Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

1er anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic - L'autruche fédérale et ses amiEs au Québec

Diverses activités soulignaient le premier anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic ce 6 juillet dernier. Outre le fait que les travaux de reconstruction sont au ralentit et que la facture semble devoir être acquittée par la population québécoise presqu’en entier, nous avons eu droit au concert de larmes de crocodile des élites qui sont en fait les principaux responsables de cette catastrophe annoncée.


Les méganticois ont fait la démonstration de leur volonté renouvellée de ne plus être les dindons de cette triste farce qu’est le transport des matière dangereuses dans le Canada dérèglementé de Stephen Harper. Plus du tiers de la population de cette petite ville était dans la rue dans la nuit de samedi à dimanche dernier pour réclamer une voie de contournement pour le chemin de fer de manière à ce que les trains n’empruntent plus le centre-ville. Malgré les louvoiements de la mairesse et de son équipe, la population tient bon et réclame des mesures pour assurer le transport sécuritaire par train. Le ministre québécois des affaires municipales Pierre Moreau après une « hésitation » a concédé une étude de faisabilité sur une nouvelle voie ferrée. La facture sera assumée par Québec, la ville de Lac-Mégantic et la compagnie qui a acquis la MMA, Frotress. Le fédéral ne s’est pas engagé à payer sa part.

Dans ce contexte, on se serait attendu à ce que toute cette clique qui a défendu bec et ongles la stratégie des conservateurs d’économie extractiviste prenne profil bas. Et bien non. Des conservateurs fédéraux complètement inféodés aux pétrolières aux libéraux, caquistes et péquistes tous favorables à l’exploitation pétrolière au Québec ont été pleurer des larmes de crocodile sur le sort de la population de Lac-Mégantic. Malgré le fait que de plus en plus de municipalités se prononcent contre le transport de matières dangereuses par train (http://ici.radio-canada.ca/regions/atlantique/2014/02/27/006-croissance-petrole-train.shtml). Que des communautés entières comme celle de Kitimat en Colombie-Britannique rejète les projets de pipeline vers la côte ouest (http://www.theglobeandmail.com/news/british-columbia/kitimat-residents-vote-in-northern-gateway-oil-pipeline-plebiscite/article17949815/). Que les nations autochtones s’y opposent fermement. Qu’une majorité de la population québécoises souhaite une transition vers les énergies propres. Notre oligarchie et ses représentantEs politique veulent faire fi de ces oppositions et aller de l’avant avec cette source de profit.

Certains ont même le culot de se défiler et de rejeter la faute aux quelques exécutantEs de la MMA alors que les politiciens d’Ottawa sont les réels coupables de laxisme et de complaisance envers l’industrie. Ainsi la ministre fédérale des transport Lisa Raitt pointait « la négligence de certains individus et non par des lacunes réglementaires » pour expliquer la tragédie (http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/tragedie-a-lac-megantic/201407/02/01-4780606-lac-megantic-la-negligence-humaine-en-cause-dit-ottawa.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4780747_article_POS4). Le gouvernement Harper refuse de s’engager dans les frais de reconstruction et de réhabilitation de la ville de Lac-Mégantic. Lors des cérémonies de commémoration de la tragédie, Stephen Harper brillait par son absence. Il avait plutôt choisi de participer au Stampede de Calgary afin d’y tenir un BBQ. La ministre se félicite des mesures adoptées par Ottawa pour sécuriser davantage le transport de matières dangereuses. Or, ces mesures sont toutes plus insuffisantes l’une que l’autre s’attaquant à quelques aspects évident mais refusant de voir dans le réseau ferroviaire canmadien un équipement qui n’a pas été conçu pour le transport de telles quantités de matières. On voit difficilement par exemple en quoi la diffusion auprès des municipalités des informations sur les matières transportées à raison d’une ou deux fois par année ou le retrait de la circulation de quelques 5 000 de wagons DOT-111 (sur les 80 000 à 100 000 en circulation actuellement, soit entre 5% et 6,2% de la flotte totale : http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/tragedie-a-lac-megantic/201407/03/01-4780747-transport-ferroviaire-de-petrole-lopposition-exige-plus-du-federal.php) peut améliorer la sécurité des populations. Dans le contexte où les quantités de pétrole transportées sont passées de 500 wagons en 2009 à 160 000 en 2013 et qu’on prévoit atteindre les 510 000 en 2016, de telles mesures sont insignifiantes. Pour les conservateurs, les profits de l’industrie sont bien plus importants que les vies humaines.

De plus, selon Radio-Canada, depuis la tragédie de Lac-Mégantic, 17 trains sont partis à la dérive dont un à Farnham (http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/07/03/001-trains-partis-derive-incidents-bst.shtml). LA MMA a connu une dizaine d’accidents depuis juillet 2013 (http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/07/02/001-accidents-mma-montreal-maine-atlantic-bst.shtml) dont un à Sherbrooke. Les compagnies ferroviaires n’ont pas montré de volonté de tranparence envers les municipalités traversées par leurs trains (http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/06/30/003-lac-megantic-municipalites-compagnie-ferroviaire.shtml).

Selon une compilation du Bureau de la sécurité des transport (BST), les géants de l’industrie ferroviaire dominent le classement des accidents touchant le secteur ce qui vient contredire l’impression selon laquelle seule de petites compagnies comme la MMA sont concernées par les problèmes de sécurité.

Nombre de fois où des locomotives ou des wagons ont été impliqués dans des accidents entre le 6 juillet 2013 et le 3 juin 2014 :

Canadien National : 1048

Canadian Pacifique : 791

Via Rail : 33

Hudson Bay Railway : 16

CSX Transportation : 13

Montreal, Maine and Atlantic : 13

Quebec, North Shore and Labrador : 13

Sydney Coal Railway : 11

New Brunswick Southern : 10

Go Transit : 8

Bref, les problèmes de la MMA que l’on a présenté avec raison comme une compagnie voyou touche toute l’industrie et pas seulement quelques moutons noirs.

L’économie canadienne a été orienté par les conservateurs vers l’extractivisme. On vend les ressources naturelles au plus offrant. Le pétrole des sables bitumineux est une composante fondamentale de cette orientation. Pouvoir l’acheminer vers les marchés internationaux est un impératif pour l’industrie et les politiciens complices font tout en leur pouvoir pour élaborer les projets en fonction de ces besoins, au détriment de la sécurité la plus élémentaire. Ils veulent rendre crédible ces projets, quitte à faire avaler des couleuvres à la population, à acheter la paix ou l’appui tacite de quelques élites locales afin de bien huiler la machine. Des tragédies comme celle de Lac-Mégantic sont là pour nous rappeler que le capitalisme n’éprouve aucun sentiment devant la possibilité de réaliser un profit juteux. La lutte pour prévenir d’autres catastrophes comme celle de Lac-Mégantic passe par la sortie du pétrole dont le transport est de toute évidence un danger public que les politiciens refusent de remettre en question. À nous d’imposer que nos vies valent plus que leurs profits.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...