Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Les travailleurs, travailleuses américain.e.s ne font pas grève

Les grèves sont le muscle du mouvement ouvrier, et lorsque les syndicats ne font pas grève, ces muscles s’atrophient. Malheureusement, les dernières données montrent à quel point ce muscle est atrophié. En termes simples, les travailleurs travailleuses ne font pas grève.

https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=wm#inbox/FMfcgxwLsdFBgxlWPjkGMztNgpHDCgrW?projector=1

Il y a eu de nombreux rapports sur la montée du militantisme syndical aux États-Unis - grèves d’enseignant.e.s, organisation de travailleurs, travailleuses dans les secteurs des applications technologiques et de la livraison. Mais cela n’apparaît malheureusement pas dans les données de grève.

Dans sa publication annuelle le Bureau of Labor Statistics (BLS) rapporte qu’il n’y a eu que sept grands « arrêts de travail » (qui comprennent des lock-outs et des grèves) en 2020, à égalité avec 2017 pour le deuxième nombre le plus bas depuis 1947. Ce chiffre est battu seulement par les cinq grèves de 2009. Selon le BLS, ces grèves étaient principalement dirigées contre des employeurs gouvernementaux - États et gouvernements locaux (cinq grèves), et non pas contre des employeurs privés (seulement deux).

Voici un graphique de la triste trajectoire. Au cours de la période indiquée, l’emploi total a triplé, ce qui signifie que la puissance collective de ces grèves est une fraction de ce qu’elle était autrefois. Si on ajuste à la croissance de l’emploi, les sept grèves de la dernière année n’auraient été qu’un peu plus de deux, selon la norme des années 50. Cette année-là, il y a eu plus de quatre cents grèves.

Un autre indice, connu sous le nom de jours d’« oisiveté » (belle expression victorienne) - la part du nombre total de jours de travail perdus en raison de grèves ou de lock-outs - était infiniment petite : 0,00%, arrondi à deux décimales. (C’est ainsi que le chiffre est publié.) L’année dernière, c’était le douzième des vingt dernières années à avoir obtenu un score de 0,00%. Cela ne s’est jamais produit avant 2001.

Face à ces statistiques, les gens disent parfois que l’action se trouve dans les plus petites grèves. Cela n’est probablement pas le cas, mais les chiffres sont difficiles à trouver. Une autre agence, le Service fédéral de médiation et de conciliation, publie des données sur les arrêts impliquant moins de mille travailleurs, travailleuses. Mais ces données sont présentées dans un format très hostile aux utilisateurs, utilisatrices : des feuilles de calcul mensuelles répertoriant les grèves en cours ce mois-là, sans chiffres de synthèse agrégés. La dernière fois que j’ai examiné les données, en 2018, elles racontaient la même histoire que les grèves plus importantes.

Je ne veux pas passer pour quelqu’un assis dans une chaise de bureau confortable, donnant une conférence, à la manière Spartaciste, sur ce que les travailleurs, travailleuses devraient faire. Le droit et les pratiques commerciales américains ont rendu très difficile l’organisation de grèves. Les patron.ne.s et leurs politicien.ne.s comprennent que sans la possibilité de refuser de travailler, les travailleurs, travailleuses sont presque impuissant.e.s. Ils et elles ont monté d’innombrables obstacles aux débrayages.

Mais pour celles et ceux d’entre nous qui croient qu’il est impossible d’avoir une société meilleure sans des syndicats plus forts, ces symptômes sont désastreux. Le mentor de Jane McAlevey au syndical local 1199 de la Nouvelle Angleterre, Jerry Brown, dit que la grève est le muscle de la classe ouvrière travail et que si elle ne l’exerce pas régulièrement, elle s’atrophie. Frappez juste pour vous entraîner, même si vous n’en avez pas vraiment besoin, dit-il. Le muscle de la grève a l’air très atrophié.

Doug Henwood est le rédacteur du Left Business Observer et l’hôte de Behind the News. Son dernier livre est My Turn.

Doug Henwood

Doug Henwood est un journaliste connu aux Etats-Unis. Il publie le bulletin électronique Left Business Observer. Il contribue régulièrement aux magazines The Nation et Jacobin. Il est l’auteur, entre autres, de My Turn. Hillary Clinton Targest the Presidency, Seven Stories Press, 2016 ; Wall Street. How it Works and for Whom, Verso, 1998.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...