Édition du 16 avril 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Mobilisons tous les étudiant.e.s du Québec afin de répondre à l’appel mondial de grève étudiante prévue le 15 mars

Alors que le monde s’est déjà réchauffé d’environ 1 °C et que selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), il est indispensable de limiter ce réchauffement à 1,5 °C, mais que la trajectoire de réchauffement projetée d’ici 2100 à partir des engagements pris à la COP 21 est de 3 °C ; on ne s’en inquiète pas.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Nous, étudiant.e.s du Québec, avons décidé de s’en inquiéter.

Parce qu’il est grand temps que l’on prenne les choses en main ; mobilisons tous les étudiant.e.s du Québec afin de répondre à l’appel mondial de grève étudiante prévue le 15 mars, et à celui mouvement Earth Strike pour une grève climatique mondiale le 27 septembre 2019.

Bien que les actions individuelles soient cruciales, le fait est que des décisions collectives et institutionnelles doivent impérativement être prises afin de rendre compte de la gravité de la situation. Alors que la population étudiante s’investit dans une éducation coûteuse en argent comme en temps, dans des conditions précaires accentuées par l’endettement, la non-rémunération des stages et une culture de la performance compétitive, les changements climatiques menacent de plus en plus l’avenir pour lequel elle se démène.

La grève est pertinente puisque c’est uniquement en établissant un rapport de force suffisant que le gouvernement et les établissements scolaires nous écouteront. Les grèves dérangent : elles ne peuvent pas être ignorées.

NOUS DEMANDONS :

1. Aux gouvernements d’établir un programme d’éducation à l’écologie et de sensibilisation à la crise climatique, en partenariat avec des jeunes citoyens et citoyennes ;

2. Aux gouvernements d’adopter une loi climatique qui, à l’aide de la décroissance, force l’atteinte des cibles recommandées par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 degré Celsius. Le Giec demande que la réduction des émissions mondiales de CO2 soit de 50% d’ici 2030, que les émissions nettes de CO2 soient de zéro en 2050, et demande également une réduction de près de 50% des émissions de méthane d’ici 2050 ;

3. Aux institutions d’enseignement une plus grande transparence concernant leurs investissements, le retrait des investissements dans les énergies fossiles et la tenue d’un bilan carbone institutionnel afin de pouvoir cibler les plus grandes sources d’émission de GES en vue de les réduire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...