Édition du 28 janvier 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Lock-Out : Interruption inacceptable du transport en commun à Drummondville (CSN)

DRUMMONDVILLE, QC, le 6 déc. 2019 - Les chauffeurs et chauffeuses de transport en commun à Drummondville dénoncent l’attitude de la Ville et de son sous-contractant, Multi-Transport Drummond Inc., qui a déclenché un lock-out sans avertissement ce vendredi matin.

« Nos membres ont eu toute une surprise en arrivant au travail ce matin : une porte barrée, un stationnement vide et des patrons absents », a dénoncé le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Multi-transport Inc. (CSN), Gilbert Bondu. « La surprise est d’autant plus grande que la différence entre nos demandes et la dernière offre patronale n’est pas énorme et qu’on croyait qu’une entente pourrait survenir à court terme. »

Selon le vice-président du Conseil central du Cœur-du-Québec­—CSN, Mario Pellerin, le lock-out déclenché ce matin est inacceptable.

« Aujourd’hui, l’employeur a sorti le bazooka pour tuer une fourmi, a-t-il renchéri. Le Syndicat a épuisé tous les moyens de pression imaginables avant de finalement faire la grève pour une seule journée. Alors, que l’employeur sorte tout de suite les gros canons, mette fin aux négociations et décrète un lock-out à durée indéterminée, c’est exagéré. »

Selon la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), le parti pris affiché par la Ville de Drummondville dans le dossier est contre-productif et nuit au processus de négociation.

« Quand le syndicat a déclenché une grève d’une seule journée, la Ville a porté plainte au Tribunal administratif du travail », a rappelé Jean-Pierre Bourgault, vice-président et trésorier de la FEESP. « Maintenant que l’entreprise décrète un lock-out d’une durée illimitée, la Ville s’en lave les mains. Ce mépris de la Ville pour les travailleuses et les travailleurs qui offrent un service essentiel à la population est incompréhensible », a-t-il conclu.

En guise de riposte au lock-out, les membres du Syndicat ont voté à l’unanimité pour un mandat de grève générale illimitée lors d’une assemblée spéciale tenue vendredi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...