Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Femmes autochtones

Les femmes autochtones élues à des fonctions importantes : la perpétuation de nos traditions ancestrales

Kahnawake, 12 juillet 2021 — Le début du mois de juillet a été riche en surprises pour nous, les femmes autochtones. Pour la première fois dans l’histoire moderne, des femmes autochtones ont été nommées et élues à des postes clés de gouvernance aux niveaux régional et national. Nous adressons nos félicitations à
Kahsennenhawe Sky-Deer qui est devenue la première femme bi-spirituelle à être élue au poste de grand chef de Kahnawake.

Nous souhaitons également transmettre nos félicitations à Mary Simon, une Inuk de Kuujjuaq, qui a été nommée première gouverneure générale autochtone du Canada, et à Rose Anne Archibald, originaire de l’Ontario, qui est devenue la première femme élue chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN) du Canada.

Femmes autochtones du Québec (ci-après FAQ) se réjouit du début de cette nouvelle ère de changement qui donne de l’espoir aux femmes autochtones ayant des aspirations politiques. La présence de femmes autochtones dans ces postes de pouvoir est nécessaire pour apporter des changements afin d’améliorer les conditions de nos femmes qui subissent des niveaux disproportionnés de toutes formes de violence, qui vivent dans des conditions socio-économiques médiocres et qui ont été exclues de leurs rôles traditionnels de prise de décision et de
gouvernance depuis l’imposition de la Loi sur les Indiens de 1876. En tant qu’organisation qui soutient les efforts et les droits de toutes les femmes autochtones du Québec, nous soutenons et applaudissons ces femmes
nouvellement élues et sommes convaincus qu’elles joueront un rôle important dans la décolonisation de tous les systèmes qui nous affectent.

Le gouvernement du Québec refuse toujours de reconnaître le racisme systémique et d’adopter le principe de Joyce. Nous continuerons d’entendre parler des tombes non marquées d’enfants autochtones et des demandes des communautés et organisations autochtones de fouiller les anciens pensionnats pour retrouver leurs proches. La question des femmes autochtones disparues et assassinées n’est toujours pas abordée par les gouvernements d’une manière qui permette de remédier véritablement à la situation, mais nous croyons que la situation s’améliorera grâce aux nouvelles élues.

« Je me réjouis de ces nominations. En tant que femmes et autochtones, nous avons beaucoup de savoirs et d’expériences à apporter aux postes de représentation et de gouvernance. Leur présence en politique permettra d’ouvrir la voie à toutes celles qui suivront. Elle permettra également de rendre aux femmes la place qui leur est due. Il s’agit d’un grand pas vers l’émancipation, l’autonomisation et la reprise de pouvoir des femmes autochtones. Nous continuerons d’appuyer les femmes autochtones dans leur autonomie et engagement au sein de leur communauté,  » affirme Viviane Michel, présidente de FAQ.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Femmes autochtones

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...