Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Surveillons les vautours

Devant l’éventuel départ du despote libyen du pouvoir dans son pays, il faut être à l’affut des comportements des vautours. Ces derniers sont les grandes entreprises privées transnationales. À la différence des régimes « amis » que sont la Tunisie et l’Égypte, la Libye avait « quelle honte » nationaliser les ressources pétrolières du pays. Au moment d’écrire ces quelques mots, les régimes de l’Afrique du Nord sont tous toujours bien en place.

Contrairement à la situation en Libye, en Tunisie et en Égypte, l’oligarchie financière ne souhaite pas du tout un changement de régime. Ces derniers régimes politiques amis ont toujours maintenu une bonne collaboration avec les grands de la finance du monde, ce qui veut dire que les dirigeants politiques ont toujours laissé les investisseurs étrangers s’enrichir sans trop leur imposer d’entraves à leur désir de profit maximum. Ceux-ci ont même investi énormément de ressources pour protéger les investissements étrangers dans leur pays.

Par contre, en Libye, le colonel-despote a nationalisé les ressources pétrolières du pays, ce qui constitue un geste de résistance à la voracité de l’oligarchie pétrolière internationale. Mon propos n’est pas de discuter de ce que ce dirigeant a fait avec les revenus provenant de l’exploitation du pétrole, mais de mettre en lumière la différence d’attitude de la communauté internationale entre des régimes amis dont on ne souhaite pas qu’ils soient transformés au profit de la population et un autre régime politique qui a résisté longtemps à la vampirisation de son économie par l’oligarchie financière internationale. Avec la réaction très violente du colonel envers sa population, la communauté internationale a un très noble prétexte de protéger la population libyenne pour opérer une transformation du régime politique en place. La question à ne jamais oublier sera au profit de qui ?

L’oligarchie financière internationale, dont le plus puissant lobby est incarné par les institutions politiques des États-Unis d’Amérique, a vite encouragé le départ des dirigeants des pays amis en espérant éviter un éventuel changement de régime politique. Ceci contrairement à leur attitude à l’égard de la Libye où cette même oligarchie financière internationale souhaite ardemment un changement de régime qui leur a longtemps imposé des entraves à leur appétit d’enrichissement sans limites.

La suite de l’histoire s’écrit sous nos yeux, ouvrons-les très grands.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...