Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Réunis en conseil général de négociation - Les syndicats affiliés de la CSQ jugent insuffisante et irrespectueuse l'offre du Conseil du trésor

MONTRÉAL, le 2 avril 2021 - Réunis en conseil général de négociation jeudi, les syndicats affiliés de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représentant le personnel des réseaux scolaire, collégial et de la santé ont jugé nettement insuffisante la dernière offre du Conseil du trésor et invitent le gouvernement Legault à retourner faire ses devoirs sans plus tarder.

Le Conseil du trésor invité à refaire ses devoirs

La présidente de la CSQ, Sonia Ethier, a expliqué qu’il est clair que la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, qui qualifiait cette semaine son offre « d’équitable et généreuse », ne vit pas dans la même réalité que les syndicats affiliés de la Centrale.

« Après analyse attentive, nous ne pouvons que conclure que les offres qui nous ont été présentées mercredi sont de la poudre aux yeux. Ce dépôt s’apparente davantage à une opération médiatique de la part du gouvernement qu’à une réelle volonté de négocier sérieusement. En fait, nous n’avons rien trouvé qui ressemble de près ou de loin à une véritable ouverture à améliorer les conditions de travail de nos membres », constate Sonia Ethier.

Une offre qui ne répond vraiment pas aux besoins réels

Sonia Ethier ajoute que si la présidente du Conseil du trésor pensait « séduire » le personnel des réseaux scolaire, collégial et de la santé avec sa proposition, elle a eu plutôt l’effet contraire.

« Cette offre ne répond absolument pas aux besoins criants exprimés par nos membres. Ils l’ont reçue comme un sérieux manque de respect à leur égard, alors qu’ils se donnent corps et âme en éducation, en enseignement supérieur et en santé, malgré les énormes défis actuels », commente la présidente de la CSQ.

Cette dernière précise que « le gouvernement gonfle ses offres avec des sommes théoriques et temporaires, mais refuse d’accorder des marges financières significatives pour améliorer les conditions de travail sectorielles ».

Rappelons que la CSQ demande 3 % sur trois ans pour les négociations sectorielles. Les enveloppes du gouvernement sont vides, avec leur 0,36 % confirmé dans le dépôt de mercredi.

Une négociation à poursuivre

La présidente de la CSQ invite Sonia LeBel et ses conseillers à se repositionner rapidement dans cette négociation en prenant la juste mesure de la volonté inébranlable des membres de la CSQ d’améliorer significativement leurs conditions de travail, et particulièrement la surcharge, le manque de ressources et le sous-investissement dans les réseaux.

Finalement, les personnes déléguées de la CSQ ont mandaté leurs représentantes et représentants à poursuivre la négociation avec le gouvernement. Les déléguées et délégués réitèrent leur détermination à réaliser le plan d’action de la Centrale, notamment à l’égard de l’exercice des mandats de grève au moment jugé opportun.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...