Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Solidaires et mobilisé-es, les salarié-es de McKesson Drummondville voient le salaire d'embauche passer au-dessus de 15 $ l'heure (CSN)

MONTRÉAL, le 18 juin 2019 - Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Mckesson Drummondville-CSN est fier d’annoncer d’importantes bonifications à la rémunération des salarié-es. En effet, après une forte mobilisation et une démonstration de solidarité entre les membres, l’employeur a consenti une hausse salariale à l’embauche, en modifiant l’échelle salariale de plus de 3 $, faisant ainsi passer le salaire de départ à 16,80 $ l’heure.

Le syndicat a interpellé l’employeur sur les difficultés de recrutement

« Les problèmes de recrutement sont réels et notre syndicat est très bien placé pour le savoir. C’est un enjeu majeur dans notre milieu de travail et c’est pour cette raison que nous avons interpellé notre employeur sur le sujet. Il fallait trouver des solutions concrètes et, en ce sens, je crois que la hausse du salaire à l’embauche lance un message fort aux travailleuses et travailleurs de la région. C’est un gain dont nous sommes tous fiers et nous croyons que cela aura des répercussions positives aussi pour McKesson Drummondville, car l’entreprise deviendra plus attrayante pour les personnes en recherche d’emploi », explique Serge-Alain Sapowo, président du STT de McKesson Drummondville.

« À l’heure où la pénurie et la rareté de la main d’œuvre font les manchettes et alimentent les débats, nous avons ici un exemple probant quant à la nécessité pour les employeurs d’offrir des conditions de travail dignes pour pallier au problème. J’espère d’ailleurs que les employeurs de la région observent et prennent des notes ; on veut être capable d’annoncer plus de nouvelles comme celle-ci à l’avenir », affirme Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur-du-Québec-CSN.

« Le STT McKesson Drummondville vient de nous donner un excellent exemple de la force et de la pertinence de notre mouvement. Inquiet par les difficultés récurrentes d’embauche et les impacts sur leur milieu de travail, le syndicat a su démontrer à l’employeur l’urgence de s’attaquer au problème et, il faut le souligner, même si les discussions ont eu lieu en cours de convention collective », ajoute Alexandre Giguère, vice-président de la Fédération du commerce-CSN.

Reconnaissance de l’ancienneté et montants forfaitaires

En plus de la modification de l’échelle salariale qui entraine une hausse pour tous les salarié-es actuellement à l’emploi, l’employeur a consenti un montant forfaitaire important pour les salarié-es au sommet de l’échelle salariale, une exigence exprimée par les plus jeunes syndiqué-es en guise de solidarité avec les membres ayant le plus d’ancienneté.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...