Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Langue française

Progression de l'anglais au travail - Les cours de français en milieu de travail, ça fonctionne !

MONTRÉAL, le 2 déc. 2022 - La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) est très inquiète des données issues du dernier recensement de Statistique Canada mettant en évidence la progression de l’anglais comme langue du travail au Québec. Une des explications de cette progression serait que les nouveaux arrivants entreraient sur le marché du travail sans connaissance du français. Il est clair pour la FTQ que c’est une responsabilité gouvernementale d’offrir des programmes permettant une pleine intégration linguistique de ces personnes, et les cours de français en milieu de travail ont fait leurs preuves.

« D’un côté, le gouvernement nous dit que la protection du français est une de ses priorités et, de l’autre côté, on a des personnes immigrantes qui voient leur cours de français annulé parce que le gouvernement coupe leur programme ! Dans le cas particulier de l’entreprise Peerless, il a fallu faire les manchettes pour que les cours de français reprennent ! Si le syndicat n’avait pas levé le drapeau, ce sont des centaines de nouveaux arrivants que l’on privait de cours de français. Un manque de jugement qui a un impact évident sur leur intégration », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Pour la FTQ, la formation en entreprise doit être la voie de passage de la francisation des travailleurs immigrants et des travailleuses immigrantes. « Quand les personnes immigrantes arrivent au Québec, elles ont comme priorité de trouver du travail pour subvenir à leurs besoins. Ce n’est pas d’apprendre le français et c’est normal ! Maintenant, c’est à nous comme société d’assurer leur francisation avec des programmes adaptés à leur réalité. C’est pourquoi l’offre de cours de français en milieu de travail est la solution ! Partout où les syndicats on réussit à en instaurer, les cours étaient rapidement complets, comptant même des listes d’attentes ! La francisation en entreprise fonctionne, alors mettons la pédale au fonds et finançons adéquatement ce programme. C’est toute la société québécoise qui va en profiter », ajoute Denis Bolduc.

Une fois francisés, les nouveaux arrivants doivent cependant pouvoir exercer leur métier en français et ça ne va pas toujours de soi. « Des patrons qui s’adressent au personnel francophone exclusivement en anglais, des instructions de sécurité et des documents en anglais seulement, sans compter l’exigence du bilinguisme pour des postes qui ne le requièrent pas sont des situations soulevées régulièrement par les membres syndiqués des comités de francisation. Les programmes de francisation des entreprises prévus dans la Charte de la langue française manquent de dents. Et là aussi, le gouvernement a le pouvoir d’agir. Il y a des solutions, mettons-les en place ! », conclut Denis Bolduc.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Langue française

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...