Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec solidaire

10e congrès de Québec solidaire

29 mai 2015 à 19:00 au 31 mai 2015 à 14:30

Salle Marie-Gérin-Lajoie, UQAM

Le congrès de Québec solidaire portera sur les thématiques suivantes :

Section 1 : Proposition commune

Section 2 : Femmes et mondialisation

Section 3 : Pauvreté et travail

Section 4 : Femmes et santé

Section 5 : Femmes, pouvoir et démocratie

Section 6 : Une politique féministe au regard des familles

Section 7 : Services éducatifs à la petite enfance

Section 8 : Hypersexualisation, violences et prostitution/travail du sexe

Section9 : Diversité des orientations et des identités sexuelles et de genres

Section 10 : Femmes autochtones

Section 11 : Femmes, familles et économie

Section 12 : commentaires

Section 13 : Financement et développement du participation

(Table de matières du Cahier de synthèse des propositions du Congrès)

Le communiqué du 29 mai : Les Solidaires réunis à Montréal pour le 10e congrès de Québec solidaire - Femmes, familles et diversité sexuelle à l’avant-scène

MONTRÉAL, le 29 mai 2015 - Des centaines de militantes et de militants solidaires de toutes les régions du Québec convergent vers Montréal à l’occasion du 10e congrès de Québec solidaire, qui s’ouvrira vendredi soir à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). À l’occasion de ce congrès de trois jours, les délégué.e.s seront appelé.e.s à définir le programme de Québec solidaire en lien avec les femmes, les familles et la diversité sexuelle et de genre.

« Parmi les quatre partis de l’Assemblée nationale, Québec solidaire est le seul parti qui connaît une croissance constante depuis sa fondation. Aujourd’hui, nous regroupons plus de 10 000 membres à l’échelle du Québec, qui sont partie prenante de toutes nos décisions. À l’aube de ce 10e congrès, nous formons une alternative incontournable aux vieux partis », déclare Françoise David, députée de Gouin et porte-parole de Québec solidaire.

Un gouvernement solidaire serait le gouvernement de l’égalité

Le congrès accueillera samedi les marcheuses de la Marche du pain et des roses, qui célèbre son vingtième anniversaire cette année. Une occasion de contempler le chemin parcouru par le mouvement féministe, mais aussi de continuer à lutter pour l’égalité.

« L’austérité est un grand bond en arrière pour les Québécoises et les familles. Martin Coiteux ment quand il prétend que ses offres patronales à la fonction publique et aux services publics affectent tout le monde de la même manière. Les libéraux investissent dans des secteurs d’emplois occupés massivement par les hommes, mais s’attaquent à l’éducation et à la santé, portées à bout de bras par les femmes. Les chiffres le prouvent : les libéraux ont créé un gouffre de 3 milliards de dollars entre les hommes et les femmes. Si ce gouvernement persiste à faire régresser les acquis des femmes, il continuera de nous trouver sur son chemin !  », affirme Françoise David.

Parmi les questions à l’étude cette fin de semaine, on retrouve le travail du sexe, les droits des personnes trans, les agressions à caractère sexuel, la parité dans les institutions publiques, le scrutin proportionnel et une Politique nationale d’éducation pour les enfants de 0-5 ans. Les Solidaires auront également l’occasion de se prononcer sur le travail des élus du parti, dimanche.

« Québec solidaire n’a pas peur de traiter des préoccupations contemporaines comme la diversité sexuelle et de genre, trop souvent ignorées par l’espace public. Nous sommes fiers d’être la voix de tous les Québécoises et les Québécois, peu importe leur identité sexuelle. Québec solidaire s’engage à combattre la discrimination sur toutes les tribunes, en commençant par l’Assemblée nationale ! », conclut la députée de Gouin.

Les partis populaires triomphent à l’international

La plénière d’ouverture du congrès donnera l’occasion aux militantes et aux militants d’entendre l’expérience de deux mouvements populaires européens ; la Radical Independence Campaign, acteur-clé de la campagne du « Oui » écossaise de 2014, et Die Linke ( « La Gauche » ) troisième parti du Bundestag allemand.
« Partout où elle est appliquée, l’austérité aggrave les problèmes qu’elle est censée régler ! Les libéraux de Philippe Couillard s’obstinent à nous passer à travers la gorge des solutions discréditées par l’expérience grecque ou espagnole, malgré ce que certains « experts » souhaiteraient nous faire croire. En Europe, l’austérité a lourdement hypothéqué une génération entière. Le Québec doit prendre le virage de la prospérité partagée avant qu’il ne soit trop tard ! », déclare Andrés Fontecilla, porte-parole de Québec solidaire.

Cat Boyd, l’une des fondatrices de la Radical Independence Campaign (RIC), se rappelle des succès de la campagne du « Oui » en Écosse. « Pour mener l’Écosse vers l’indépendance, nous avons rejoint des centaines de milliers de gens ignorés par les partis politiques traditionnels. Beaucoup étaient issus de milieux populaires ou issus de l’immigration. Accablés par l’austérité britannique, ils ont voté pour un pays progressiste, égalitaire et ouvert sur le monde. L’ébullition politique provoquée par le référendum subsiste encore en Écosse ! ».

Andreas Günther, de Die Linke, prévoit que l’onde de choc provoquée par l’élection de Syriza en Grèce aura des répercussions sur la gauche au niveau international. « En Grèce, les gens ont réalisé qu’ils pouvaient emprunter une autre voie que la vieille rengaine de coupures, coupures, coupures. Les Grecs ont arrêté d’écouter les élites économiques et ont rejeté massivement les vieux partis et leur lourd bagage de corruption et de saccage des dépenses publiques. Il s’agit d’une inspiration pour nous tous : nous n’avons plus à nous serrer la ceinture pour le 1% ! ».


Communiqué du 30 mai - Congrès de Québec solidaire - « Le gouvernement économisait sur le dos des femmes il y a vingt ans. Aujourd’hui, il récidive ! » Françoise David

MONTRÉAL, le 30 mai 2015 - Réunis en congrès toute la fin de semaine à Montréal, les centaines de membres de Québec solidaire ont souligné le chemin parcouru par les femmes et les féministes en commémorant les vingt ans de la Marche des femmes contre la pauvreté : Du pain et des roses.

Pour Françoise David, porte-parole de Québec solidaire et députée de Gouin, le combat des marcheuses est loin d’être terminée. « Cette marche historique a relancé le mouvement des femmes et envoyé un signal clair à Québec. Avec détermination et espoir, des femmes de différents horizons ont marché pendant 10 jours pour améliorer les conditions de vie des gens ordinaires. Il y a 20 ans, j’étais devant l’Assemblée nationale pour porter la voix des marcheuses et demander à Québec de s’engager concrètement dans la lutte contre la pauvreté. Aujourd’hui, je dois rappeler à Philippe Couillard qu’il y a encore du pain sur la planche ! »

« Les chiffres sont clairs : depuis 2008, la stratégie de relance a créé un gouffre de 7 milliards entre les hommes et les femmes. Les libéraux renoncent à leurs responsabilités en laissant les femmes et les familles pour compte. Pendant que les Québécoises se serrent la ceinture, Québec réserve ses investissements aux secteurs masculins. Aujourd’hui, certaines femmes doivent même choisir entre le travail et un réseau de garderies toujours plus cher. On a l’impression de voyager dans le temps », martèle Manon Massé, députée solidaire de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

« Un gouvernement solidaire s’engagerait à instaurer des mesures pour contrer la discrimination et favoriser l’accès à la syndicalisation, particulièrement dans les secteurs majoritairement féminins. Malgré la loi sur l’équité salariale, les écarts de rémunération continuent d’augmenter. Québec solidaire prendra les moyens nécessaires pour assurer des emplois de qualité aux Québécoises. Nous méritons mieux ! », conclut Manon Massé.


Communiqué du 31 mai - Bilan du congrès de Québec solidaire - Québec solidaire veut faire du Québec la société la plus égalitaire en Amérique du Nord

MONTRÉAL, le 31 mai 2015 - Réunis à Montréal, des centaines de militantes et de militants de Québec solidaire ont adopté une série de solutions porteuses visant à mettre les femmes et les familles au cœur des priorités du gouvernement québécois. Les porte-paroles de Québec solidaire, Françoise David et Andrés Fontecilla, ont reçu à nouveau la confiance des membres.

Permettre à toutes les Québécoises de réaliser leurs ambitions

Un gouvernement solidaire favoriserait la syndicalisation des secteurs d’emploi traditionnellement féminins, financerait adéquatement les services publics qui emploient 75% de femmes et développerait les secteurs de l’économie sociale profitables aux femmes. Les Solidaires souhaitent combattre la discrimination à l’emploi en formant adéquatement les employeurs et mettre en place des mécanismes facilitant l’accès à la francisation et l’intégration dans les milieux de travail pour les femmes immigrantes. Enfin, Québec solidaire imposera la parité au sein de nos institutions politiques

Au Québec, 17% des entreprises n’ont jamais soumis de déclaration à la Commission de l’équité salariale. Dans les entreprises professionnelles de 200 employé.e.s et plus, les femmes sont en moyenne moins bien rémunérées que les hommes. Depuis 2008, les mesures de relance du gouvernement québécois ont créé un gouffre de 7 milliards de dollars entre les hommes et les femmes, tendance aggravée par les mesures d’austérité du gouvernement Couillard.

« Nous avons fait du chemin pour réduire les écarts économiques entre les hommes et les femmes, mais beaucoup reste à faire. Dans trop de milieux, « à travail de valeur égale, salaire égal » est un slogan plutôt qu’une réalité. Le gouvernement Couillard ment à la population en prétendant que ses mesures d’austérité n’ont pas d’impact différencié sur les femmes : depuis la modulation des tarifs de service de garde, certaines femmes doivent choisir entre le travail et leurs enfants ! » déclare Françoise David, députée de Gouin et porte-parole de Québec solidaire.

Combattre le sexisme, l’exploitation sexuelle et la discrimination envers la communauté LGBT

Dans la foulée du mouvement #agression non dénoncée, un nombre croissant de Québécoises et de Québécois demandent un plan d’action pour combattre la culture du viol et faire la promotion d’une saine culture de consentement sexuel. Pour y parvenir, Québec solidaire compte introduire un nouveau cours d’éducation sexuelle guidé par une perspective féministe et égalitaire, touchant non seulement les adolescents.es, mais aussi les enfants. Les Solidaires ont l’intention d’agir pour encadrer les publicités dégradantes et sexistes.

« Les jeunes filles d’aujourd’hui ressentent une pression écrasante pour se conformer à des normes irréalistes. Nous avons déjà des normes très strictes en matière de publicité mensongère : pourquoi ne pas faire un pas de plus et encadrer les publicités dégradantes et sexistes ? Combattre la culture du viol passe par la sensibilisation et l’éducation. C’est pour cela que Québec solidaire fait du retour des cours d’éducation sexuelle une priorité dès l’école primaire », soutient Françoise David.

Québec solidaire va confronter la dure réalité de la prostitution et du travail du sexe en reconnaissant les droits et la dignité des femmes concernées et en combattant toutes formes de violence envers elles. Québec solidaire considère que les personnes prostituées ou travailleuses du sexe doivent être les principales actrices des changements qu’elles souhaitent. Le parti souhaite aussi combattre l’exploitation sexuelle des femmes en travaillant en amont pour améliorer leurs conditions de vie. Il favorisera donc des solutions économiques et sociales, comme le revenu minimum garanti et le développement de services sociaux aux familles. 

« Les conservateurs de Stephen Harper mettent les prostitués-es et travailleurs-es du sexe en danger. Les femmes ne devraient jamais être forcées à entrer dans le commerce sexuel, mais leur criminalisation n’est pas une solution. Il est temps pour les partis politiques présents à l’Assemblée nationale d’avoir une conversation franche sur cet enjeu pour faire pression sur Ottawa ! » martèle la députée de Gouin.

Françoise David et Andrés Fontecilla : porte-paroles des gens ordinaires

La porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David, et son collègue extraparlementaire, Andrés Fontecilla, ont à nouveau reçu la confiance des militantes et des militants du parti.

« Québec solidaire regroupe plus de 10 000 membres partout à travers le Québec. Notre équipe a visité 9 régions depuis la dernière instance nationale du parti en novembre dernier et iront à la rencontre de la population à l’occasion d’une tournée économique qui traversera le Québec. L’élection d’un baron de la presse à la tête du Parti québécois renouvèle notre détermination à avancer. La souveraineté du Québec ne passera pas par un sauveur, mais bien par un mouvement populaire », déclare M. Fontecilla.

« Plus que jamais, Québec solidaire est la maison des gens ordinaires. Le Parti libéral nous dit qu’il faut se serrer la ceinture et accepter de s’appauvrir au profit des plus riches et des grandes entreprises. Nous disons que les Québécoises et les Québécois méritent mieux : ils méritent un gouvernement qui fait passer la majorité en premier ! » conclut M. Fontecilla.


Sur le même thème : Québec solidaire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...