Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Négociation - Une première semaine de grève se termine pour les 27 000 membres du personnel de soutien scolaire de la FPSS-CSQ

MONTRÉAL, le 29 oct. 2015 - Forts d’un mandat de grève de six jours, les employées et employés de soutien affiliés à la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) terminent aujourd’hui une première séquence de débrayage afin de dénouer l’impasse des négociations du secteur public.

Mobilisés comme jamais

Après une tournée dans plusieurs régions de la province, l’exécutif de la FPSS-CSQ ne peut que clairement constater que le personnel de soutien scolaire est plus motivé que jamais. « À chaque endroit visité, les gens ont clairement exprimé qu’ils en avaient assez de l’ignorance et du manque de respect envers le personnel de soutien scolaire » explique Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ.

Nous voulons négocier

« Après plus de huit mois de discussions, il est temps de négocier, sur notre terrain, nos demandes syndicales. Nous avons nos mandats et voulons maintenant des réponses à nos demandes », déclare M. Pronovost.

Cette première semaine de grève rotative a servi, entre autres, à dénoncer la lenteur des négociations. Les membres du personnel de soutien scolaire veulent ainsi faire comprendre au gouvernement qu’il doit considérer le personnel de soutien comme un rouage essentiel du système d’éducation au Québec en donnant des mandats clairs à ses négociateurs.

« Depuis trop longtemps, le personnel de soutien fait les frais des coupes dans le réseau scolaire. Il ne peut plus faire plus avec moins sans mettre en péril la qualité des services offerts au quotidien », dénonce Éric Pronovost.

Le personnel de soutien ne négocie pas que ses conditions de travail

« Chaque élève rencontre de 20 à 25 fois par jour un membre du personnel de soutien. Il faut tenir compte de ces gens qui offrent des services. Le personnel de soutien réclame notamment :

 de prévoir le suivi d’accompagnement des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) au service de garde et à l’heure du diner ;

 de mettre fin à la sous-traitance pour qu’il y ait un meilleur suivi de l’entretien et des réparations effectuées dans les établissements et aussi d’améliorer l’organisation du travail pour que la qualité des services réponde aux besoins » conclut M. Pronovost.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...