Édition du 16 avril 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

Parution : « Au nom de la démocratie, votez bien ! » de Mathias Reymond, Agone/Acrimed, février 2018

Extrait de l’introduction :

« Le 21 avril. La date est devenue un nom commun. Commun aux partis politiques et aux médias pour décrire une crainte : celle de revivre un 21 avril. À l’envers pour la droite. Et à l’endroit pour la gauche. Comme le 11 Septembre, il est inutile de donner l’année, on la connaît. Cette formule, « le 21 avril », désigne la peur de voir accéder, une fois encore, un candidat de l’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle.

En 2002, donc, la chute de Lionel Jospin au premier tour, l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second et la victoire – assurée – de Jacques Chirac donnèrent lieu à deux semaines d’agitation médiatique et politique où l’irrationnel ravitaillait l’escroquerie. Quinze jours d’incantation, d’accusation, de culpabilisation, de condamnation, de moralisation, d’incitation... Une période unique dans la Ve République.

Unique ? Presque. Quinze ans plus tard, rebelote. Cette fois, le public est rodé. Il connaît la chanson. En avril 2002, Marine Le Pen accède au second tour face à Emmanuel Macron. Exit François Fillon, le candidat de la droite dure. Exit Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la gauche de gauche. L’agitation est moindre et la propagande plus policée, mais elle s’organise – sans concertation – contre un acteur qui excelle dans le rôle du méchant : Jean-Luc Mélenchon. Celui qui ne donne pas de consigne de vote. Celui qui ne joue pas le jeu républicain. À quelques nuances près dans les paroles et la partition, c’est la même chanson. »

***

Les médias ont orchestré l’essentiel de la dramaturgie politique du second tour des élections présidentielles de 2002 et de 2017. Au débat démocratique qu’ils chérissent tant – et qu’ils piétinent si allègrement –, ils ont préféré des leçons de bienséance républicaine, de morale civique et de tactique électorale, inlassablement assénées aux électeurs déviants.

En collaboration avec les communicants politiques, les médias fixent l’agenda électoral, influent sur ce à quoi il faut penser et disposent du pouvoir de consécration (ou de stigmatisation) des candidats. Ce journalisme de prescription des choix électoraux légitimes et d’écrasement des opinions dissidentes, on l’a déjà connu en 1992 et en 2005 avec les référendums sur le traité de Maastricht et sur le Traité constitutionnel européen.

S’ils ne font pas toujours une élection, les médias cherchent à imposer un choix qui semble inéluctable. Le choix des maîtres. En 2002 comme en 2017, le rappel à l’ordre médiatique de l’entre-deux-tours eut pour fonction d’effacer le désastre du premier tour : « La récréation est finie ! Au nom de la démocratie, votez ! Mais surtout, votez bien ! »

Table des matières :

Prélude

Acte I : Le choc
Tous coupables ?
Le vote « utile »
Matraquage sécuritaire
L’entrée des artistes

Acte II : La mobilisation
Laminer Le Pen
Tous résistants !

Acte III : La culpabilisation

Le retour des Munichois
Les guets-apens
Le mépris

Dénouement : « Le jour de gloire est arrivé »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...