Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Les entrepreneurs de Gastem qui poursuivent la municipalité de Ristigouche-Sud-Es

Les bébés la la

Voilà, je l’ai dit : les entrepreneurs de Gastem qui poursuivent la municipalité de Ristigouche-Sud-Est pour un million et demi de dollars sont des gros bébés gâtés et ils encombrent le système judiciaire avec des poursuites futiles. Ah, les poursuites ! Il faut faire attention à la diffamation et à l’attaque à la réputation. C’est la raison pour laquelle j’ai bien choisi mon qualificatif : bébé la la. En cas de poursuite, je ne pourrais être déboutée, car il n’y pas d’autre façon de décrire la situation.

Je m’imagine le juge :

« Alors, maître, dites-nous l’objet de la poursuite ?
- Votre honneur, la chroniqueuse de Presse-toi à gauche nous a qualifié de bébés la la
- Bébé la la ?
- Parfaitement, monsieur le juge.
- Gastem, c’est la compagnie dont la valeur en bourse est de 2 sous l’action, alors qu’elle en valait 4,20$ en 2009 ?
- Oui
- Une compagnie qui fait partie des membres de l’association gazière
- Oui
- Cette même association qui est servie par plusieurs lobbyistes auprès du gouvernement provincial ?
- C’est exact.
- Son président est un ancien ministre libéral ? Du même parti que celui qui est présentement au pouvoir ?
- Son secteur d’investissement jouit d’un préjugé favorable au gouvernement ?
- C’est exact.
- Son type d’industrie est défendu par les chambres de commerce, le conseil du patronat, plusieurs multinationales du pétrole ?
- Oui
- C’est cette même compagnie qui poursuit une petite municipalité de 168 habitants, à la hauteur d’un million et demi de dollars, pour des permis dont elle n’est même plus la propriétaire et qu’elle avait payé à peine quelques sous l’acre ?
- Toujours exact.
- C’est cette compagnie qui malgré toutes les ressources dont elle disposait n’est pas arrivée à creuser un simple puits presque horizontal ?
- En effet, elle a été empêchée par des nonistes écologistes.
- Nonistes, ce n’est pas une manière négative de décrire les opposants ?
- En tous les cas, c’est bien moins pire que de se faire traiter de bébé la la.
- Et vous évaluez les dommages à quel montant ?
- Plusieurs centaines de milliers de dollars, votre honneur.
- Madame la défenderesse, qu’avez-vous à dire pour vous justifier ?
- Votre honneur, je n’ai que décrit la réalité : le risque fait partie de l’entreprise dans un libre marché, les compagnies entrent en compétition, les meilleures percent le marché, les autres meurent. Le capitalisme, c’est un régime cruel.
- Bien, la cause est entendue. La demande de poursuite est rejetée. Le qualificatif bébé la la décrit bien gentiment la situation, la chroniqueuse aurait pu utiliser des termes beaucoup plus sévères pour rendre compte de l’injustice que la compagnie Gastem fait subir à de simples citoyens qui ne voulaient que protéger leur eau. Les villageois, s’ils voyaient leur eau polluée subiraient des préjudices réels et non simplement une décote en bourse. Qui plus est, Gastem est une personne morale, c’est donc dire qu’advenant une faillite de la compagnie, les actionnaires ne peuvent voir leurs biens personnels saisis, n’est-il pas ? Il est vrai qu’ils perdront leur mise, mais c’est très souvent le cas dans des entreprises hautement spéculatives. D’un autre côté, les simples citoyens poursuivis devront acquitter l’entièreté de la somme des dommages contractés par leur municipalité si elle venait à être reconnue coupable. Ainsi, une compagnie pourrait mettre une municipalité et ses citoyens en banqueroute, tout cela pour récupérer des sommes investies pour des permis qui ne sont plus à elle, parce qu’elle les a vendus ? Comment justifier de faire de l’argent avec un bien dont on est plus le propriétaire ? Comme dirait Shakespeare : il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark »

Je me permets de préciser que les propos précédents sont de nature SATIRIQUE. C’est une manière d’exprimer mon désarroi devant une situation qui m’apparait complètement surréelle. J’en profite pour dire aux gens de Ristigouche que nous suivons avec intérêt l’évolution de leur situation et que nous voulons leur témoigner de toute notre empathie durant cette épreuve. Nous sommes avec vous.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...