Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Solidarité intersyndicale à l'UQO à l'égard du personnel de soutien

GATINEAU, QC, le 3 nov. 2015 - Plusieurs syndicats de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) expriment leur solidarité à l’égard du Syndicat du personnel de soutien de l’UQO (SPSUQO) dans ses négociations collectives avec la direction de l’institution. « Nous demandons à la direction de l’UQO d’accélérer le rythme des négociations et d’en arriver à une convention collective respectueuse de la contribution essentielle du personnel de soutien au bon fonctionnement de l’UQO », affirme Louise Boivin, membre du conseil exécutif du Syndicat des professeures et professeurs de l’UQO (SPUQO/CSN).

Les principales demandes du SPSUQO font référence, entre autres, à la question des maladies (notamment des remplacements pendant les congés de maladie), à la création de cinq nouveaux postes et à des augmentations sur le plan salarial.

La présidente du SPSUQO, Lynda Thibault, affirme que : « le personnel de soutien est le moteur de notre université et il travaille sans cesse, jour après jour, afin d’offrir un service de qualité. Alors que l’UQO connait une croissance de ses activités ainsi que des augmentations substantielles d’étudiants et d’étudiantes, de professeures et professeurs, et de chargées et chargés de cours, il n’y a pas une augmentation proportionnelle des postes dans la catégorie du personnel de soutien. De plus, plusieurs personnes salariées contractuelles n’ont pas vu leur contrat renouvelé à la suite des dernières compressions budgétaires ». Madame Thibault ajoute que « les besoins accrus de soutien de la communauté universitaire entrainent une charge accrue de travail pour le personnel de soutien ».

Le personnel de soutien de l’UQO regroupe des personnes salariées occupant des postes bureaux, techniques et aides de métier, soit environ 185 membres. Ces personnes représentées par le SPSUQO, affilié à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), sont sans contrat de travail depuis le 30 avril 2014. La négociation collective de leurs salaires et de leurs conditions de travail avec la direction de l’UQO avance très lentement. Les parties ont décidé d’avoir recours à un conciliateur depuis février 2015.

Signataires :

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQO (SCCC-UQO/CSN)

Le Syndicat des étudiantes et étudiants salariés de l’UQO (SEESUQO/Alliance de la fonction publique du Canada)

Le Syndicat des professeures et professeurs de l’UQO (SPUQO/CSN)

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...