Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Platon : Les rivaux[1] ou Sur la philosophie ; genre éthique (Texte 54)

« {Plus je vieillis, plus j’étends mon savoir[2] } » : Solon (133c).

Dans ce court texte apocryphe qui porte sur la philosophie versus les exercices physiques, Socrate interroge deux jeunes hommes sur l’objet de leur discussion qui s’apparente à une dispute (132a). Ils échangent, selon l’amant de l’un des deux, « sur les corps célestes et débitent des sornettes à la manière des philosophes » (132b).

Socrate découvre que celui qui est l’amant d’un des interlocuteurs n’a que mépris pour la philosophie (132d) ; il n’y a, à ses yeux, que les exercices physiques qui comptent. Il appert en plus être le rival amoureux d’un autre jeune homme qui porte en haute estime la culture. Dans ce dialogue narré, quatre personnages interviennent directement (Socrate, un étranger, le musicien et le gymnaste) et trois autres restent plutôt muets (Denys, le maître d’école, qui enseigne la lecture et l’écriture à des adolescents et deux autres amoureux). Le dialogue se produit dans la maison de Denys, le maître d’école.

Le texte comporte quatre parties : premièrement, le prologue (132a-133b) ; deuxièmement, l’ensemble des positions exprimées par l’interlocuteur cultivé incluant les objections de Socrate (133b-137a) ; troisièmement, la position soutenue par Socrate lui-même (137a-138d) ; et quatrièmement, la conclusion ou l’aboutissement (138d-139a).

Pour aller à l’essentiel, disons que Socrate interrompt l’échange entre deux adolescents qui débattent fort sérieusement au sujet d’astronomie. Selon l’un des deux, la philosophie ne sert qu’à acquérir de nouveaux savoirs, « beaucoup de connaissances » (133c) précise-t-il. Il oppose même culture à exercice physique (133d-134c). Socrate parvient à démontrer que la nature de la philosophie consiste à se connaître soi-même (138a) et permet, par conséquent, l’acquisition de savoirs nouveaux : « apprendre beaucoup de choses » (139a) ; et « se connaître soi-même, c’est faire preuve de sagesse » (138a). Il faut par conséquent dans sa vie personnelle, dans sa maison (son domaine) et dans sa Cité pratiquer la « modération et la justice » (138a). Ce sont là les deux vertus qui nous permettent de bien gouverner à la fois sa vie personnelle et la vie de sa Cité (138a-e).

Nous y voyons bien sûr un enseignement qui rappelle l’Alcibiade premier, alors que Socrate expose au jeune aspirant à diriger les qualités que doit posséder l’homme politique. Mais plus encore, cette opposition entre la philosophie et les exercices physiques, ou encore entre les soins portés à l’âme versus ceux portés au corps, révèlent à leur tour une association avec les propos tenus notamment dans la République et le Timée, c’est-à-dire dans le « dosage » nécessaire, voire l’équilibre entre l’âme et le corps pour vivre la meilleure des existences terrestres, sans trop de maux.

Mais au final, nous sommes en présence d’un écrit apocryphe qui ne nous apprend rien de véritablement nouveau dans le développement de la riche pensée de Platon. Nous préférons donc arrêter ici notre réflexion-critique sur cet ouvrage.

Yvan Perrier

Guylain Bernier

Références

Dixsaut, Monique. 1998. « Platon ». Dans Dictionnaire des philosophes. Paris : Encyclopaedia Universalis/Albin Michel.

Platon. 2014. « Les rivaux amoureux : ou Sur la philosophie ; genre éthique ». Paris : GF Flammarion, p. 303-320.

Platon. 2020. « Les rivaux amoureux : ou Sur la philosophie ; genre éthique ». Luc Brisson (Dir.), Platon oeuvres complètes. Paris : Flammarion, p. 179-182.

[1] Ce dialogue porte également le titre suivant : Les rivaux amoureux.

[2] Voir également dans le Lachès (188b ; 189a) et la République (VII, 536d).

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...