Édition du 7 février 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Un rapport d'enquête conclut que des briseurs de grève sont utilisés à l'hôtel Comfort Inn de Trois-Rivières (Unifor)

TROIS-RIVIÈRES, QC, le 16 août 2016 - Le rapport remis hier en fin de journée par l’inspecteur du ministère du Travail qui a été mandaté pour faire enquête a conclu à la présence de pas moins de huit briseurs de grève. Le syndicat a l’intention de poursuivre les procédures afin que le Tribunal administratif du travail (TAT) se prononce officiellement dans un jugement.

« Mais au-delà de ces procédures, ce que nous questionnons, c’est la chaîne Comfort Inn qui laisse faire ce conflit alors qu’un des hôtels qui porte sa bannière a recours à des briseurs de grève contrairement à la loi », a demandé Sylvain Martin, directeur adjoint du syndicat Unifor.

Le syndicat prépare actuellement deux recours, un pour faire reconnaître les briseurs de grève par le TAT et l’autre pour négociation de mauvaise foi. En effet, l’employeur refuse de négocier les termes de la convention collective depuis qu’une des copropriétaires de l’hôtel s’est dite offensée par le contenu des pancartes utilisées par les salariées en grève et qui arboraient une caricature de la nouvelle propriétaire. Un tel prétexte relevant des susceptibilités de la copropriétaire de l’hôtel ne peut évidemment pas être utilisé pour contrevenir à l’obligation faite à l’employeur de négocier de bonne foi et Unifor entend bien obtenir une décision du Tribunal en ce sens. « Il y a une différence entre diffamer une personne et la caricaturer. Nous pensons qu’il s’agit de liberté d’expression », a expliqué M. Martin.

L’employeur refuse maintenant de négocier

Le syndicat déplore aussi le fait que l’employeur ait coupé l’assurance collective, dont la protection pour les médicaments, et ce, contrairement à la Loi sur l’assurance médicaments (article 49) qui édicte l’obligation de maintenir les assurances pendant une période de 30 jours en cas de conflit. Le syndicat étudie présentement les possibles recours à cet égard.

Depuis le début, cette négociation est difficile, et ce, malgré des efforts marqués des syndiqués afin d’élaguer plusieurs de leurs demandes dans l’espoir de parvenir à une entente. Les points en litige sont nombreux : statut des membres, régime de retraite, augmentation salariale, protection du travail du personnel syndiqué versus le personnel-cadre, assurances collectives, etc.

Les deux conventions collectives sont échues depuis le 1er novembre 2015. Près de vingt membres d’Unifor des services de l’entretien et de la réception de l’hôtel sont impliqués dans ce conflit.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...