Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Les usines de transformation de la viande aux États-Unis, points chauds pour le virus

Le virus est incubé et se propage rapidement parmi les travailleurs des usines de transformation de viande, où les mesures de sécurité recommandées ne sont pas appliquées.

photo et article tirés de NPA 29

Au moins la moitié des foyers de VIDOC-19 aux États-Unis sont associés aux usines de transformation de la volaille, des porcs et des bovins, tant dans les abattoirs que dans les emballages. Cela a entraîné une augmentation du virus dans de nombreuses petites villes et a suscité des appels à des réformes urgentes dans un secteur en proie à des problèmes de santé et de sécurité.

Le Guardian a constaté qu’au moins la moitié des 25 sites d’infection à coronavirus les plus élevés aux États-Unis – les comtés ayant les taux d’infection par habitant les plus élevés – sont associés à des usines de transformation de la viande où les travailleurs, dont beaucoup sont des migrants, travaillent dans des conditions de surpeuplement.

Au Nebraska, cinq comtés ont des foyers liés à des usines de transformation de la viande. Dans un comté, le Dakota, près d’un habitant sur 14 a été testé positif au coronavirus. Il s’agit du deuxième taux d’infection par habitant le plus élevé des États-Unis. Jeudi dernier, les comtés de Dakota, Hall, Dawson, Saline et Colfax représentaient près de la moitié des 9 075 cas positifs recensés dans l’État, selon le New York Times.

Il semble que les usines de transformation de la viande soient devenues des lieux d’incubation du virus et de propagation à grande vitesse parmi les travailleurs qui ne peuvent pas appliquer les mesures de distance physique recommandées.

Jusqu’à présent, au moins 30 employés d’entreprises du secteur de la viande sont morts de complications liées au Covid-19. Plus de 10 000 personnes ont été infectées ou exposées au virus selon l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation et du commerce (UITC).

Le virus se propage entre des personnes qui ont des contacts étroits pendant une longue période. Elle se transmet principalement par des gouttelettes qui sortent du nez et de la bouche des personnes infectées lorsqu’elles toussent, éternuent ou parlent, de sorte qu’il est facile pour les travailleurs de ces entreprises de se contaminer si la distance de sécurité n’est pas respectée.

Mercredi, le quatrième inspecteur de la sécurité alimentaire du ministère américain de l’agriculture est décédé à Dodge City, au Kansas. La ville est située dans le comté de Ford, où une personne sur 28 a été infectée, ce qui en fait le 11ème taux d’infection le plus élevé des États-Unis. Au Kansas, les épidémies dans quatre des comtés les plus touchés sont liées à la transformation de la viande.

Selon les propres données du ministère américain de l’agriculture, près de 300 de ces inspecteurs, un groupe qui s’est battu pour obtenir des équipements de protection individuelle adéquats, sont soit en congé pour coronavirus, soit ont décidé d’être mis en quarantaine pour exposition à l’IDOC-19. Le service pour lequel ils travaillent supervise et réglemente 6 500 usines, dont 300 comptent plus de 500 employés.

Une industrie qui ne respecte pas les mesures de sécurité

Depuis deux décennies, l’industrie des abattoirs et de la transformation de la viande s’est engagée dans un processus de simplification réglementaire qui a permis d’augmenter la production et les bénéfices des entreprises au détriment, selon certaines organisations, de la santé et de la sécurité.

Même avant la pandémie, selon l’agence américaine qui réglemente la sécurité sur le lieu de travail, l’industrie de la viande était stigmatisée comme causant « de sérieux risques pour la santé et la sécurité … y compris ceux liés aux matériaux utilisés, aux maladies des os et des muscles, et aux produits chimiques nocifs ».

Tony Corbo, qui travaille à la défense des intérêts de Food & Water Watch, un organisme de surveillance de l’industrie alimentaire à but non lucratif, estime que « la pandémie a braqué les projecteurs sur l’industrie de la viande, qui exploite depuis des années ses travailleurs dans des usines où ils sont pénalisés, entre autres, pour ne pas se présenter lorsqu’ils sont malades. Même aujourd’hui, des usines ont dû être fermées pour permettre aux entreprises de fournir des équipements de protection à leurs employés.

Au moins 30 usines ont suspendu leurs activités au cours des deux derniers mois et beaucoup d’autres ont dû réduire leur production au milieu de protestations qui se sont multipliées à mesure que les conditions de travail des travailleurs, principalement migrants, étaient connues.

Beaucoup commencent déjà à s’ouvrir à nouveau. Cette décision, qui est soutenue par le président Donald Trump, vise à éviter d’éventuelles ruptures dans la chaîne logistique qui entraîneraient des pénuries dans les supermarchés. Les usines où la viande est transformée ont été déclarées le mois dernier comme des infrastructures vitales pour le système.

Dans le comté de Noble au Minnesota, près de 500 employés d’un grand producteur de porc brésilien, JBS, ont été testés positifs. L’épidémie s’est rapidement propagée dans tout le comté et, mercredi, on comptait 1 291 cas positifs, bien plus que la poignée de cas identifiés à la mi-avril. Près d’un habitant sur 17 du comté est positif, bien que l’infection commence à ralentir sa propagation.

L’usine Nobles a repris sa production la semaine dernière après deux fermetures. Il est censé avoir introduit une série de mesures de sécurité, notamment des écrans faciaux pour ceux qui doivent travailler sans respecter les distances requises.

Ce vendredi, le Congrès votera sur un nouveau plan de sauvetage lié à COVID-19, qui comprend des mesures de santé et de sécurité pour tous les employés des industries d’importance majeure pour le fonctionnement de l’économie, comme la transformation de la viande et les soins à domicile. Traduit par Alberto Arce

Nina Lakhani 19/05/2020

https://www.eldiario.es

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...