à les repousser pendant un certain temps.

En Iran, comme en Équateur et au Chili, le mouvement a été lancé pour protester contre les hausses de prix - dans ce cas, une forte augmentation du prix du carburant. Comme Borgou Daragahi l’a expliqué :

« Une forte hausse des prix du carburant a déclenché des journées de manifestations antigouvernementales à travers l’Iran... plongeant potentiellement le pays dans une nouvelle crise politique.

« Des milliers de manifestants ont défié le froid glacial et se sont rendus dans les rues de la capitale, Téhéran, ainsi que dans d’autres villes et villes, notamment Ispahan, Shiraz et Tabriz. ...

« Dans un geste de défi généralisé, les conducteurs de nombreuses villes ont tout simplement abandonné leurs véhicules, ce qui a entraîné de gros embouteillages.

« Les forces de sécurité ont réagi avec la dureté caractéristique, en tirant des gaz lacrymogènes et éventuellement des tirs réels pour disperser les foules au milieu des terribles avertissements des plus hautes autorités gouvernementales. » [2]

On sait maintenant que plus de 250 personnes ont été tuées par les forces de sécurité et que 7 000 ont été arrêtées dans 165 villes. La baisse du niveau de vie est liée aux sanctions sévères imposées par les États-Unis et leurs alliés. Mais les Iraniens savent que les personnes au pouvoir dans la République islamique sont corrompues et que les modes de vie des riches ne sont pas affectés par les sanctions.

La situation des citoyens ordinaires en Irak est encore pire qu’en Iran. L’infrastructure du pays reste en ruine, n’ayant jamais été reconstruite après la guerre de 2003. Des centaines de milliers de personnes sont mortes dans un conflit sectaire, victimes en particulier des milices Isis, Al-Qaïda et pro-iraniennes.

Patrick Cockburn, rapportant de Bagdad, le dit de la manière suivante :

« Tous les Irakiens savent que le pays possède une vaste richesse pétrolière, rapportant 6,5 milliards de dollars par mois, mais ils vivent avec un chômage de grande ampleur, un manque d’électricité, une corruption généralisée et un système de santé et d’éducation de mauvaise qualité. Ils savent que de grandes fortunes ont été créées par des représentants du gouvernement qui ont détourné des fonds pour des projets inachevés et, bien souvent, jamais entamés. "

L’une des caractéristiques très positives du mouvement actuel est qu’il n’est pas basé sur des lignes sectaires chiites / sunnites, mais a réuni des personnes de toutes les communautés.

Ces dernières années, la marée politique en Amérique latine a fortement heurté la gauche. La défaite des gouvernements réformistes de gauche au Brésil et en Équateur et le coup d’État contre le gouvernement Evo Morales en Bolivie n’ont pas empêché la réémergence d’une rébellion massive, notamment au Chili et en Équateur, mais ils ont été rejoints (fin novembre) par une autre explosion de manifestations de masse en Colombie, dans un mouvement dont les revendications sont typiques de la révolte anti-néolibérale de l’Amérique latine. [3]

Au Chili, il y a présentement une énorme rébellion de masse. Le PNB théorique du pays est de 19 000 dollars par habitant, mais la privatisation des pensions et des soins de santé a plongé une grande partie de la pauvreté dans le pays. Le mouvement a débuté en signe de protestation contre la hausse des prix dans le métro de Santiago, décrétée dans le cadre d’un programme d’austérité du président néolibéral Sebastián Piñera.

Le déploiement de troupes dans les rues de Santiago et d’autres grandes villes, un retour inquiétant en force du coup d’État de Pinochet en 1973, a fait plus de 30 morts, plus de 80 personnes blessées grièvement et des milliers de personnes arrêtées - nombre d’entre elles ayant été brutalisées ou violées. Le 21 novembre, on a signalé que de nombreuses personnes avaient été aveuglées par des balles en caoutchouc.

Piñera a réagi en limogeant la moitié de son cabinet et en s’excusant de n’avoir « pas compris » les revendications des manifestants. Peu sont trompés par ces manœuvres. Pinera a trop bien compris le sens du mouvement. Et le mouvement de masse refuse de partir.

En Équateur, l’annonce par le gouvernement de Lenín Moreno, surnommé de manière inappropriée, d’un ensemble de mesures d’austérité de 2,2 milliards de dollars US a conduit à un énorme mouvement de protestation. Le gouvernement a réagi par une répression brutale de la police et, le 3 octobre, a déclaré l’état d’urgence pendant 60 jours.

Le paquet de mesures de Lenín Moreno comprend la levée des subventions sur les prix du carburant, des réductions des dépenses publiques, une atteinte aux droits acquis des fonctionnaires et des travailleurs du secteur public (réduction des congés payés de 30 à 15 jours par an, une journée spéciale de salaire) cotisation, et le renouvellement des contrats temporaires avec une perte de salaire de 20%), un plan de licenciement massif dans le secteur public, un assaut généralisé contre le droit du travail. Ces mesures visaient à démêler l’héritage de gauche de l’ancien président Rafael Correa.

Ici, le mouvement a été dirigé non seulement par les jeunes, mais surtout par les peuples autochtones, qui représentent 25% de la population et ont été à l’avant-garde des luttes sociales de la dernière décennie. Le mouvement était si énorme et si militant que Moreno et son cabinet quittèrent la capitale Quito et retirèrent finalement le train de mesures d’austérité. Les négociations directes avec les dirigeants autochtones ont abouti à un compromis selon lequel les rebelles formeraient un comité mixte avec le gouvernement pour discuter de la réforme économique. Nous verrons ce qui en résultera, mais pour le moment, les mesures d’austérité de Moreno ont été repoussées.

Les rébellions mentionnées ci-dessus ne donnent pas une image complète de l’insurrection mondiale. Plus tôt dans l’année, un mouvement anti-austérité et anti-corruption a secoué l’Algérie. Au Soudan, le mouvement pour la démocratie qui a débuté en décembre 2018 a renversé le président Omar al-Bashir en avril, bien qu’il soit toujours retenu par le pouvoir de l’armée corrompue. En septembre, une rébellion tout à fait remarquable a eu lieu en Égypte contre le régime corrompu et sadique d’al-Sisi, avec des résultats prévisibles : des centaines de morts et plus de sept mille personnes arrêtées. [4]

Comment devrions-nous comprendre cette vague de mouvements de protestation ? Que peuvent-ils atteindre et quels obstacles rencontrent-ils ? Les facteurs suivants doivent être intégrés à l’analyse de ces événements.


Être contre l’austérité, contre la corruption et pour la démocratie, sont des thèmes qui, dans différentes combinaisons, unissent tous ces mouvements. Ces thèmes ne sont pas un hasard, ils reflètent les conséquences de la réaction catastrophique des gouvernements capitalistes du monde entier face au krach économique de 2007-2008 - un krach qui a dramatiquement révélé la manière dont le néolibéralisme a aggravé les inégalités, appauvri plusieurs millions de personnes et permis aux élites corrompues de se remplir les poches grâce au contrôle de l’appareil d’État.

Depuis l’avènement du néolibéralisme dans les années 1980 et jusqu’au krach de 2008, les élites financières ont fait de grandes fortunes, mais le système a également encouragé la corruption de l’État et la vaste accumulation de richesses d’une élite minuscule. [5] Des sommes considérables étaient cachées dans des paradis fiscaux et la fortune des banques était due à la connivence de soi-disant activités illégales telles que le trafic de drogue, le vol de biens de taille et le commerce sanglant de diamants et de minéraux.

Lorsque ce système s’est effondré en 2007-2008, un mouvement radical anti-austérité et pro-démocratie est apparu dans de nombreux pays. Ses formes les plus dramatiques ont été le printemps arabe et le mouvement Occupy !, mais il a également impliqué d’énormes mobilisations répétées contre l’austérité telles que les Indignés en Espagne et de nombreuses grèves générales en Grèce.

Les gouvernements capitalistes n’ont pas réagi à la crise de 2008 en recourant à un capitalisme plus réglementé comme le keynésianisme, qui aurait impliqué une répartition plus équitable de la richesse, la prévention des bulles de dette et des limites à l’évasion fiscale - autrement dit, certaines limites à les ultra-riches.

Au lieu de cela, la réponse a été de doubler l’économie néolibérale et d’affronter les mouvements anti-système de deux manières : la répression brutale et la construction de mouvements d’extrême droite et fascistes pour lutter contre la rébellion populaire. [6]

Alors que le niveau de répression au Moyen-Orient est surprenant, ailleurs, la répression - assez grave au Chili et en Équateur - a été accompagnée de manœuvres politiques conçues pour détourner ou apaiser le mouvement.

Aux États-Unis et en Europe, où règnent de fortes traditions de démocratie capitaliste, une répression massive est pour le moment inacceptable, bien que des tactiques policières ultra-violentes aient été utilisées contre la rébellion Yellow Vest en France et contre le mouvement indépendantiste catalan.

Alors que les mouvements anti-austérité sont restés dynamiques en Amérique latine, la droite continue de faire des progrès au niveau du gouvernement. En novembre, le président radical de la Bolivie, Evo Morales, a été évincé de fait par un coup d’État militaire. En Uruguay, le parti national de droite a remporté l’élection présidentielle contre le Front large de centre-gauche. Le Brésil, le Chili, la Bolivie et la Colombie se sont également déplacés vers la droite à des degrés divers, bien que l’Argentine ait récemment élu un président de centre-gauche. Le gouvernement de gauche du Venezuela s’accroche aux turbulences politiques et économiques.

Si en Irak, en Iran et en Égypte, les gouvernements corrompus et dictatoriaux s’appuient sur de nombreuses brutalités pour rester au pouvoir, les mouvements socialistes et radicaux qui tentent de donner une expression politique aux manifestations de masse se heurtent à une forte contre-attaque politique.

Les mouvements antigouvernementaux réactionnaires au Venezuela et au Pérou ont été fortement financés et conseillés de l’extérieur, principalement par les États-Unis. Le régime militaire sanglant égyptien reçoit l’aide militaire et le soutien politique de l’Occident, à l’instar d’autres régimes réactionnaires. Mais un élément essentiel du système mondial de réaction néolibérale consiste à prévenir, à délégitimer et à détruire le plus possible les mouvements de gauche qui pourraient défier le pouvoir gouvernemental dans les pays capitalistes avancés . Les calomnies infligées à Jeremy Corbyn en sont un exemple évident, de même que le traitement réservé par l’UE au gouvernement Syriza en Grèce. [7]

Cette campagne prolongée s’articule à plusieurs niveaux. Les milliardaires américains ont versé des millions de dollars dans des groupes de réflexion réactionnaires, comme le révèle le récent livre Billionaires and Stealth Politics de Matthew Lacombe et al. [8] Le Guardian a récemment montré à quel point les groupes de réflexion de droite pouvaient influencer à long terme la refonte de la politique procapitaliste, en se référant à la Grande-Bretagne. [9]

Mais la campagne contre toute forme de radicalisme en Occident repose non seulement sur la nécessité de pousser l’intelligentsia à droite, mais également d’intervenir dans la politique de masse sur des thèmes clés qui peuvent durcir un noyau réactionnaire de millions d’électeurs de la classe moyenne, mais également les vieux électeurs démoralisés de la classe ouvrière, dans les régions « laissées pour compte », comme les petites villes du nord de l’Angleterre, les anciennes villes industrielles françaises du Pas-de-Calais et la ceinture de poussière américaine.

Les thèmes politiques clés de cette opération sont la xénophobie, le nationalisme et le racisme. Les principaux instruments sont les médias de masse dominés par la droite, dont la portée et le pouvoir sont beaucoup plus étendus qu’au cours de la période qui a précédé la seconde guerre mondiale et sont souvent sous-estimés à gauche. Nous assistons à ce processus épineux lors de l’élection générale britannique en cours, à travers le blitz médiatique visant à discréditer et à diaboliser Jeremy Corbyn.

Sur le plan de l’organisation politique, ce processus peut prendre la forme d’une droite dure qui met la main sur les partis de droite habituels (comme c’est le cas aux États-Unis et en Grande-Bretagne) ou d’un soutien apporté aux partis d’extrême droite et fascistes, comme c’est le cas avec l’Alternative pour l’Allemagne, Vox en Espagne et la Lega en Italie. En ce qui concerne ces pays, l’expression « fascisme rampant » peut sous-estimer la vitesse de ce qui se passe. [dix]

Les libéraux américains et britanniques ont tendance à présenter les phénomènes tels que Donald Trump comme des aberrations « populistes » déplaisantes, qui s’appuient sur des personnes extrêmement pauvres et exclues. C’est faux sur tous les plans. Dans la plupart des endroits, les mouvements de masse d’extrême droite sont concentrés dans la classe moyenne confortable (et généralement plus âgée), quel que soit le soutien dont elle bénéficie éventuellement. Ce qui se passe va bien au-delà du "populisme".

Trotsky a déclaré que la situation dans chaque pays était une cristallisation unique des éléments du processus mondial. [11] La tentative d’éliminer les manifestations et les mouvements anti-austérité et anti-corruption fait en effet partie d’un processus mondial. La répression brutale, les mouvements d’extrême droite et la diabolisation de la gauche font partie d’un processus unique. Les dictatures et la droite réactionnaire partout sont politiquement soutenues et financièrement aidées par le pouvoir de l’ultra-réaction aux États-Unis et en Europe.

Après les élections générales en Grande-Bretagne, il doit y avoir une discussion approfondie et une réévaluation de la façon dont les socialistes et les radicaux affrontent et défont le pouvoir de la droite. La lutte contre le racisme et pour l’internationalisme doit être au centre de ces préoccupations.

[1] Bien que le niveau de violence extra-légale contre les défenseurs de l’environnement soit considérable https://www.theguardian.com/environment/2019/aug/05/environmental-activist-murders-double

[2] https://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/iran-protests-fuel-petuel-price-day-death-toll-arrests-government-latest-a9206206.html

[3] Le magazine Foreign Policy rapporte : « ... des centaines de milliers de Colombiens à travers le pays sont descendus dans la rue avec des drapeaux et des cris de ralliement. Des dirigeants autochtones, des étudiants, des travailleurs syndiqués et des défenseurs de la lutte contre la corruption ont pris la tête des rues des grandes villes. Les manifestants ont entre autres revendications de lutter contre la violence ciblée contre les dirigeants sociaux, de mettre en œuvre des éléments clés du processus de paix du pays, de mettre en place des mesures de lutte contre la corruption et de mettre un terme à toute une série de réformes économiques présumées. " Https ://foreignpolicy.com/2019/11/ 22 / colombie-protestation-amerique-latine-chili-equateur /

[4] Je n’ai pas inclus l’insurrection de Hong Kong dans cette liste, car même s’il s’agit bien d’un mouvement en faveur de la démocratie et confronté à une répression brutale, il n’est pas contre l’austérité ni les effets du néolibéralisme. Le point de départ est https://www.rs21.org.uk/author/colin_sparks/ .

[5] Comme je l’ai souligné dans un précédent article du site Left Unity : http://leftunity.org/neo-liberalisms-world-of-corruption/

[6] Voir mon compte rendu de Robert Ketners La démocratie peut-elle survivre à un capitalisme mondialisé ? Sur http://socialistresistance.org/is-fascism-inevitable/12385

[7] Les 20 dernières années auraient dû mettre un terme définitif à l’idée, popularisée par John Holloway, de changer le monde sans prendre le pouvoir.

[8] Voir https://jacobinmag.com/2019/07/billionaires-and-stealth-politics

[9] https://www.theguardian.com/politics/2019/nov/29/rightwing-thinktank-conservative-boris-johnson-brexit-atlas-network

[10] https://prruk.org/product/creeping-fascism-what-it-is-and-how-to-fight-it/

[11] Dans la collection La troisième internationale après Lénine.

Référence :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...