Édition du 6 décembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

Voici comment nous avons battu Amazon

UN ENTRETIEN AVEC ANGELIKA MALDONADO MENÉ PAR ERIC BLANC

Les travailleurs d’Amazon à Staten Island ont remporté la plus importante victoire syndicale aux États-Unis depuis les années 1930. Voici comment ils y sont parvenus.
Après des décennies de déclin syndical, les travailleurs d’Amazon à Staten Island ont remporté la plus importante victoire syndicale aux États-Unis depuis les années 1930. S’attaquer à Amazon et le vaincre serait une histoire de David contre Goliath, peu importe qui a mené l’effort, mais il est particulièrement étonnant que la campagne de syndicalisation réussie à l’entrepôt JFK8 ait été initiée par l’Amazon Labor Union (ALU), une initiative novatrice, indépendante et dirigée par les travailleurs.
Les dirigeants de l’ALU comprennent à la fois d’anciens employés comme Christian Smalls, qui a été licencié de l’entrepôt JFK8 en 2020 après avoir organisé un débrayage, et une petite équipe de dirigeants ouvriers à l’intérieur de l’entrepôt. Si l’attention des médias nationaux s’est concentrée, à juste titre, sur Christian Smalls, l’histoire remarquable de la façon dont les travailleurs à l’intérieur du bâtiment ont provoqué ce bouleversement stupéfiant reste largement à raconter.
Peu de personnes sont mieux placées pour raconter cette histoire qu’Angelika Maldonado, la présidente du comité des travailleurs de l’UAL, âgée de 27 ans. L’une des principales responsables de la victoire historique d’hier, Maldonado travaille comme emballeuse dans le département des sorties, dans l’équipe de nuit de JFK8. Après le vote d’hier, elle s’est assise avec Eric Blanc de Jacobin pour discuter de la façon dont ils ont accompli ce qui semblait impossible - et des leçons que les travailleurs de tout le pays peuvent tirer de leurs efforts.

4 avril 2022 | tiré du site de Jacobin
https://jacobinmag.com/2022/04/amazon-labor-union-alu-staten-island-organizing
Image : Les travailleurs d’Amazon de Staten Island célèbrent le succès du vote syndical le 1er avril 2022. (ANDREA RENAULT/AFP via Getty Images)


EB : Tout d’abord, comment vous sentez-vous ?

AM  : Lorsque j’ai appris que nous avions gagné, j’étais totalement sans voix - j’ai littéralement l’impression de rêver encore. Même maintenant, en en parlant, je suis ému en pensant à ce que nous avons accompli.

EB : Pouvez-vous nous parler un peu de la façon dont vous avez participé à l’effort de syndicalisation ?

AM  : J’ai commencé à travailler à JFK8 en 2018, mais ce n’est qu’en octobre dernier que je me suis impliquée dans l’organisation. Un jour en sortant du travail - après mon service de douze heures et trente minutes - un organisateur est venu vers moi et m’a fait savoir ce qui se passait. Pour être honnête, j’ai tout de suite adhéré. Je n’ai jamais fait partie d’un syndicat auparavant, mais ma mère est membre du 1199SEIU depuis aussi longtemps que je me souvienne. Alors, quand j’ai entendu qu’Amazon pouvait se syndiquer, j’ai su par expérience à quel point cela serait bénéfique pour toutes les familles et toutes les personnes qui y travaillaient. A partir de ce moment, j’ai été à fond dedans.
Tout le monde peut bénéficier d’une augmentation, mais à quoi bon si vous ne pouvez pas garder votre emploi ?

EB : Y avait-il des griefs particuliers au travail qui vous ont motivé à vous impliquer ?

AM : En haut de ma liste, il y a la sécurité de l’emploi. Le taux de rotation est très élevé ici - vous pouvez être licencié pour de multiples raisons. Tout le monde peut bénéficier d’une augmentation, mais à quoi bon si vous ne pouvez pas garder le poste ?

Pour un objectif futur, nous avons besoin de soins de santé. Personnellement, je paie 54 dollars par semaine sur mon salaire pour les soins de santé pour moi et mon fils. Je ne peux qu’imaginer ce que les autres parents célibataires doivent payer lorsqu’ils ont plus d’enfants que moi, car il faut payer pour chaque personne à charge. Jusqu’à l’âge de 26 ans, je n’ai pas eu à payer pour les soins de santé parce que ma mère est dans la catégorie 1199. À l’avenir, j’aimerais que tout le monde dans l’immeuble ait des soins de santé gratuits.

EB : Quelles étaient les principales divisions au sein de la main-d’œuvre auxquelles vous avez dû faire face ?

AM  : Il y a beaucoup de types de personnes différentes qui travaillent à JFK8 ; il y a une grande diversité d’âge, de race et de lieu de résidence - les gens viennent de partout. Mais l’une des principales divisions était l’âge. Gardez à l’esprit que l’âge moyen d’un organisateur de l’UAL est d’environ vingt-six ans - de nombreux travailleurs plus âgés avaient tendance à être plus sceptiques à l’égard du syndicat.


Angelika Maldonado (à gauche) pose avec un autre leader syndical, Brima Sylla.

La culture d’Amazon est très intense et intimidante, alors quand beaucoup de travailleurs plus âgés ont vu pour la première fois une bande de jeunes gens essayant d’organiser quelque chose d’aussi important, il était difficile pour certains d’entre eux de comprendre que nous savions vraiment ce que nous voulions et que nous savions comment y parvenir. C’est pourquoi nous avons dû nous éduquer - et ensuite éduquer nos collègues - sur la manière exacte d’y parvenir. Nous avons expliqué ce que nous pouvons faire en tant qu’unité, tous ensemble.
Et nous avons surmonté le fossé de l’âge en nous montrant attachants et sympathiques - honnêtement, c’est comme ça que nous avons gagné cette élection. Je demandais aux collègues : "Et si vos petits-enfants devaient travailler ici ? Et si vos enfants devaient le faire ? Oui, vous êtes peut-être plus âgée que moi, mais je suis aussi une maman, et nous voulons les mêmes choses, n’est-ce pas ?" Lorsqu’ils ont découvert que j’étais aussi une mère, et que je sacrifiais tout mon temps libre pour aider à bâtir un syndicat, beaucoup d’entre eux ont vraiment compris à quel point c’était sérieux.

EB : Les différences de race et de nationalité ont-elles également joué un rôle ?

AM : Oui, c’était une autre chose : s’ouvrir aux différentes races de JFK8. Par exemple, beaucoup de nos collègues de travail sont africains. Pendant la campagne, j’ai eu une idée, qui s’est avérée géniale : ma voisine, elle aussi africaine, est traiteur, et je me suis dit : "Nous avons distribué tant de nourriture, pourquoi ne pas distribuer de la nourriture ciblant la culture des travailleurs d’Amazon ?" Un jour, j’ai donc demandé à ma voisine de nous préparer du riz frit africain - et cela a vraiment attiré tout un groupe de travailleurs africains vers nous et nous avons gagné deux nouveaux organisateurs grâce à cela.

Lorsque mes collègues ont découvert que j’étais également mère et que je sacrifiais tout mon temps libre pour contribuer à la création d’un syndicat, beaucoup d’entre eux ont compris à quel point l’affaire était sérieuse.
Je dirais que le fait d’avoir des organisateurs de la même race était également crucial. Je suis moi-même hispanique - à moitié hispanique - mais je ne parle pas espagnol, il était donc plus facile pour l’un de nos organisateurs qui parle espagnol de parler aux travailleurs hispaniques qui avaient des questions.
Ce que nous avons fait, c’est permettre à tous ceux qui voulaient s’organiser dans le bâtiment de le faire. Et cela a vraiment fonctionné à notre avantage, car les membres du comité ALU que nous avons actuellement sont un groupe diversifié. Nous sommes un petit groupe par rapport au nombre de personnes présentes dans l’immeuble, mais nous sommes diversifiés.

EB : Comment avez-vous surmonté l’intimidation de la direction ?

AM  : Amazon inspire vraiment la peur aux travailleurs. Ce n’est pas seulement qu’il y avait des affiches antisyndicales partout ; Amazon a engagé une tonne de briseurs de syndicats qui se promenaient constamment dans le bâtiment pour parler aux travailleurs. C’était intimidant. Les casseurs de syndicats ont essentiellement menti et ont dit à nos collègues que nous étions une tierce partie. Mais en réalité, nous étions des travailleurs tout comme eux. Nous ne sommes pas venus d’ailleurs pour organiser JFK8 ; nous y travaillons littéralement - nous sommes un syndicat dirigé par des travailleurs.

Nous avons pris beaucoup de risques, mais nous savions qu’il y aurait un retour sur investissement à terme. Nous avons fait des choses comme participer à des réunions d’auditoire captif, même si nous n’étions pas invités. Nous avons pris la parole pour tout le monde et nous avons dit les faits. Nous avons combattu ce que les briseurs de syndicats disaient, en faisant savoir à tout le monde qu’ils racontaient des mensonges. Bien sûr, on nous a dit de partir parce que nous n’étions pas invités - ce que font les briseurs de syndicats, c’est de prendre des employés de leur poste au hasard pour aller à ces réunions. Mais cette fois-là, nous sommes tous entrés en groupe et avons exigé de donner notre point de vue.
Le directeur général nous a dit que si nous ne partions pas, nous serions réprimandés, que nous serions "insubordonnés". Mais nous avons tenu bon - nous sommes restés et avons dit la vérité à nos collègues. C’était un risque que nous devions prendre. Sur le moment, nous étions tous un peu craintifs, mais nous devions prendre ce risque, car nos collègues devaient voir que nous pouvions nous défendre. Même si nous avons fini par être mis à la porte, cette action leur a montré qu’il existe certains droits et certaines lois qui nous protègent - et que nous ne devons pas avoir peur d’Amazon.

EB : Pouvez-vous nous en dire plus sur les mesures spécifiques que vous avez prises pour faire bouger vos collègues ?

AM : Nous étions très nombreux dans l’équipe d’organisation, donc tout ce que chacun a apporté à la table était important. Pour ma part, j’ai essayé d’être dans le bâtiment aussi longtemps que possible, pendant autant de jours que possible. Venir pendant mes jours de congé, passer moins de temps avec mon enfant - cela a demandé beaucoup de dévouement, beaucoup de sacrifices, beaucoup de risques.

Amazon a engagé une tonne de briseurs de syndicats qui se promenaient constamment dans le bâtiment pour parler aux travailleurs. C’était intimidant.
Je ne pouvais pas parler du syndicat pendant le temps de travail, mais je pouvais le faire pendant mes pauses déjeuner et mes pauses de quinze minutes. Et même si je n’avais pas le temps de parler avec mes collègues pendant mon quart de travail, je m’assurais toujours d’obtenir leur numéro et de leur parler pendant mes jours de congé. Je leur disais également de parler du syndicat aux membres de leur famille qui travaillent dans l’entreprise et je leur demandais d’en parler aussi à leurs amis. Je disais à tout le monde : "Si vous avez des questions, vous pouvez m’appeler n’importe quand - et si quelqu’un d’autre a des questions, transmettez-lui mon numéro." Et si je ne connaissais pas la réponse à une question précise, je leur donnais le numéro du président de l’UAL [Chris Smalls] pour qu’ils puissent lui demander directement.

EB : Comment vous assuriez-vous de parler à autant de travailleurs que possible et comment mesuriez-vous le soutien pour voir si vous aviez une majorité ?

AM : Personnellement, j’ai une très bonne mémoire. Mon objectif était de m’assurer que si je n’avais jamais vu un visage auparavant, j’irais toujours vers lui pour discuter avec lui. Il était important d’avoir un groupe restreint d’organisateurs et de rester en contact avec tous les travailleurs qui étaient tous pour le syndicat. Mais un autre de nos objectifs clés était de parler à de nouvelles personnes chaque jour.
Et après avoir parlé avec eux, nous leur demandions de rejoindre le chat Telegram, de nous donner leur numéro, de venir à une réunion ou de répondre à une enquête. C’était l’objectif : parler à de nouvelles personnes tous les jours, les mettre en relation.

EB : À quoi ressemblaient ces conversations ?

AM  : Je demandais des choses comme : "Avez-vous déjà entendu parler de l’UAL ?". Et puis, s’ils avaient besoin de réponses ou d’informations, je faisais de mon mieux pour répondre, et je leur faisais savoir : " Nous sommes un syndicat dirigé par les travailleurs. Si, à un moment donné, vous voulez devenir un organisateur, vous le pouvez." Certains le voudraient, d’autres non. Mais en fin de compte, l’objectif immédiat était quelque chose de plus simple, comme les faire participer au grand chat Telegram avec tous les partisans du syndicat ou porter un T-shirt de l’UAL. Ce genre de choses montre qu’il y a beaucoup d’autres personnes dans le bâtiment qui veulent avoir un syndicat, et pas seulement les cinq mêmes travailleurs que vous voyez à la table de la salle de repos.

Nous utilisions le grand chat Telegram pour donner des nouvelles, ou pour informer les gens de ce qui se passait dans le bâtiment pendant une autre équipe. L’équipe de jour et l’équipe de nuit sont parfois comme deux mondes différents, il était donc utile d’avoir un moyen de communiquer avec tout le monde. Mais pour être honnête, le chat n’était pas une grande préoccupation pour nous ; l’essentiel était les interactions en face à face. Je pense que c’est vraiment ce qui a fait avancer le syndicat.

Ces conversations en tête-à-tête étaient très importantes, car Amazon a dit à beaucoup de gens que nous étions une tierce partie. Et au bout du compte, ça leur a coûté cher. Au début, les travailleurs venaient nous voir et nous disaient : "Comment faites-vous pour être dans le bâtiment ? Vous ne travaillez même pas ici." Puis nous leur montrions littéralement notre badge de travail et leur disions : "Nous travaillons ici - tous ceux qui sont syndiqués ici en ce moment travaillent ici". Alors ils étaient curieux à ce moment-là. Et à la fin de nos conversations, ils se sentaient souvent embobinés par Amazon parce qu’ils réalisaient qu’on leur avait menti.

L’élément principal était les interactions en face à face. Je pense que c’est vraiment ce qui a fait avancer le syndicat.

Les conversations en face-à-face étaient notre moyen de communiquer. Je faisais savoir aux gens que j’étais une mère célibataire, que je faisais des quarts de travail de douze heures et trente minutes, et que j’étais ici pendant mon jour de congé, vous voyez ? En étant vulnérable aussi, j’expliquais ce que je sacrifiais, ce que nous sacrifiions tous, en étant là pour faire en sorte que tout le monde dans le bâtiment puisse avoir de meilleures conditions de travail.

À deux semaines de l’élection, c’est grâce à ces conversations que j’étais vraiment convaincu que nous allions gagner. Je me basais sur les gens à qui je parlais, sur le soutien croissant que je voyais - et sur le fait que les autres organisateurs parlaient à leurs gens, que leurs gens parlaient à leurs gens et que mes gens parlaient à leurs gens. Tout le monde parlait à tout le monde.

EB : Au-delà des conversations, avez-vous fait d’autres choses pour aider vos collègues à sentir qu’ils n’étaient pas seuls - et comment avez-vous suivi votre niveau de soutien ?

AM  : Vers la fin de l’année dernière, l’ULA a commencé à distribuer des chemises syndicales. Lorsque certaines personnes ont commencé à porter leurs t-shirts dans le bâtiment, c’est à ce moment-là que beaucoup d’autres personnes ont commencé à voir à quel point elles étaient soutenues. Après cela, nous avons dû obtenir de plus en plus de nouveaux t-shirts pour tout le monde. Et à l’approche de l’élection, nous avons vraiment intensifié notre jeu - la dernière chose que nous avons faite pendant la campagne a été d’obtenir des lanières, environ trois ou quatre mille d’entre elles. Nous avons distribué beaucoup de cordons pendant les changements d’équipe, pour que les gens puissent voir le soutien dont ils bénéficiaient.

Pendant tout ce temps, nous obtenions les numéros de téléphone de nos collègues - et nous les compilions tous dans une grande liste pour avoir une idée du soutien dont nous bénéficiions et pour pouvoir assurer un suivi avec eux lors des banques téléphoniques régulières que nous organisions dans le bureau du syndicat [UNITE HERE Local 100] à Manhattan. Et en tant qu’organisateurs, nous restons coordonnés ; par exemple, nous avons établi des horaires pour savoir qui d’entre nous serait dans le bâtiment ou vérifierait le chat à différents moments.
Et quand je dis dévouement, je veux dire dévouement : ceux d’entre nous qui faisaient partie du comité étaient dans le bâtiment sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Même pendant nos jours de congé, nous étions dans le bâtiment - après avoir récupéré mon fils à l’école, je me rendais toujours directement au bâtiment.

Comme nous ne pouvions pas discuter du syndicat sur le temps de travail, la table de la salle de repos était particulièrement importante. J’ai noué des relations avec des collègues que je n’aurais jamais connus si je n’avais pas été là. Lorsqu’ils prenaient leur pause déjeuner, ou une rapide pause casse-croûte, je leur parlais aussi longtemps qu’ils en avaient le temps. Et une fois qu’ils avaient rencontré l’un d’entre nous, ils nous connaissaient tous, car, en tant qu’organisateurs, nous essayions toujours d’établir des relations avec tout le monde. C’est ce que nous entendons par "personnalisation".

EB : Et la direction n’a pas essayé de vous mettre dehors ?

AM  : Non, parce que nous étions protégés par la loi. Nous connaissions nos droits et étions en contact avec un bon avocat spécialisé dans le droit du travail. Ceux d’entre nous qui étaient des travailleurs pouvaient être dans le bâtiment pour organiser. Nous étions protégés par la loi tant que nous n’organisions pas de manifestations sur le temps de travail de l’entreprise.

Ils ont parfois essayé de nous repousser un peu - par exemple, ils ont essayé une fois de nous faire retirer notre table dans la salle de repos, en disant qu’elle enfreignait les règles du COVID. Mais juste la veille, ils avaient installé leur propre table dans la salle de repos, alors nous n’avons pas reculé. Honnêtement, ils n’ont pas tenté quelque chose de trop fou parce qu’à ce moment-là, ils avaient compris que nous en savions beaucoup sur les lois qui nous protègent.

Tout le monde parlait à tout le monde.

Avant de devenir organisateur au sein de l’UAL, je n’avais aucune expérience syndicale ou d’organisation, alors quand je me suis impliqué, je me suis assis et j’ai beaucoup écouté les organisateurs qui faisaient cela depuis plus longtemps que moi. Et j’ai retenu cette information, car je savais qu’elle serait vitale pour les travailleurs qui avaient des questions à me poser.

Ainsi, lors de la réunion du public captif où nous sommes intervenus, j’ai demandé des conseils parce que je ne savais pas quoi faire, je ne connaissais pas mes droits. C’est là que j’ai appelé notre président de syndicat, qui m’a dit que, selon un certain article de loi, nous sommes protégés. Et ensuite, quand l’un de mes collègues m’a dit : "J’ai entendu dire que vous vous étiez tous fait virer d’une réunion avec un public captif. Allez-vous être virés ?" Je leur ai expliqué que non, nous ne serions pas licenciés, parce que nous étions protégés.

EB : Félicitations pour cette incroyable victoire. Pourriez-vous conclure par une dernière réflexion sur ce que vous avez accompli ?

AM  : Bien que je sois novice en matière d’organisation, mon objectif est devenu d’organiser JFK8 et l’entrepôt de Staten Island. Je vois tous les jours ce que nous vivons en travaillant chez Amazon. C’est épuisant et nous sommes traités comme des robots. J’ai des amis avec qui je suis allée à l’école qui travaillent aussi ici, et beaucoup de leurs familles - qui sont en fait comme ma famille - le font aussi. Ce n’est que si vous travaillez à l’intérieur du bâtiment que vous pouvez savoir ce que c’est que de travailler chez Amazon.

Et maintenant, j’ai aussi vu ce que tous les organisateurs avec lesquels j’ai travaillé ont traversé. Nous avons dû faire face à beaucoup de choses pour contribuer à un changement. Pour nous, organisateurs, cela a signifié un manque de sommeil, un manque de temps à la maison. Et nous avons fait cela en plus de travailler tout le temps chez Amazon.

Alors le fait que nous ayons gagné aujourd’hui, c’est irréel, j’ai l’impression d’être dans la zone crépusculaire. Je suis tellement fière et reconnaissante envers chaque travailleur qui a voté oui et chaque organisateur qui a travaillé dur. Pouvoir célébrer notre victoire aujourd’hui, c’est la meilleure chose qui soit. Nous sommes entrés dans l’histoire, non ?

Traduit avec www.DeepL.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...